Avisé, s'informer pour réussir

site d'informations stratégiques
du réseau des chambres de métiers et de l'artisanat d'Auvergne-Rhône-Alpes

Vous êtes ici

La Banque de France concentre son attention et son action sur les TPE

29/01/2016

La Banque de France, consciente des spécificités propres aux TPE, réfléchit activement à comment répondre au mieux à leurs besoins en matière d’accompagnement et de soutien sur toutes les questions relatives au financement.

Bien souvent, il incombe au patron de ces petites structures d’assumer seul toutes les tâches relatives à la gestion de son entreprise, au risque de passer à côté d’un problème de gestion et de finance.

Fort est de constater que lorsque 75% des PME voient leurs demandes de crédits de trésorerie satisfaites au 3e trimestre 2015, les TPE ne sont que 60 %, alors que leur fragilité financière est plus forte. Dominique Garabiol, conseillé de la direction générale du groupe BPCE (Banque Populaire Caisse d'Epargne) ajoute que « Le taux de défaut des TPE est de 6% en moyenne, et même de 10% pour celles qui sont âgées de moins de trois ans, alors qu'il se limite à 3% pour les PME ».

Les TPE représentent 2,1 millions entreprises (hors micro-entrepreneurs),  20 % de l’emploi salarié, et « 20% environ de la valeur ajoutée créée par l'ensemble des entreprises ». Leur rôle est déterminant dans le développement de l’économie nationale et l’emploi.

Les indicateurs parlent d’eux même pour se convaincre de la nécessité de leur apporter une aide financière adaptée : 1/3 des TPE disparaissent au bout de 3 ans et la moitié au bout de 5 ans, elles investissent très peu et dans des proportions faibles.

La Banque de France a donc décidé de renforcer son action :

  • Dès ce printemps, au sein de la Banque de France, des correspondants TPE seront désignés dans chaque succursale pour apporter du conseil auprès des patrons de TPE confrontés à des  difficultés financières. L’objectif est d’intervenir en amont d’une possible défaillance d’entreprise en orientant suffisamment tôt les patrons concernés vers des organismes de microcrédit.
  • Que les banques respectent le délai de 15 jours aux demandes de financement. En effet bien que ce délai soit respecté dans 90 % des cas, les 10 % restant représentent 100 000 dossiers pour lesquels la réponse arrive trop tard ce qui peut engendrer de lourdes conséquences quant à la survie de ces TPE et leur activité.
  • Les délais de paiement sont un autre point délicat. Bon nombre de patrons de TPE sont parasités par la nécessité de relancer leurs débiteurs alors qu’ils devraient se consacrer de façon pleine et entière au développement de leur activité. Il en va encore de la bonne santé financière de ces entreprise et par voie de conséquence de leur pérennité.
  • Pour pallier à cette problématique récurrente de délais de paiement, de nouveaux produits financiers pourraient voir le jour à l’initiative de la Banque de France.

 

L'équipe Avisé

 

Sources : LaTribune, 18/01/16

Crédit visuel : Pixabay

 *0*