Avisé, s'informer pour réussir

site d'informations stratégiques
du réseau des chambres de métiers et de l'artisanat d'Auvergne-Rhône-Alpes

Vous êtes ici

Les commerces de proximité aimés des Français

Selon un sondage Odoxa pour Epicery, réalisé en janvier 2022, près d’un Français sur deux (45%) a renforcé sa relation avec les commerces de proximité et 84% disent qu’ils y sont attachés. Pour 96% des consommateurs interrogés, il est important de maintenir des commerces alimentaires de proximité de qualité dans les villes françaises.

 

Une bonne image

Neuf Français sur dix ont une bonne image de chacun des métiers : boulangers (94%), bouchers-charcutiers (93%), fromagers (93%), primeurs (93%), poissonniers (90%), épiciers (90%), cavistes (89%), …etc. La palme de la popularité revient aux boulangers-pâtissiers.

Plus de la moitié des Français ont même « une très bonne image » (56%) des boulangers-pâtissiers, tout comme 54% des moins de 25 ans et surtout 59% des 50 ans et + et 59% des cadres. Les bouchers-charcutiers sont particulièrement appréciés des 65 ans et + (52%) et des ruraux (51%).

Côté produits, l’offre de produits frais donne satisfaction (88%), mais, en revanche, les prix pratiqués sont jugés plus élevés par huit français sur dix (78%). Les commerces de proximité ne savent pas toujours valoriser leurs produits et leurs savoir-faire (51%) et ne sont pas considérés comme très innovants (52%). Pour 52% des Français et notamment des plus jeunes (25-34 ans, 53% , 15-24 ans : 54%), les commerces de proximité ont même du mal à renouveler leur offre.

S’ils participent pleinement au dynamisme local (89%), ils ne sont pas encore bien adaptés au numérique (62%). Au-delà de la qualité des produits proposés, les artisans alimentaires sont également très appréciés pour la relation privilégiée qu’ils apportent à leur clientèle. Pour 79%, le service client est un conseil personnalisé.

Mais la transformation digitale de leurs services, accentuée pendant la crise sanitaire, demeure insuffisante. Le manque d’adaptation au numérique est un sentiment plus fort au sein des populations plus connectées et acheteuses en ligne :  les habitants de l’agglomération parisienne (66%), les 15-24 ans (65%), les 25-34 ans (63%) et les cadres (63%).

 

Des métiers de plus en plus appréciés des parents

Pour poursuivre leur essor, les commerces alimentaires devront aussi apparaître comme des voies professionnelles attractives et faciles d’accès. Pour l’heure, 51 % des Français seulement pensent qu’ils proposent beaucoup d’opportunités pour les jeunes : 53% estiment qu’une création d’entreprise dans ce secteur n’est pas facile.

Pourtant, 7 parents sur 10 conseilleraient à leurs enfants de se tourner vers l’artisanat alimentaire :

  • 70% des pères conseilleraient ces métiers, contre 65% des mères
  • 72% des employés et ouvriers sont favorables à ces métiers contre 63% des cadres
  • 78% des parents dans les villes moyennes conseilleraient ces métiers, 74% dans les petites villes contre 58% dans l’agglomération parisienne.

Le métier de boulanger-pâtissier arrive en tête (45%) devant boucher-charcutier (16%) et caviste (13%) : Les métiers de primeurs (9%), épicier (8%), fromager (7%) et surtout poissonnier (2%) ont été moins cités.

À noter encore que s’ils en avaient la possibilité, plus de la moitié des actifs (52%) et 48% des moins de 25 ans envisageraient eux-mêmes exercer un métier de l’artisanat alimentaire.

Ces métiers sont jugés authentiques (88%) et passionnants (80%) mais aussi fatigants (84%) et difficiles (82%). Ils sont aussi considérés en majorité comme risqués (53%), pas valorisés par la société (54%) et mal rémunérés (72%).

Quelque 69% des Français et 62% des moins de 25 ans indiquent qu’ils sont mal informés sur les métiers de l’artisanat alimentaire et un tiers d’entre eux souhaiteraient en savoir plus sur les filières de formation. Renforcer l’information diffusée au grand public et aux jeunes serait bénéfique pour améliorer l’orientation vers ces carrières.

 

L’EFMA agit pour la formation en Auvergne-Rhône-Alpes

L'EFMA, l'Espace Formation des Métiers de l'Artisanat de la Chambre des Métiers et de l'Artisanat d'Auvergne Rhône-Alpes, accueille 1112 apprentis à Bourgoin-Jallieu, entre autres dans 14 filières de formation de l’alimentaire. On peut y préparer notamment des certificats d’aptitude professionnelle  (CAP) de boulanger, de boucher, de charcutier-traiteur, de pâtissier, chocolatier-confiseur.

 

L’équipe Avisé

 

Sources :

lesechos.fr

Sondage Odoxa pour la place de marché Epicery

 

Crédit photo : Pixabay