Avisé, s'informer pour réussir

site d'informations stratégiques
du réseau des chambres de métiers et de l'artisanat d'Auvergne-Rhône-Alpes

Vous êtes ici

Un « chèque emploi » de 2 000 €, effet d’aubaine ou réelle efficacité ?

14/01/2016

Alors que les patrons, représentés par Pierre Gattaz, patron du Medef, attentent une baisse des charges pour une meilleure compétitivité des entreprises, le gouvernement annonce la mise en place d’un « chèque emploi ».

Il s’agit d’une prime de 2 000 € qui serait versée aux PME à l’embauche d’un nouveau salarié. Cette prime viendrait compléter celle qui existe déjà pour les TPE d’un montant de 4 000 € à l’embauche de leur premier salarié en CDI ou CDD supérieur à 12 mois. Ce dispositif instauré en 2015 est en place jusqu’en juin 2016.

Ce que réclament les patrons ce n’est pas le principe de recevoir une subvention mais une réelle baisse du coût du travail. Ils attendent, notamment, une exonération de charges sociales à l’embauche pour les TPE (le dispositif « zéro charge » de 2009 sous Nicolas Sarkozy).

François Asselin, président de la CGPME, insiste sur la nécessité d’étendre ce dispositif aux PME jusqu’à 250 salariés et demande une refonte du contrat de travail, requête qui implique la révision du code du travail. L’objectif est double : rendre les entreprises françaises plus compétitives et leur permettre d’embaucher.

Face à ces revendications, les syndicats restent circonspects et rappellent que le CICE et le pacte de Responsabilités sont déjà deux mesures fortes en direction des patrons.

Quant aux Français, selon le sondage Odoxa pour BFM Business, Challenges et Aviva Assurance, seuls 47 % d’entre eux ont un avis favorable quant à l’efficacité de cette mesure qui se veut incitative à l'embauche pour les PME.

 

L'équipe Avisé

Source : Lefigaro.fr, 14/01/2016

Crédit visuel : Pixabay

Sondage
à la une

On veut connaître votre avis !
1 + 0 =
Trouvez la solution de ce problème mathématique simple et saisissez le résultat. Par exemple, pour 1 + 3, saisissez 4.
 *0*