Avisé, s'informer pour réussir

site d'informations stratégiques
du réseau des chambres de métiers et de l'artisanat d'Auvergne-Rhône-Alpes

Vous êtes ici

Les produits aquatiques ont la côte auprès des Français

16/12/2015
Mots-clés: 

33,5 kg sont consommés par habitant et par an, contre 28,7 kg en 1998. Parmi ces produits :

  • 57  sont des poissons de pêches,
  • 13 % des poissons d'élevage, 
  • 11 % des coquillages, crustacés et céphalopodes de pêche,
  • 19 % des coquillages et crustacés d'élevage.

D’après l’étude de FranceAgrimer sur l’avenir de la poissonnerie en France, " la clientèle des poissonneries est très largement composée de particuliers (plus de 90 % du CA) et d’un peu de restaurants (environ 5 % du CA). 
Elle est par ailleurs plus urbaine que rurale, et en proportion nettement plus importante dans les régions sur-consommatrices de poisson (littoral, région parisienne).

Deux types de saisons sont des moments clés pour les poissonneries : les périodes de fêtes (Pâques et Noël), et la saison estivale. 

Magasins et marchés bénéficient en commun d’une forte image de fraîcheur associée au « marché aux poissons », tandis que l’image des grandes et moyennes surfaces (grande distribution) se structure autour de la standardisation industrielle, des volumes et des produits importés.
Les marchés sont associés aux vacances et au plaisir. Les grandes et moyennes surfaces, quant à elles, sont associées à la praticité : facilité d’accès, offre complète sous le même toit (marée, traiteur, surgelé et conserve). Entre les deux, les poissonneries sédentaires (point de vente) souffrent d’un manque de visibilité et d’accessibilité, du fait de leur raréfaction.
Les comportements d’achat en poissonnerie se ressentent de ces différences de perception : fréquentation supérieure en fin de semaine (vendredi, samedi et dimanche), mode d’achat majoritairement sur impulsion, proportion notable d’acheteurs masculins, taux de pénétration plus faible que celui des rayons marée de la grande distribution (10 % contre 67 %). "

En 2014, " la taille de la clientèle de poissons frais a progressé. Toutefois, les ménages acheteurs achètent de moins en moins souvent du poisson frais. Ainsi, en 6 ans, on comptabilise un acte d’achat en moins et un kilo de poisson frais par ménage acheteur en moins dans le panier des consommateurs. En parallèle, le prix moyen a continué sa progression pour atteindre 12,9 € / kg, en moyenne en 2014. Ce repli des achats de poisson frais est largement dû à la diminution des achats des ménages de saumon frais, résultant d’une forte augmentation des prix. "

 

Consultez d'autres données dans l'étude de FranceAgriMer Consommation des produits de la pêche et de l’aquaculture 2014, telles que les chiffres des achats des ménages pour chaque type de produit selon les régions, les classes de revenu, les aires urbaines, l'age des personnes, les prix moyens pratiqués pour de nombreux produits.

 

La consommation de produits aquatiques en France

 

 

Léquipe Avisé

Sources : FranceAgriMer, 12/2011

FranceAgriMer, 09/2015

 

 

Sondage
à la une

On veut connaître votre avis !
8 + 11 =
Trouvez la solution de ce problème mathématique simple et saisissez le résultat. Par exemple, pour 1 + 3, saisissez 4.
 *0*