Avisé, s'informer pour réussir

site d'informations stratégiques
du réseau des chambres de métiers et de l'artisanat d'Auvergne-Rhône-Alpes

Vous êtes ici

Cuisinier : demander le statut d’artisan

22/03/2022

Afin de valoriser son savoir-faire, un cuisinier peut, depuis 2017 demander le statut d’artisan. Cela lui ouvre plusieurs avantages professionnels dont l’attribution d’une carte professionnelle.

 

Plusieurs conditions

Un cuisinier peut obtenir la qualité d’artisan si :

  • Il est titulaire d’un diplôme de niveau au moins égal au CAP cuisine ou restauration ou s’il possède au moins 3 ans d’expérience professionnelle
  • Il est le chef d’entreprise de son restaurant et n’emploie pas plus de 10 salariés
  • Sa cuisine répond intégralement aux critères du « fait maison ».

 

Différents avantages

Ce statut d’artisan cuisinier lui ouvre plusieurs avantages. Comme chaque artisan, il est titulaire d’une carte professionnelle qui vaut attestation d’immatriculation au Répertoire des métiers. C’est aussi une reconnaissance de son savoir-faire autant qu’une garantie de qualité pour le consommateur.

Il lui permet d’attester de sa maîtrise et de sa connaissance des gestes professionnels, de valoriser son savoir-faire et de satisfaire aux obligations de l’entreprise en matière d’assurance. Enfin l’artisan cuisinier peut se démarquer des professionnels non déclarés et/ou non immatriculés au Répertoire des métiers.

Pour devenir artisan cuisinier, le professionnel doit déclarer son activité en s’immatriculant au répertoire des métiers, qu’il débute ou qu’il soit déjà installé. Pour toute information, prendre directement contact avec le centre de formalités des entreprises de la Chambre de métiers et de l’artisanat.

 

Devenir maître-restaurateur

Pour valoriser encore plus son savoir-faire, tout restaurateur indépendant peut demander à bénéficier du titre de « maître restaurateur ». Il a l’obligation de réaliser une cuisine faite maison à 100% comme c’est le cas de l’artisan cuisinier.

Mais il doit également satisfaire à d’autres critères relatifs à ses qualifications, à son expérience ou à ses pratiques professionnelles. Ceux-ci sont répertoriés au sein d'un cahier des charges de plus de 30 critères. Il a notamment l’obligation d’utiliser des produits locaux, de proposer un certain niveau d’accueil.

A savoir que les titres d’artisan cuisinier et de maître-restaurateur sont cumulables.

 

L’équipe Avisé

 

Source : economie.gouv.fr

maitresrestaurateurs.fr

 

Crédit photo : Pixabay