Avisé, s'informer pour réussir

site d'informations stratégiques
du réseau des chambres de métiers et de l'artisanat d'Auvergne-Rhône-Alpes

Vous êtes ici

Réparation automobile : vigilance concernant les infractions

30/09/2015

La DGCCRF (Direction générale de la concurrence, de la consommation et de la répression des fraudes) a rendu fin septembre 2015 un rapport sur les infractions commises par les réparateurs automobiles.  Sur 803 établissements visités (concessions, centre-autos et indépendants), 39 % présentaient une ou plusieurs infractions.

Ainsi, dans le cadre de cette enquête, ce sont 275 avertissements, 26 injonctions et 21 procès-verbaux qui ont été dressés par les agents de la DGCCRF. L’institution exprime suite à cela qu’une surveillance régulière du secteur sera justifiée.

D’après ce rapport, les premiers concernés seraient les indépendants, qui manqueraient de transparence par rapport à leurs concurrents.

Les points de vigilances

D’après la DGCCRF, les informations fournies aux consommateurs seraient insuffisantes, notamment en ce qui concerne la nature exacte des opérations réalisées sur le véhicule.

Ainsi, l’attention de l’institution a surtout été retenue par :

  • Un affichage tarifaire obsolète, incomplet voire inexistant dans certains cas (prix affichés HT et non TTC, taux de TVA non actualisé…)
  • L'absence sur les factures des mentions telles que le mode de calcul utilisé (temps passé ou barème constructeur), les catégories des réparations ou le taux de main d’œuvre 

Des infractions relatives aux montants ont aussi été relevées comme l’absence d’indication des prix de certains accessoires. Sur les factures, des décomptes imprécis d’opérations effectuées l’absence d’indication du taux horaire ainsi que du kilométrage, et la dénomination insuffisamment précise des pièces remplacées ont aussi été mis en lumière.

Les pratiques commerciales trompeuses les plus souvent relevées

L’enquête a révélé une cinquantaine de pratiques commerciales trompeuses concernant :

  • le contenu imprécis des forfaits
  • le non-respect des barèmes
  • le non-respect des taux horaires affichés
  • la facturation systématique d’un essai routier, y compris lors de travaux ne le nécessitant pas, comme une vidange par exemple
  • la tromperie sur la prestation de services (travaux facturés mais non réalisés).

Ainsi, les réparateurs automobiles ont tout intérêt à porter leurs efforts sur ces différents points afin d’éviter les mauvaises surprises en cas de contrôle par la DGCCRF.

 

Vous pouvez télécharger la fiche pratique des réparateurs automobile émise par la DGCCRF en cliquant ici.

 

Sources : Largus, 29/09/2015

DGCCRF, 12/01/2015

 

Crédit visuel : Pixabay

Sondage
à la une

On veut connaître votre avis !
1 + 19 =
Trouvez la solution de ce problème mathématique simple et saisissez le résultat. Par exemple, pour 1 + 3, saisissez 4.
 *0*