Avisé, s'informer pour réussir

site d'informations stratégiques
du réseau des chambres de métiers et de l'artisanat d'Auvergne-Rhône-Alpes

Vous êtes ici

Années records pour Airbus et Boeing

21/01/2016
Mots-clés: 

En 2014, le chiffre d'affaires du décolletage représentait environ 2 milliards d'euros et semble avoir confirmé sa bonne dynamique en 2015, avec un bilan qui devrait se situer dans la même lignée. Sur ces 2 milliards d'euros, le marché aérospatial en represente environ 10 %. Le décolletage continue de profiter pleinement de la vigueur d'un marché aéronautique mondial, où les avionneurs multiplient les commandes. Depuis 2010, le décolletage dédié à l'aéronautique a cru d'environ 15 % par an. Entre 2010 et 2013, le nombre d'entreprises du décolletage consacrées à l'aérospatial a augmenté de 34 %, soit environ 130 entreprises. 

 

Années records pour Boeing et Airbus 

Boeing a de nouveau battu un record de livraisons en 2015, avec pas moins de 762 appareils, soit 39 de plus qu'en 2014. « En matière de commandes, 2015 fut une année solide qui nous a permis de maintenir un carnet de commandes à la fois robuste et équilibré nous assurant un flux de livraisons régulier pour les années à venir », apprécie Ray Conner, président de Boeing Commercial Airplanes. 

De son côté, Airbus a lui aussi enregistré des records. L'avionneur a livré 635 appareils en 2015 et a enregistré 1 036 commandes d'appareils. Les livraisons étant encore en retrait en comparaison de celles de Boeing, Airbus s'est fixé comme objectif d'augmenter ses cadences de production, pour atteindre au moins 650 avions livrés sur 2016. 

Les ventes se répartissent de la façon suivante selon les modèles (ces dernières s'ajoutant au carnet de commandes existant) : 

A320 A330 A350 A380
966 154 16 3

 

Inquiétude sur l'A350-1000

La première livraison de la nouvelle version de l'A350, destinée à concurrencer le Boeing 77-300ER, est prévu pour milieu 2017. Cependant, la livraison dans les temps de l'avion dépend de l'équipementier Zodiac Aerospace, qui connaît actuellement de nombreux retards dans la production des mobiliers comme les sièges, galleys et les toilettes. Le flou existant autour de la situation de Zodiac Aerospace, a alors poussé Airbus à se passer de ce dernier pour les futurs éléments de cabine de l'A330neo. Des retards non sans conséquence. 

 

Une nouvelle concurrence venue de Chine

Le responsable de la stratégie d'Airbus Group Marwan Lahoud a récemment alerté les pouvoirs publics français sur la menace que pouvait representée les pays émergents sur le marché de l'aéronautique : " La menace, elle vient des émergents. Ils ont la ressource humaine qualifiée, leurs universités ont atteint des niveaux qui n'ont aujourd'hui rien à envier aux nôtres ". Il a ajouté qu'" ils ont les moyens financiers, ils investissent massivement dans la R&D en aéronautique civile. C'est notre devoir en termes de chefs de file de la filière aérospatiale européenne de maintenir l'avance ". Pour Marwan Lahoud, la bonne santé du secteur aéonautique n'est pas une raison de limiter les aides publiques comme le Crédit d'impôt recherche

En effet, au-délà de son éternel rival Boeing, Airbus doit désormais faire face au constructeur chinois Comac qui a dévoilé début novembre dernier le C919, monocouloir concurrent direct des moyens courriers A320 et B737. L'objectif du chinois est de se faire une place aux côtés des deux géants que sont Airbus et Boeing, notamment sur le marché chinois. Selon les prévisions ce dernier aurait besoin d'entre 5 400 et 6 000 appareils sur les 20 prochaines années. 

 

Stratégie tournée vers l'innovation 

Afin de contrecarer la montée en puissance de nouveaux arrivants comme Comac, Airbus a accéléré sa stratégie de développement par l'innovation, en déposant notamment de nombreux brevets ces derniers mois. L'objectif ? Garder un coup d'avance et imaginer l'aéronautique de demain. En novembre dernier, les Etats-Unis validaient le brevet d'Airbus au sujet d'un avion modulaire, alors composé d'une partie intégrant une cabine amovible avec sa soute entièrement configurable et d'une autre partie du reste de l'appareil avec le cockpit, les moteurs, les roues... Sur ce même mois de novembre, Airbus a déposé 21 brevets pendant que Boeing en déposait 45. Cependant, c'est en juillet 2015 qu'Airbus a marqué son ambition avec le brevet d'avion supersonique : le Concorde 2.

L'homologation du monocouloir C919 chinois devrait prendre encore quelques années avant d'arriver dans la course. Cela n'empêche pas pour autant Comac de se lancer déjà sur d'autres projets plus ambitieux. En effet, Comac a d'ores et déjà commencé le développement de son futur gros porteur long-courrier nommé le C929. Ce dernier s'adressera alors aux compagnies internationales. 

 

L'équipe Avisé 

 

Sources : Le décolletage & industrie, novembre - décembre 2015

Boursorama, 20/01/2016

La Tribune, 14/01/2016

 

Crédit photo : StockSnap 

Sondage
à la une

On veut connaître votre avis !
1 + 0 =
Trouvez la solution de ce problème mathématique simple et saisissez le résultat. Par exemple, pour 1 + 3, saisissez 4.
 *0*