Avisé, s'informer pour réussir

site d'informations stratégiques
du réseau des chambres de métiers et de l'artisanat d'Auvergne-Rhône-Alpes

Vous êtes ici

La hausse du prix du beurre inquiète les boulangers

30/06/2017

Le prix du beurre a presque doublé en l’espace d’un an, passant de moins de 3 € à 5,37 € le kilo. Pour préserver leurs marges, les boulangers pourraient être amenés à répercuter cette hausse sur les prix des viennoiseries et des pâtisseries. Cette situation est due à une pénurie de lait et à une forte demande des industriels en matières grasses animales.

 

25 % de la composition d’un croissant

La pénurie dure depuis mai 2016, du fait d’une forte demande des marchés asiatiques, chinois en particulier. En parallèle, les industriels de l’agroalimentaire ont réorienté leur demande en matière grasse vers les produits laitiers, après avoir longtemps privilégié les substituts végétaux. En effet, les matières grasses laitières, longtemps dénigrées par les nutritionnistes, ont retrouvé une image positive quant à leur impact sur la santé.

Ainsi le beurre devient-il plus difficile à trouver et son prix plus élevé. Cela est problématique sachant que cet ingrédient représente 25 % de la composition d’un croissant. Le risque le plus préoccupant serait que le manque de matière première entraine un arrêt de certaines lignes de production.

 

10 centimes par croissant

Afin de conserver une marge viable, certains artisans peuvent être contraints d’augmenter les prix de leurs viennoiseries, autour de 10 centimes par croissant selon la Fédération des Entreprises de Boulangerie (FEB). Cette dernière préconise d’ailleurs à la grande distribution et aux restaurateurs de faire de même, à savoir répercuter la hausse du prix du beurre sur les tarifs pratiqués auprès des consommateurs. La FEB demande également aux industriels de la filière laitière d’intensifier la production, pour atténuer la pénurie et la flambée des prix.

 

L’équipe Avisé

 

Sources : Le Figaro, 14/06/2017

La France Agricole, 27/06/2017

 *0*