Avisé, s'informer pour réussir

site d'informations stratégiques
du réseau des chambres de métiers et de l'artisanat d'Auvergne-Rhône-Alpes

Vous êtes ici

Le marché du snacking surfe sur la crise

Les habitudes des Français en matière de consommation alimentaire ont bien été bouleversées par la pandémie et les mesures de restrictions qui l’ont accompagnée. Le snacking est devenu la norme.

 

Alors que la restauration à table a subi de plein fouet la crise sanitaire (- 46% de chiffre d’affaires en 2020), le segment du snacking aura été un véritable moteur de rebond de la consommation hors domicile. La baisse de chiffre d’affaires a été contenue à 16% par rapport à 2019 pour atteindre 16,47 milliards d’euros.

Le secteur progresse en termes d’unités (+ 11% pour 48 800 points de vente). Le panier moyen s’apprécie de 10,3% par rapport à 2019 à 10,70€ en moyenne.

 

Reprise en 2022

Selon Nicolas Nouchi, directeur insights de CHD Expert, « nous pouvons espérer une reprise de la dynamique de la restauration rapide dès 2022, ce qui ne sera probablement pas le cas pour la restauration à table ». À la faveur des confinements, les offres snacking ont largement dépassé les frontières de la seule restauration rapide.

Ainsi, 6 établissements de restauration rapide sur 10 proposent aujourd’hui une offre de vente à emporter, ils n’étaient que 44% avant la pandémie. CHD Expert observe également dans son étude une tendance nomade chez les boulangers sévèrement impactés par la crise (-15% en 2020) mais qui connaissent une belle dynamique de reprise en 2021. Ils ont développé leur offre de snacking : diversification des sandwichs grâce aux pains variés, wraps, pizzas, burgers, croque-monsieur…etc.

 

Différents canaux de distribution

Au cours des 18 mois écoulés, les canaux de distribution se sont largement diversifiés. Par comparaison, en 2019, moins de 1% des restaurateurs à table et 8% des concepts snacking proposaient le click & collect. En juillet 2020, à la fin du premier confinement, ces chiffres étaient respectivement passés à 6% pour les restaurants à table et à 31% pour le snacking.

La période a aussi mis en avant l’essor de la prise de commande via des bornes. Quant à la livraison, son volume d’affaires a bondi de 33% ente septembre 2018 et septembre 2020.

La crise sanitaire s’est également traduite par la pérennisation des « dark kitchens », des cuisines hybrides et centralisées sans salle ni serveurs et dont la carte est seulement accessible par livraison. On recense désormais 1400 points de vente « dark kitchens » en activité en France, avec deux marques virtuelles en moyenne.

 

Lire aussi : Les dark kitchen, ou restaurants virtuels, en plein essor

 

Toujours plus de produits snacking

Valeur refuge, le sandwich a regagné du terrain sur le temps du déjeuner, car bien adapté aux contraintes de la vente à emporter ou de la livraison. Il se classe en tête du top du snacking pour le déjeuner, devant la salade et le burger. Mais le burger reste la star de la livraison : il occuperait aujourd’hui une part de 46% en livraison contre 27% en 2018 selon CHD Expert.

Autre tendance de fond, l’essor des spécialités snacking internationales. Aux offres américaine et italienne bien implantées s’ajoutent les saveurs levantines (houmous, pita…) hawaïennes (poké), thaï (pad thaï), mexicaines (burritos ou caribéennes (bokits) sans oublier les tacos, qui séduisent particulièrement les jeunes.

 

Source: CHD Expert

 

Offre premium en plein essor

« La premiumisation s’est accélérée de même que l’hybridation des propositions. La frontière est de plus en plus tenue entre restauration traditionnelle et snacking » explique Nicolas Nouchi. « On est à la croisée des chemins, et il devient de plus en plus difficile de définir les lieux de vente : près de 60% des lieux de vente y compris brasseries, cafés, et restaurants proposent désormais de la vente à emporter. Le snacking est devenu la norme ».

CHD Expert relève également le retour de la gamelle du déjeuner : 45% des Français de 18 à 49 ans apportent en effet leur repas sur leur lieu de travail à midi (+ 26% par rapport à 2010).

L’étude de CHD Expert a été réalisée dans le cadre du Salon Sandwich 1 Snack Show, entre le 30 juin et le 5 juillet pour la période du 21 au 25 juin sur un échantillon de 1000 consommateurs. Le salon s’est déroulé les 13 et 14 octobre à Paris, porte de Versailles.

 

L’équipe Avisé

 

Sources :

artisans-gourmands.fr

lesechos.fr

zepros.fr

snacking.fr

lsa-conso.fr

 

Crédit photo : Pixabay