Avisé, s'informer pour réussir

site d'informations stratégiques
du réseau des chambres de métiers et de l'artisanat d'Auvergne-Rhône-Alpes

Vous êtes ici

Horlogerie : un marché mondial à la peine, marqué par une année 2016 difficile pour la Suisse

Les principaux pays exportateurs de montres et de composants horlogers ont connu en 2016 des résultats en baisse. Tous les pays sont concernés à l’exception de la Chine. Elle a enregistré une hausse de 3,3 % en 2016. Les exportations chinoises sont en hausse pour la deuxième année consécutive. Dans le même temps, les exportations horlogères suisses ont continué de baisser. Elles retrouvent ainsi son niveau de l'année 2011. 

 

Evolution des exportation directes (en valeur) des principaux pays exportateurs

 

Suisse Hong Kong Chine France Allemagne
-9,9 % - 11 % +3,3 % -5.4 % -16,1 % 

 

Evolution des principaux marchés en valeur

 

Hong Kong Etats-Unis Chine Japon Royaume-Uni 
-25,1 % -9,1 % -3,3 % -3,3 % +3,7 % 

 

  • L’Asie a connu la plus forte contraction en 2016 (-11,4 %). Après deux ans de fort recul (-25,1 % en 2016), Hong Kong a vu sa valeur diminuer de moitié en quatre ans. La Chine a connu un fort rebond de sa demande au second semestre 2016 qui lui permet de limiter la baisse à 3,3 % . 
  • L’Europe a enregistré une diminution de -8,6 %. La France, (-19,6%) a été particulièrement affectée par la diminution du tourisme.
  • Profitant d'un taux de change avantageux, le Royaume-Uni est le seul marché à être reparti à la hausse. 
  • Les Etats-Unis (-9,1%) se situe dans la moyenne mondiale.

 

L’horlogerie suisse retombe à son niveau d’exportation de l’année 2011

Les exportations horlogères suisses ont connu une baisse de 9,8 % par rapport à l’année 2015. Cette baisse met en relief une mauvaise dynamique. En effet, l’horlogerie suisse avait enregistrée en 2015 sa première baisse depuis 2009. La valeur des exportations avait alors déjà connu un premier recul de 3,3 % par rapport à 2014.

Avec ces résultats, l’horlogerie suisse a grignoté la croissance de 15 % réalisée entre 2011 et 2014. Elle retrouve ainsi un niveau d’exportations équivalent à l’année 2011.

 

"Représentant deux tiers du chiffre d’affaires à l’exportation, les montres de plus de 3'000 francs (prix export) ont été responsables d’environ 80% du repli annuel, avec -11,6% en valeur"

 

C'est notamment ce que met en relief le rapport sur les exportations horlogères suisses 2016 de la Fédération de l'industrie horlogère suisse en faisaint un point par produits :

 

  • Près des trois quarts de la baisse ont été dus aux montres en métaux précieux (-18,5%)
  • En volume, les montres de moins de 200 francs ont connu la plus forte baisse : 11,3 % soit l’équivalent de 2,1 millions unités 
  • Les exportations de montres-bracelets ont enregistré une baisse de 9,8 % 
  • Les montres mécaniques et électroniques ont affiché des reculs de -10%. En valeur comme en volume. 
  • Les garde-temps en acier ont diminué de 3,3% en valeur mais de -7,8 % en volume
  • Les "autres matières" et "autres métaux" ne sont pas en reste avec des baisses respectives de -9,5 % et de -17,2 %
  • Le segment 500-3'000 francs (-3,9%) a diminué trois fois moins fortement

 

La Suisse reste tout de même le premier pays exportateur en valeur. Soit 19,1 milliards de dollars exportés en 2016. Les résultats sont également très variables selon les marques. Ce contexte morose pousse les horlogers à revoir leurs politiques tariffaires à la baisse. Certaines marques reprennent le segment des montres comprises entre 1 000 et 3 000 euros. Une manière d'approcher une nouvelle clientèle. 

 

L'horlogerie chinoise soigne sa réputation à coup de "made in swiss"

Les résultats positifs de la Chine s’expliquent notamment par un positionnement haut-de-gamme accessible. Certains manufacturiers chinois s’équipent de mouvements suisses et produisent tout le reste à moindre coût. Utiliser des pièces venues de Suisse crédibilise leur ambition de qualité et rassure le client.  Ce qui permet ensuite de diriger le client vers d’autres modèles totalement made in china.

 

Le salon EPHJ : leader mondial de la haute précision en holorgerie et joaillerie

En 2016, c'est plus de 20 000 visiteurs et 881 exposants qui étaient présents sur le salon. Au de-là des exposants, c'est également une possibilité de rencontrer clients et fournisseurs et de développer de nouvelles opportunités d’affaires. En outre, des tables rondes résolument tournées vers l'avenir du secteur seront oragnisées :

 

  • Le modèle économique de l'horlogerie suisse
  • L'impression et la modélisation 3D et 4D
  • Les nouveaux matériaux horlogers
  • Les métiers de demain dans l'horlogerie

 

La plaquette de présentation du salon 

 

voir aussi : "Genève, place forte de l’horlogerie, et opportunité de marché pour les entreprises françaises"

 

L'équipe Avisé

 

Sources : Fédération de l'industrie horlogère suisse

Salon EPHJ

Crédit photo : StockSnap.io 

 *0*