Avisé, s'informer pour réussir

site d'informations stratégiques
du réseau des chambres de métiers et de l'artisanat d'Auvergne-Rhône-Alpes

Vous êtes ici

Charcuterie : vers une réduction supplémentaire des teneurs en sel et en gras

06/05/2015
Mots-clés: 

Dans la continuité des efforts déjà réalisés depuis 2010, le secteur de la charcuterie vise une réduction de 5 % des taux moyens de sel et de gras pour 12 produits de charcuterie : jambons standard et choix, épaules standard, choix et supérieure, saucisses fumée, andouillette, boudin noir, pâté et mousse de canard, pâté en croûte, saucisson cuit, cervelas.
La baisse de ce taux moyen, qui a vocation à être transcrite dans le code des usages de la charcuterie, permettra d’écarter les 15 % en volume de produits les plus gras ou les plus salés aujourd’hui commercialisés concernant ces 12 catégories.

Cette démarche fait l'objet d'un accord collectif du secteur de la charcuterie dans le cadre du Programme National pour l’Alimentation (PNA). Cet accord a été signé, le 4 mai 2015, par Stéphane Le FOLL, Ministre de l’agriculture, de l’agroalimentaire et de la forêt, Robert VOLUT, Président de la Fédération nationale des industriels charcutiers, traiteurs, transformateurs de viande (FICT) et Joël MAUVIGNEY, Président de la confédération nationale des charcutiers traiteurs (CNCT).


Les Français, des amateurs de charcuterie

La consommation de charcuteries représente respectivement environ 10 % des apports quotidiens en sel et environ 8 % des apports quotidiens en lipides des adultes en France et l’amélioration de la qualité nutritionnelle de ces éléments est donc considéré comme un enjeu important.

En 2014, les foyers français ont consommé 30,7 kg de charcuteries, soit 100 g de moins qu'en 2013, selon les chiffres du panel "Kantar", pour la Fédération française des Charcutiers Traiteurs.

" Parmi les produits de charcuterie, le jambon est le produit numéro 1 des ventes. En moyenne, les Français ont consommé plus de 3 kg de jambon en 2014.
Les lardons sont en 2ème position, les saucisses "à gros hachage" en 3ème.
Les ventes de saucisson, de boudin et d'andouille sont en repli.

75 % de la charcuterie est achetée en rayon libre-service de la grande distribution. Les commerces de proximité gagnent toutefois des parts de marché (+ 7 % en 1 an). "


Sources : Ministère de l'Agriculture, de l'Agroalimentaire et de la Forêt, 04/05/2015. rtl.fr, 26/02/2015.

Sondage
à la une

On veut connaître votre avis !
4 + 7 =
Trouvez la solution de ce problème mathématique simple et saisissez le résultat. Par exemple, pour 1 + 3, saisissez 4.
 *0*