Avisé, s'informer pour réussir

site d'informations stratégiques
du réseau des chambres de métiers et de l'artisanat d'Auvergne-Rhône-Alpes

Vous êtes ici

Menaces sur la retraite complémentaire des salariés

20/10/2015

Il était urgent de trouver une solution face au déficit des 2 régimes de retraite complémentaire Agirc et Arrco,  respectivement, régime des cadres et régime des autres salariés. Les partenaires sociaux ont très vite réagis afin de sortir de cette situation très problématique alors que les retraites complémentaires représentent environ « 57 % de la retraite des cadres et 31 % de celle des autres salariés ».

Les principales décisions retenues :

  • Du côté des actifs, le principe de bonus-malus :

Le malus : A partir de 2019, les salariés nés à partir de 1957, ayant 41,5 années de cotisation et 62 ans (âge légale pour prendre sa retraite) peuvent prétendre à toucher leur retraite du régime général à taux plein mais avec une amputation sur leur pension complémentaire de 10 % pendant 3 ans.

Pour contourner cet écueil, tout salarié ayant cotisé 41,5 années travaillera une année de plus.

Par contre aucune incidence sur la retraite à taux plein d’un salarié ayant atteint 67 ans.

Le bonus : Pour obtenir + 10 % de bonus pendant un an le salarié s’engage à travailler 2 ans de plus au-delà des 41,5 années de cotisation, bonus porté à + 20 % pour 3 ans d’activité supplémentaire et +30 % pour 4 ans d’activité supplémentaire.

Gain potentiel : « seulement 500 millions d'euros d'ici à 2020 et 800 millions d'euros d'ici à 2030 »

Le coût d’achat du point servant au calcul des cotisations va augmenter. Ceci impacte le montant de la retraite complémentaire calculée en fonction du nombre de points acquis et la valeur du point.

  • Du côté des retraités, les retraites complémentaires ne seront pas revalorisées en 2016 pour une économie destinée à « rapporter 2,1 milliards sur les 6,1 espérés d'ici à 2020 dans le cadre de l'accord, selon le chiffrage du Medef »

A partir de 2019, la fusion des caisses des régimes complémentaires permettra de « mutualiser » les excédents pour une meilleure gestion sur le long terme.

Néanmoins l’accord actuel ne permet pas de gérer la totalité du déficit d’ici 2020…

 

Source : lepoint.fr, 19/10/2015

Crédit photo : Pixabay

Sondage
à la une

On veut connaître votre avis !
1 + 1 =
Trouvez la solution de ce problème mathématique simple et saisissez le résultat. Par exemple, pour 1 + 3, saisissez 4.
 *0*