Avisé, s'informer pour réussir

site d'informations stratégiques
du réseau des chambres de métiers et de l'artisanat d'Auvergne-Rhône-Alpes

Vous êtes ici

Mais qu’est-ce que le flexitarisme ?

31/07/2015
Mots-clés: 

Le flexitarisme est une pratique alimentaire se situant entre le végétarien et l'omnivore. Le flexitarien est une personne qui suit de manière régulière un régime végétarien mais qui, au contraire du végétarien, s’autorise à manger de la viande à certaines occasions.  Plusieurs aspects sont à l’origine de ce phénomène :

  • Santé. Les flexitariens sont soucieux de prendre soin de leur santé à travers la recherche d’une alimentation mieux adaptée. Une consommation de viande sans abus notamment.
  • Economique. La viande et le poisson sont des produits qui coutent proportionnellement le plus cher dans un panier alimentaire
  • Durable et éthique. Pour un élevage plus local et contre l’élevage intensif et productiviste

Néanmoins, le flexitarien ne veut pas se sentir enfermé par un végétarisme stricte et n’oublie pas la notion de plaisir. C’est la raison pour laquelle il va consommer de la viande et du poisson, tout en essayant autant que possible de privilégier des produits de meilleure qualité, en étant attentif à leur provenance.

 

Consommer moins et de meilleure qualité

Une logique de consommation qui n’est pas si éloignée de la position de Christian Le Lann, Président de la Confédération française de la boucherie charcuterie traiteur (CFBCT), et plus globalement des artisans bouchés. En résumé, une consommation moins importante de viande mais de bien meilleure qualité, notamment en l’achetant chez un artisan. Une viande, sélectionnée et élaborée avec soin et savoir-faire. Comme l’indique Christian Le Lann, « la majorité des artisans bouchers en France achètent en vif, c'est-à-dire qu'ils choisissent les animaux vivants. Il y a donc une vraie relation avec l'éleveur contrairement aux distributeurs qui passent par des circuits beaucoup plus longs. »

Comme beaucoup de tendances, cette dernière nous vient tout droit des Etats-Unis et commence à pointer le bout de son nez en France. Tendance de fond ou simple mode éphémère ? L’avenir nous le dira. Néanmoins, le flexitarisme, parfois moquée par les végétariens, se rapproche sur certains points des nouvelles  attentes des consommateurs. Les consommateurs ont un fort besoin de retrouver confiance dans ce qu’ils mangent et recherche la qualité, pour des questions à la fois de santé mais aussi simplement de saveur. Les scandales alimentaires et la méfiance autour de ce qui se trouve dans l’assiette encouragent naturellement l’émergence de ces mouvements.

En France, les végétariens ne sont pas très nombreux puisqu’on estime qu’ils représentent 3 % de la population. Cependant, selon un sondage réalisé en 2012 par OpinionWay, 27 % des non-végétariens seraient prêts à devenir "flexitariens".

 

Les « simili-carnés » : bœuf, poulet, charcuterie… mais sans viande

Pour faciliter les régimes végétariens et flexitariens de tous les jours, on voit petit à petit arriver ce qu’on appelle les « simili-carnés ». Ces derniers sont en réalité des substituts de viande qui sont généralement préparés à base de soja ou de froment. Le but ? Combler les apports nutritionnels nécessaires, mais pas seulement. La caractéristique très spéciale des « similis-carnés » est de copier les aspects, les goûts et les odeurs de la viande. Aussi improbable que cela puisse paraître la première boucherie végétarienne vient de voir le jour à Paris. On retrouve alors dans les vitrines du bœuf, du poulet ou encore de la charcuterie mais le tout sans viande…

Dans certains pays, les simili-carnés n’ont rien de surprenant et font partie de l’alimentation quotidienne. En Allemagne, les ventes de produits simili-carnés auraient triplé entre 2009 et 2012.

 

Sources : Sciences et Avenir, 11/07/2015

TV5MONDE, 08/07/2015

Femmes références, 30/07/2015

Huffingtonpost, 18/04/2013

Crédit photo : Stocksnap.io

 *0*