Avisé, s'informer pour réussir

site d'informations stratégiques
du réseau des chambres de métiers et de l'artisanat d'Auvergne-Rhône-Alpes

Vous êtes ici

Améliorer la qualité de vie au travail pour augmenter la performance de l’entreprise : exemple dans la boulangerie pâtisserie

12/02/2018

87 % des salariés estiment qu’une bonne qualité de vie au travail profite à la compétitivité de l’entreprise, 91 % à sa productivité et 95 % à la qualité du travail réalisé87 % estiment également qu’une bonne qualité de vie au travail profite à la fois aux salariés et aux entreprises, selon une étude Anact / TNS Sofres de 2013.

Sur quels éléments repose la qualité de vie au travail dans une boulangerie pâtisserie ? Comment s’y prendre pour l’améliorer ?

 

6 criteres pour agir sur la qualité de vie au travail

La qualité de vie au travail correspond aux conditions dans lesquelles les salariés exercent leur travail et leur capacité à s’exprimer et à agir sur le contenu de celui-ci. Elles déterminent la perception de la qualité de vie au travail qui en résulte.

Une démarche qualité de vie au travail met l’accent sur une représentation positive et dynamique du travail, en intégrant 6 critères :

  • management, engagement des uns et des autres,
  • relations au travail, climat social,
  • contenu du travail,
  • santé au travail,
  • compétences, parcours professionnels,
  • égalité professionnelle pour tous.

Un guide sur le sujet vient de paraitre. Il s’adresse spécifiquement aux boulangeries-pâtisserie et se veut très pragmatique.

Pour cela, il propose des principes d’action et des démarches simples, des témoignages, des exemples concrets de démarches mises en place par des entreprises artisanales du secteur. 

 

Un guide pragmatique articulé autour des 6 critères de la qualité de vie au travail

Ce guide reprend chacun des 6 critères au travers de 6 chapitres :

  • Concevoir la boulangerie-pâtisserie de demain

Vous avez un projet d’aménagement des locaux ou encore un projet de création d’une nouvelle activité, de réaménagement de la surface de vente, d’installation dans des nouveaux locaux etc. Ces transformations doivent viser à améliorer aussi bien l’attractivité du magasin et la performance  (accroissement des ventes et meilleur service) que la qualité de vie au travail (fidélisation du personnel, engagement).

  • Prévenir les risques professionnels

Les risques professionnels sont multiples. Il s’agit de les évaluer et de prendre les mesures adéquates pour les réduire, en adaptant le travail à l’homme et en privilégiant les mesures collectives aux mesures individuelles.

  • Développer les compétences des salariés et les parcours professionnels

Qu’il s’agisse des salariés ou des dirigeants, développer les compétences, au travers d’une action de formation ou en situation de travail, permet d’acquérir de nouveaux savoir-faire, ouvre la possibilité de fabriquer de nouveaux produits et favorise l’innovation. Cela développe également les responsabilités, l’autonomie et l’employabilité des salariés. Au final, c’est la qualité de service au client qui est améliorée.

Il convient également de veiller à l’enrichissement des activités et à la polyvalence, pour notamment éviter la monotonie.

Tous les métiers et salariés sont concernés : vente, production, stockage, y compris les apprentis.

  • Favoriser l’égalité professionnelle et veiller à l’équilibre temps professionnel / temps personnel

Actuellement, les métiers de pâtissier et de boulanger sont fortement masculins, malgré une tendance à la féminisation. Par ailleurs, certaines situations montrent que les hommes et les femmes ne sont pas soumis aux mêmes contraintes et n’ont pas la même possibilité d’articuler temps de travail / temps hors travail. Le dirigeant doit donc veiller à cet équilibre et à la mixité hommes – femmes dans la production, mais aussi dans la vente.

  • Consacrer du temps aux salariés et favoriser leur engagement

Le dirigeant peut être sollicité à tout moment sur des sujets très variés, mais il n’a pas suffisamment le temps de tout traiter en profondeur d’où la nécessité d’instaurer quelque chose de plus formel.

  • Veiller à la qualité des relations au travail

Les échanges et le plaisir de réussir ensemble, une bonne ambiance de travail, un climat de confiance et de bienveillance favorisent la qualité des relations au travail et le bien-être des salariés, et, au-delà, la qualité du service et des produits. Le dirigeant doit donc favoriser ces échanges et faire en sorte que les salariés se sentent responsables dans leur travail et dans la réussite collective.

 

Chaque section peut se lire séparément et fournit des conseils pragmatiques pour agir sur un objectif donné. Ce guide met aussi à votre disposition une fiche pratique (autodiagnostic) qui vous permet de faire un état des lieux de votre entreprise.

 

Ce guide gratuit est réalisé par l’ANACT, Agence nationale pour l’amélioration des conditions de travail, en partenariat avec la Confédération nationale de la boulangerie-pâtisserie française.

 

 

L’équipe Avisé

 

Sources : ANACT, 29/06/2016

ANACT, 30/01/2018

ANACT, 10/01/2018

Crédit photo : Phovoir