Avisé, s'informer pour réussir

site d'informations stratégiques
du réseau des chambres de métiers et de l'artisanat d'Auvergne-Rhône-Alpes

Vous êtes ici

L'automobile et la défense ont tirés la majorité des secteurs de la sous-traitance en 2016

L’Usine Nouvelle met à disposition sur son site Web, en version gratuite, un dossier spécial sur la situation de la sous-traitance. Nous vous en présentons les points clés ci-après. A l'aube de 2017, on peut déjà dire que 2016 se termine de manière plus qu'honorable. 

 

La sous-traitance retrouve des couleurs 

L’activité a rebondi de 3 % après 4 années de recul de la production. Une activité plutôt bonne au vu de la croissance française et de la faible croissance de la production manufacturière qui devrait s’élever à 0,6 %. Les seuls sous-traitants de la mécanique devraient connaître une croissance de 1,6 % sur l’année 2016.

31 % du chiffre d’affaires de la sous-traitance est tirée par l’industrie automobile. La bonne santé de cette dernière, notamment sur le marché domestique, a permis de dynamiser l’activité. Cette hausse touchera notamment plus particulièrement les sous-traitants de la mécanique et de la plasturgie.

La bonne santé des sous-traitants est largement tirée par une multiplication des contrats à l’export, notamment pour la défense. L’activité de l’aéronautique, secteur qui pèse pas moins de 20 % du chiffre d’affaires de la sous-traitance industrielle française, s’est quelque peu contracté après plusieurs années à un rythme effréné. La filière hélicoptère et l’aviation d’affaires ont connu un ralentissement.

Les volumes ont certes augmenté globalement mais la pression mise sur les prix par les donneurs d’ordre est de plus en plus forte.

 

La défense : des sous-traitants mis à rude épreuve

C’est le retour au premier plan de la défense française, avec notamment le Rafale qui fait son grand retour sur le devant de la scène. En Egypte, en Inde et au Qatar. Les contrats à l’export se multiplient et ce sont les 500 sous-traitants de Dassault qui en profitent... Ou qui le subissent ! En effet, les donneurs d’ordre imposent une montée en cadence importante de la production. Le rythme de production des Rafale devrait doubler sur les deux prochaines années.

En plus du rythme soutenu dicté par les donneurs d’ordre, l’export peut vite devenir  une vraie contrainte pour les sous-traitants. En effet, les « offsets », phénomène qui consiste à transférer une partie de la production dans le pays client, peuvent s’avérer être des démarches complexes. En effet, il est de plus en plus fréquent que les donneurs d’ordre demandent à leurs sous-traitants de participer à ces fameux « offsets », en créant par exemple une filiale dans le pays acheteur. 

De son côté, le marché mondial des armes est en croissance de 14 % sur la période de 2011-2015. Les deux plus gros exportateurs, à savoir les Etats-Unis et la Russie, représentent 58 % du marché. La Chine est devenue un acteur majeur en glanant la 3ème place de classement. La France qui se positionne à la 4ème place de ce classement, est le seul pays européen a pesé plus de 5 % de parts de marché. D’ici 2018, les récent succès de la France pourraient la propulser à la deuxième place des exportateurs du secteur.

 

Les tendances secteur par secteur de la sous-traitance

L’Usine Nouvelle termine son dossier par un point plus spécifique par secteur des activités de sous-traitance. Des tendances généralement positives tirées notamment par le marché automobile, à contrario du BTP et du secteur agricole :

  • Plasturgie :

Prix du pétrole bas, taux d’intérêt et euro à des niveaux favorables, la bonne santé du marché de l’automobile donnent au secteur des perspectives positives. Les véhicules cherchent toujours à s’alléger et remplace de plus en plus les pièces métalliques par des pièces plastiques. Une tendance de fond qui devrait se développer davantage avec l’arrivée progressive de la plastronique.

  • Mécanique industrielle :

Progression stable pour le secteur avec une croissance de 2,5 % prévue sur l’année. Contrairement à d’autres secteurs, c’est plutôt le marché intérieur qui tire la croissance.

  • Découpage, emboutissage

Ici aussi, le secteur a profité de la relance dans le secteur automobile. A contrario, les marchés du BTP et des matériaux agricoles sont restés quelque peu en retrait. Une croissance autour de 3 à 4 % en volume est prévue sur 2016.

  • Transformation des élastomères

Même si le secteur n’a pas encore rattrapé son niveau d’avant crise, le secteur connait un contexte plutôt favorable depuis 2 ans. Tendance qui semble se confirmer en 2016 avec une croissance de l’activité d’environ 2 % sur la première partie de l’année.

  • Fonderie

La fonderie se trouve entre deux eaux. Entre des secteurs BTP et l’agriculture en souffrance et des filières aéronautiques et automobiles porteuses. Au final une croissance timide de 1 %.

  • Chaudronnerie, tuyauterie

C’est le seul secteur qui semble être plus à la peine. Une baisse de 4,5 % du chiffre d’affaire a été enregistrée en 2015. Une tendance qui devrait se confirmer sur 2016, sans pour autant s’aggraver. La chaudronnerie tuyauterie dépend majoritairement du secteur de l’énergie, qui peine à donner de la visibilité aux sous-traitants. La concurrence espagnole et polonaise est rude et le secteur a besoin de trouver de nouveaux marchés à défault de pouvoir s’aligner sur des prix bas.

  • Traitements de surface

2015 et 2016 sont des années correctes avec une hausse d’activité aux alentours de 0,5 %.  La mécanique, tirée par l’automobile, l’aéronautique et l’éolien, s’est bien portée. Le secteur des traitements de surface a naturellement suivi.

  • Forge, estampage, matriçage

Augmentation de 2,5 % du chiffre d’affaires en 2015, tirée notamment par l’automobile qui représente deux tiers de l’activité. La progression du chiffre d’affaires devrait être moindre en 2016 et en 2017, du fait d’une baisse des exportations à l’échelle européenne.  

  • Décolletage

L’année devrait se terminer entre +1,5 % et + 2 %. Le décolletage bénéficie de la bonne santé de l’industrie automobile et de l’aéronautique et ne peut se fier aux autres secteurs qui connaissent de leur côté de grosses variations. Les prévisions restent floues pour 2017.  

  • Frappe à froid, fixations

Pour 2016, la croissance sera supérieure à 3 %. Une croissance portée par l’automobile, qui pèse la  moitié du chiffre d’affaires. En 2017, les prévisions indiquent une croissance comprise entre 2 et 4 %.  

  • Moules, modèles, maquettes et outillage

Selon les chiffres du Midest, les moulistes et outilleurs ont connu une baisse de leur chiffre d’affaires et de leur volume d’activité. Cependant, sSi on exclut les outils de forges et fonderies, le secteur a connu une hausse de 1 % de son chiffre d'affairesLes activités d’emballage se porte quant-à-lui très bien et ne souffre pas de concurrence directe.  

  • Ressort

Après plusieurs années de disette, le marché des ressorts devrait retrouver la croissance en 2016. La profession connaît néanmoins toujours une pénurie de savoir-faire. 

 

Industrie du futur : doucement mais sûrement ? 

Les industriels semblent s’intéresser de plus en plus à l’industrie du futur. Un phénomène qui tend à se matérialiser sur le terrain puisque le nombre de robots vendus en France aurait augmenté de 20 %. Pour Bruno de Chaisemartin, PDG de Supermétal, les entreprises ont besoin de dégager davantage de marges pour pouvoir investir dans des robots. Rappellons qu'un accompagnement financier a été annoncé par le Premier ministre en mai 2015 instaurant deux mesures exceptionnelles de soutien aux entreprises qui investiront dans la modernisation de leurs capacités de production :

  • 2,5 milliards d'euros d’avantage fiscal pour les entreprises investissant dans leur outil productif au cours des douze prochains mois
  • et 2,1 milliards d'euros de prêts de développement supplémentaires distribués par Bpifrance aux PME et ETI.

 

Top 100 des sous-traitants français

Rendez-vous ici pour consulter le classement proposé par l’Usine Nouvelle.

 

Sources : Usine Nouvelle 

Ministère de l'Economie et des Finances

 

Crédit photo : StocckSnap.io


19/12/2016