Avisé, s'informer pour réussir

site d'informations stratégiques
du réseau des chambres de métiers et de l'artisanat d'Auvergne-Rhône-Alpes

Vous êtes ici

Noé lance la controverse chez les artisans

15/12/2015

Le 8 décembre 2015, Emmanuel Macron a présenté sa loi sur les nouvelles « opportunités économiques » (Noé), devant les artisans et notamment face à Alain Griset, président de l'Assemblée permanente des chambres de métiers et de l'artisanat (APCMA), qui n’a pas manqué de réagir.

Noé vise à simplifier les qualifications nécessaires à exercer un certain nombre de métiers de l’artisanat.  Alain Griset, bien que conscient que par cette loi, le gouvernement cherche à remettre sur le chemin du travail des centaines de milliers de jeunes sans qualification, rappelle néanmoins, avec force, les fondements même de l’artisanat et ses valeurs : compétences, qualité, savoir-faire, transmission. Il en profit pour souligner l'essence même de la loi de 1996, bâtie sur l’exigence de la qualification professionnelle pour exercer une activité "susceptible de mettre en jeu la santé ou la sécurité du consommateur".

Face à la protestation des artisans, Emmanuel Macron réaffirme que les choses ne resteront pas en l’état. Il prévoit que chaque métier soit revu dans le détail, en concertation avec les professionnels,  afin de déterminer ceux qui relèvent d’une qualification quand d’autres n’en n’ont pas besoin. Son objectif : limiter les barrières à l’entrée et trouver le juste équilibre afin de « préserver les savoir-faire, tout en valorisant le potentiel d'emploi". Il rappelle que les compétences ne sont pas inhérentes aux diplômes, et prend pour exemple les métiers de la restauration où les diplômes ne sont pas requis à l’embauche. La reconnaissance s’acquière par la suite, par les concours, par l’obtention d’étoiles valorisant l’excellence.

Emmanuel Macron renchérit et répond à ses détracteurs en affichant sa détermination à contrer le chômage des jeunes, avouant, qu’en l’état actuel des choses, l’apprentissage reste insuffisant.

Il exprime sa volonté de trouver des solutions pour que les jeunes accèdent à une vie professionnelle grâce à un travail indépendant.

Malgré ses déclarations, les artisans affichent leur doute et mécontentement déjà nourris par un certain ressentiment vis à vis des autoentrepreneurs.

Prochain rendez-vous au Conseil des ministres de janvier 2016, date à laquelle la loi sera débattue.

 

L'équipe Avisé

 

Source : Lexpress.fr, 08/12/2015

Crédit photo : Pixabay

Sondage
à la une

On veut connaître votre avis !
2 + 10 =
Trouvez la solution de ce problème mathématique simple et saisissez le résultat. Par exemple, pour 1 + 3, saisissez 4.
 *0*