Avisé, s'informer pour réussir

site d'informations stratégiques
du réseau des chambres de métiers et de l'artisanat d'Auvergne-Rhône-Alpes

Vous êtes ici

Quels produits et services alimentaires pour les seniors ?

18/05/2018
Mots-clés: 

Les seniors sont de plus en plus nombreux dans la société. Les Français âgés de 60 ans et plus seront 20 millions en 2030, contre 15 millions en 2015. Ils devraient ainsi représenter près de 30 % de la population, contre près de 23 % en 2015.

Leurs attentes vis-à-vis de la nourriture et leurs besoins physiologiques sont spécifiques. Pour y répondre, on parle de la silver food. Cette expression désigne l’alimentation adaptée aux seniors, que ce soit en termes de contenu, de saveur, de contenant, de packaging et de services. Ces adaptations varient suivant l’âge. En effet, le groupe des seniors recouvre plusieurs sous-groupes, dont les besoins sont différents.

 

Qui sont les seniors et comment consomment-ils les produits alimentaires ?

  • Les boomers (55-75 ans)

Actifs, ils sont responsables de leurs choix de consommation. « En vieillissant, une personne consomme davantage par rapport à ses besoins propres et moins en fonction de la mode ou des avis extérieurs » rappelle un article de Marketing Professionnel, à moins qu'il ne s'agisse des recommandations du médecin.

Pour cette cible, Vitagora, pôle de compétitivité de l’agroalimentaire, recommande de « ne pas représenter les baby-boomers comme des personnes âgées. Le marketing de vos produits doit jouer plutôt sur le marketing de la nostalgie, ou rétro-marketing, plutôt qu’être axé sur la préservation de la santé, le vieillissement. »

Le « bon goût » passe par l’authentique, le terroir, et aussi par la prévalence de la qualité sur la quantité. Les boomers préfèrent une petite assiette de qualité, qu’une assiette opulente, débordante de produits de qualité moindre.

« Ils prennent plaisir à manger et sont satisfaits de la qualité de ce qu’ils mangent, selon les résultats de l’enquête Seniors Alimentation, initiée début 2017 par la municipalité de Lyon 6e, la Carsat Rhône-Alpes, le Centre de Recherche Institut Paul Bocuse et l’entreprise Nutrisens. Cette enquête a été adressée aux seniors du 6e arrondissement de Lyon, âgés de plus de 65 ans et vivant à domicile. Les répondants ont en moyenne 78 ans.

Ils ont des interactions sociales relativement nombreuses, sont actifs et sortent fréquemment de chez eux. La présence de commerces de proximité, de marchés, de parcs publics et l’accessibilité aux transports en commun influent sur ces résultats.

Cette étude montre également que les répondants cuisinent beaucoup. Faire les courses est le premier motif de sortie. Cette autonomie agit sur la qualité de leur alimentation. »

 

  • Les grands seniors (au-delà de 80 ans)

Les résultats de l’enquête Seniors Alimentation montrent que  « les conditions de vie à domicile se détériorent à partir de 87 ans environ. Les personnes se déclarent alors à la fois peu satisfaites de leur alimentation et le sentiment de solitude s’accroit. »

L’un des enjeux pour ce groupe de personnes : leur redonner l'appétit avec des plats qui font envie.

Les grands seniors sont exposés à des risques de dénutrition. « Celle-ci se produit lorsqu’une personne perd  5 % de son poids en 1 mois ou 10 % en 6 mois. Or, qui dit dénutrition dit un risque plus élevé d’infections à répétition et d’autres problèmes », comme le rappelle Michel Cymes dans un article de RTL.

Selon Vitagora, « les produits alimentaires destinés aux grands seniors sont des développements au service de la santé publique, mais aux opportunités de marché limitées. Parmi les seniors, ils sont démographiquement moins nombreux, mais leur nombre augmentera dans les années à venir. Les seniors âgés de 75 ans et plus seront près de 10 millions à l'horizon 2040.

Les âgés dépendants consomment peu et ne sont pas décideurs sur les achats. Les produits positionnés sur ce marché sont vendus aux hôpitaux et maisons de retraite, pour lesquels le prix est actuellement le 1er critère d'achat. »

Pour les grand seniors, l'alimentation doit être appréciée et adaptée, notamment nutritionnellement et de par sa texture, qui doit faciliter son ingestion et sa digestion. Elle doit proposer :

  • « des produits aux apports nutritionnels spécifiques, c'est-à-dire riches en calcium, en vitamine D et en protéines
  • des produits savoureux et gourmands, destinés à éveiller la gourmandise et l’intérêt
  • des aliments déclinés sous différents plats et textures, afin de s’adapter aux problèmes de mastication et de déglutition tout en gardant le plaisir et variant les plats
  • des étiquettes alimentaires présentant le produit et ses valeurs nutritionnelles de manière simplifiée et compréhensible, convenant aux personnes âgées ayant des difficultés de lectures ainsi que des troubles visuels
  • des packagings à la préhension et au visuel adaptés. »

Par ailleurs, « avec l'âge, la sensation de soif a tendance à diminuer et les seniors manquent parfois d'appétit. Il n'est pas rare qu'ils sautent un repas, ou qu'ils l'expédient par désintérêt pour la nourriture ou parce qu'ils sont trop rapidement repus. »

 

Quels produits et services pour les seniors ?

Si les seniors constituent un segment à part entière, encore peu d’entreprises se sont clairement positionnées dessus.

Les récents développements produits s’adressent en particulier aux grands seniors et vont mettre en avant les aspects bénéfiques sur la santé. Comme dit précédemment, nous sommes plus là dans une logique de santé publique. Prenons le pain par exemple et citons :

  • le pain aux graines, développé par Eurogerm, pour lequel elle revendique qu'il contribue à une fonction cardiaque et une ossature normales
  • le pain G-Nutrition, proposé par Nutrisens, qui est un pain brioché enrichi en protéines pour maintenir la masse musculaire et en vitamines pour renforcer le système immunitaire.

D’autres pains vont mettre en avant leur richesse en fibres, qui facilitent le transit intestinal.

Les boomers consomment le pain différemment : ils ont besoin de petites quantités de pain, de longue conservation. Ils pratiquent la congélation pour ne pas gâcher et avoir toujours du pain à disposition. Ils apprécient la qualité artisanale. Ils s’intéressent aux nouveautés pour renouveler leurs tables festives et faire plaisir à leurs petits-enfants.

 

A l’horizon 2025, la part de marché des tranches d’âges 55-84 ans augmentera pour :

  • le pain et les céréales
  • les boissons non alcoolisées
  • les fruits et légumes
  • les œufs, le lait et le fromage
  • le poisson
  • les services de restauration

tandis que, dans le même temps, la part de marché des 25-54 ans devrait diminuer. C’est ce qui ressort d’une étude du ministère de l’Agriculture, de FranceAgriMer, de Coop de France, de l’Ania, des professionnels du négoce (CGI) et de la Confédération générale de l’alimentation en détail (CGAD), dont les résultats ont été publiés en 2016.

Concernant la viande, la part de marché des 65 ans et plus augmentera, alors que celle des moins de 65 ans devrait diminuer. La demande des seniors est différente de celle des consommateurs des tranches d’âges plus jeunes. Ils vont par exemple plus souvent demander de la viande tendre ou hachée, facile à mâcher, ou des morceaux ou des quantités plus petits.

Les dépenses des ménages en boissons alcoolisées augmenteront pour toutes les tranches d'âges.

 

Du côté du lieu de vente, son accessibilité et une offre de services adaptés sont à privilégier plutôt que la création de commerces dédiés uniquement aux seniors, ce qu’ils jugent trop stigmatisant. Pourquoi ne pas proposer par exemple :

  • des sièges pour patienter
  • une surface sur laquelle un sac peut être posé pour éviter de devoir trop se baisser pour le ramasser
  • des étiquettes de produits lisibles et claires
  • la livraison de courses ou de plateau repas
  • des ateliers de cuisine.

Au travers de l’enquête Seniors Alimentation, « les sondés ont exprimé le souhait de voir se développer les conférences, les ateliers de cuisine ou d’information sur l’alimentation ainsi que des déjeuners entre seniors au restaurant. C’est le cas, en particulier, des personnes les plus isolées. Si la municipalité de Lyon et la Carsat Rhône-Alpes réfléchissent à une diversification des services et des animations, rien n’empêche les artisans de lancer des initiatives ou de se faire connaitre des collectivités pour participer aux initiatives de ces dernières.

Avant toute chose, observez votre clientèle senior, écoutez ses remarques, ses commentaires, posez lui des questions sur ses besoins.

 

L’équipe Avisé

 

Sources : Marketing Professionnel, 26/01/2016

Vitagora, 25/08/2015

Vitagora, 07/12/2015

Nutrisens, 13/03/2018

RTL, 19/01/2018

Vitagora, 24/02/2015

Vitagora, 16/08/2016

SilverEco, 15/09/2016

Ministère de l’Agriculture, 28/02/2017

Vitagora, 17/11/2015

Le Progrés, 15/03/2018

Crédit photo : PIxabay

Sondage
à la une

On veut connaître votre avis !
7 + 0 =
Trouvez la solution de ce problème mathématique simple et saisissez le résultat. Par exemple, pour 1 + 3, saisissez 4.