Avisé, s'informer pour réussir

site d'informations stratégiques
du réseau des chambres de métiers et de l'artisanat d'Auvergne-Rhône-Alpes

Vous êtes ici

Quelles perspectives pour les services à la personne ?

Les métiers d’auxiliaire de vie et d’aide à domicile seront les plus importants pourvoyeurs d’emplois d’ici à 2022, d’après une étude réalisée par France Stratégie et la DARES. Les créations d’emplois entre les années 2012 et 2022 sont estimées à 160 000. Les associations et entreprises qui opèrent dans ce secteur peinent cependant à couvrir tous les besoins. Pourtant, le marché pèse aujourd’hui 12 milliards d’euros.

Les services à la personne représentent assurément un secteur d’avenir tant en termes de rentabilité que d’emploi. D’autant plus que le vieillissement de la population et, par conséquent, l’augmentation du nombre de personnes dépendantes, devraient drastiquement accroitre la demande pour ce type de prestations. Malgré cela, 83 000 emplois ont été détruits en 2013 dans la filière, d’après la DARES. Comment expliquer un tel décalage entre une incapacité à satisfaire la demande et des besoins conséquents en aides à domicile et en auxiliaires de vie ?

 

Problèmes de fiscalité et d’attractivité

Instabilité fiscale

L’instabilité fiscale serait la première en cause. Face à cela, le CICE semble avoir grandement soulagé les entreprises du secteur. De même, la perspective d’un maintien du cadre réglementaire et de l’élargissement du crédit d’impôt aux personnes âgées s’annonce de bon augure. C’est ce qu’a affirmé le président de MDSAP (Maison Des Services A la Personne), Brice Alzon, interrogé pas Les Echos.

Des métiers à valoriser

En revanche, le manque d’attractivité des professions liées aux services à la personne s’avère être une cause beaucoup plus profonde de l’atonie du secteur. Salaires trop bas, contrats à temps partiel, plannings difficiles à tenir, isolement… Les auxiliaires de vie en particulier souffriraient d’un manque de reconnaissance et du travail précaire, sans compter les difficultés inhérentes à leur métier. Le manque de contacts avec leurs collègues jouerait aussi sur leur moral. Leur travail mériterait alors d’être valorisé. Voilà qui rendrait les professions des services à la personne nettement plus attractives.

Pour ce faire, il convient d’investir dans l’humain. Cela se traduirait en premier lieu par une meilleure promotion et mise en valeur des formations aux métiers du secteur. Avec par exemple, pour les auxiliaires de vie, la délivrance du DEAVS (Diplôme d'Etat Auxiliaire de vie sociale) pour les certifications de niveau 5, éventuellement accompagné d’une spécialisation sur une pathologie particulière, telle qu’Alzheimer, selon le parcours de chacun. Ce type d’initiative permettrait d’attirer une main-d’œuvre plus qualifiée et plus spécialisée. Dans ce cadre, il serait également cohérent de revaloriser les rémunérations, afin de les décoller du SMIC. Autre levier d’action : faire du temps plein la norme et non plus l’exception. L’accroissement du coût de la main-d’œuvre et la perte en flexibilité, qu’induirait une telle reconfiguration, peuvent être compensés par une plus grande autonomie des salariés dans la gestion de leur planning et de leurs relations avec les clients. Cela permettrait aussi de leur offrir un cadre de travail plus épanouissant.

Ainsi, valoriser les compétences des professionnels des services à la personne, mieux les rémunérer, généraliser le temps plein et leur offrir davantage d’autonomie est la meilleure façon d’attirer en nombre une main-d’œuvre plus qualifiée et motivée. Car l’enjeu est de taille, surtout pour les besoins de la silver économie. Et pour cause, la tranche d’âge des plus de 75 ans devrait passer de 6 millions aujourd’hui à 9 millions dans les 15 prochaines années.

 

De nouveaux acteurs sur le marché

Les facteurs aux petits soins

Le secteur des services à la personne va devenir de plus en plus concurrentiel. Un acteur inattendu entend bien conquérir des parts de marché : La Poste. La fameuse entreprise de distribution de courrier a récemment lancé un service dédié aux séniors, nommé "Veiller sur mes parents". Désormais, des facteurs peuvent être amenés à passer chez des personnes âgées, afin de notifier leurs éventuels besoins à leurs proches, à travers une application mobile. Le service sera facturé entre 59,90 et 139,90 euros, suivant le nombre de visites, de deux à six par semaine.

C’est que le groupe La Poste est contraint de se diversifier pour pallier les manques de revenus dus au déclin du courrier postal. La société a par ailleurs fait l’acquisition d’Axeo Services. Il s’agit d’une entreprise spécialisée dans les services à la personne, qui compte pas moins de 180 agences partout en France et revendique 120 000 heures de prestations par mois pour l’année 2015. Mais La Poste n’est pas le seul acteur qui compte faire son entrée dans le monde des services à la personne.

Risque d’ubérisation

En effet, ce marché à 12 milliards d’euros – rien qu’en France – aiguise l’appétit des géants du Net. Google met déjà à profit les capacités de son moteur de recherche pour mettre en relation des particuliers et des prestataires de services dans la baie de San Francisco. Quant à Amazon, le portail "Amazon Home Services" propose une offre similaire dans plusieurs métropoles américaines telles que New York, Los Angeles et San Francisco. Cette tendance suscite la crainte d’une ubérisation des services à la personne chez certains acteurs.

La société Ogust tente d’apporter une réponse à cette transformation digitale en marche, à travers son outil "Ogust Selfservice". Ce dernier est une solution d’e-commerce destinée aux entreprises de services à la personne. Elle vise à permettre aux utilisateurs de prendre contact avec le prestataire de leur choix, par l’intermédiaire d’une application mobile. Ogust prend une commission sur la transaction, en échange de son service de mise en relation. Pour la société, c’est une façon de tenir la dragée haute aux géants du Web et de défendre l’emploi salarié.

 

L’équipe Avisé

 

Sources : Les Echos, 11/10/2016

Journal du Net, 03/10/2016

Le Figaro, 11/10/2016

ZDNet, 31/08/2015

La Poste, 03/10/2016

Philippe Wahl, 27/09/2016

France Stratégie, 04/2015

Ogust

Crédit photo : Département du Val-de-Marne

Sondage
à la une

On veut connaître votre avis !
6 + 0 =
Trouvez la solution de ce problème mathématique simple et saisissez le résultat. Par exemple, pour 1 + 3, saisissez 4.
 *0*