Avisé, s'informer pour réussir

site d'informations stratégiques
du réseau des chambres de métiers et de l'artisanat d'Auvergne-Rhône-Alpes

Vous êtes ici

Nutri-score : les produits A et B gagnent du terrain

18/11/2019

Près de deux ans après son lancement, le Nutri-score s’impose de plus en plus dans les linéaires, s’inscrivant dans un mouvement général vers des produits plus sains. Quelque 200 industriels ont apposé leur logo sur leurs produits, indique une étude réalisée par le cabinet Nielsen, qui est allé au-delà en passant au crible 92 000 produits selon leur valeur nutritionnelle traduite par leur score Nutri-score A, B, C, D ou E.

Globalement, les ventes de produits A et B représentent 31 % du chiffre d’affaires alimentaire en grandes surfaces alors que les produits typés C, D ou E sont stables voire en recul. Ainsi, les références A et B sont en hausse respectivement de 1 % et 0,8 %.

 

Triple phénomène

«Ces chiffres sont la résultante d’un triple phénomène : conjonction de la volonté gouvernementale, des aspirations sociétales et des initiatives des différents acteurs tant industriels que distributeurs » explique Emmanuel Fournet, directeur Insights Distribution chez Nielsen. «Les marques sont de plus en plus enclines à lancer des produits plus sains, à revoir leurs recettes, et les consommateurs montrent un appétit certain pour des produits plus sains ».

 

Les produits A et B gagnent du terrain mais leurs ventes restent en-deçà des autres groupes nutritionnels : les ventes des produits D et E représentent près de la moitié des ventes de produits alimentaires étudiés. En revanche, au sein des rayons épicerie salée et surgelés salés, les produits notés A et B sont très bien représentés dans les ventes. La progression est relevée dans la majorité des rayons et tout particulièrement parmi les boissons sans alcool (tant produits A que B), en épicerie (produits A) et au rayon frais dans les univers traiteur et charcuterie (produits B pour l’essentiel).

 

 

Selon Emmanuel Fournet, « de plus en plus les nouveaux produits arrivant en rayon proposent des compositions moins sucrées, moins grasses… Les biscuits, les glaces et boissons sans alcool sont particulièrement attentifs aux attentes du « manger sain » et revoient leurs recettes en conséquence voire innovent comme les marques de soft drinks avec de récents lancements de boissons au thé faibles en calories ».

 

Les jeunes plus sensibles

Comme les applications nutritionnelles telles que Yuka qui ont pris place dans le quotidien des consommateurs, le Nutri-score complète les moyens d’information utilisés par les consommateurs pour guider leurs achats alimentaires : 14 % des Français disent y prêter attention. Ce sont les plus jeunes qui y sont le plus sensibles : 20 % des moins de 35 ans contre 16 % des 35-49 ans et 14 % des 50-64 ans et 9 % seulement des plus de 65 ans.

Le label se classe pour l’instant au 11e rang sur 20 parmi les logos et labels. Un classement qui reste dominé par le Label Rouge, les AOC et les AOP. Un consommateur sur sept y prête attention devant les certifications Max Havelaar et UTZ, proche de la pêche durable MSC ou encore des IGP.

 

Lire aussi : Étiquetage nutritionnel : mise en place du nutri-score

Lire aussi : NUM-ALIM : une plateforme numérique exhaustive sur les produits alimentaires

Lire aussi : Les applis nutritionnelles : un outil pour de nouveaux usages

 

L’équipe Avisé

 

Sources :

processalimentaire.com

lsa-conso.fr

bfmtv.com

 

Crédit photo : Nutriscore