Avisé, s'informer pour réussir

site d'informations stratégiques
du réseau des chambres de métiers et de l'artisanat d'Auvergne-Rhône-Alpes

Vous êtes ici

Les chiffres clés de la filière fleuristes

10/04/2017

L’Institut d’Informations et de Conjonctures Professionnelles (I+C) a réalisé une étude sur les chiffres clés de la filière fleuristes, pour le compte de la fédération Française des Artisans Fleuristes (FFAF) et de Val’hor. Le document rend compte de l’activité du secteur sur l’année 2015. Il fait état d’une baisse du chiffre d’affaires global de la profession, d’un recul du salariat et d’une implantation des points de vente plus marquée en centre-ville.

 

Baisse du chiffre d’affaires

Le chiffre d’affaires de l’ensemble de la filière des fleuristes s’élevait à 1,97 milliards d’euros en 2015. Cela représente 130 400 euros par entreprise et 63 200 euros par actif. Cependant, ce résultat est en baisse de 6 % par rapport à l’année 2013. Les entreprises qui comptent 6 salariés ou plus sont les plus touchées par cette chute : leur chiffre d’affaires a diminué de 12,5 %.

La répartition du chiffre d’affaires global du secteur, selon les familles d’activé, a également évolué. Les plus importantes, à savoir les plantes d’intérieur en coupe et les fleurs à l’intérieur, ont toutes deux vu leur résultat reculer de 10,5 %. D’autres types de produits en ont bénéficié, en particulier les plantes d’extérieur en pot ou coupe. Ces dernières ont accru leur chiffre d’affaires de 16 %.

 

Recul du salariat

Sur un nombre total de 15 104 entreprises, la profession en compte 9 004 sans salarié, soit près de 60 % des fleuristes. Une proportion sensiblement supérieure à celle de l’année 2013. De même, le nombre de salariés a diminué de 7,5 % en deux ans, passant de 17 285 à 15 980.

Les salariés de la filière sont très majoritairement… des salariées. Les fleuristes emploient en effet 81 % de femmes dans leurs entreprises. Mais la profession attire de plus en plus d’hommes : ils étaient 19 % en 2015 contre 17 % en 2013.

Concernant la nature du contrat de travail, le CDI (74 % des postes) et le temps plein (72 %) dominent très largement. À noter que les apprentis, au nombre de 2 950, représentent 18,5 % des effectifs.

 

Un commerce de proximité

Près des deux tiers des fleuristes sont implantés en centre-ville. Les autres se sont essentiellement installés dans les quartiers (16,5 % des pointes de vente), loin devant les zones péri-urbaines (11 %) et les centre commerciaux (5,5 %). Ils sont par ailleurs surreprésentés dans les communes de moins de 10 000 habitants, qui accueillent 61 % des fleuristes du pays pour 51,4 % de la population. Dans ce contexte, la franchise est très marginale : elle représente 4 % des points de vente et est en recul par rapport à 2013 (3,5 %).

Avec un âge moyen de 11,5 ans (1,5 ans de plus qu’en 2013), les entreprises de la filière fleuristes sont pour le moins pérennes. Celles qui emploient 6 salariés et plus ont les épaules les plus solides, avec une durée moyenne de 17,5 ans. Mais les fleuristes sans salarié parviennent tout de même à maintenir leur activité pendant 9 ans.

 

L'équipe Avisé

 

Sources : Fleurs de France, 03/2017

Fédération Française des Artisans Fleuristes, 11/2016

Crédit photo : Pixabay

Sondage
à la une

On veut connaître votre avis !
6 + 1 =
Trouvez la solution de ce problème mathématique simple et saisissez le résultat. Par exemple, pour 1 + 3, saisissez 4.
 *0*