Avisé, s'informer pour réussir

site d'informations stratégiques
du réseau des chambres de métiers et de l'artisanat d'Auvergne-Rhône-Alpes

Vous êtes ici

Sécurité alimentaire, traçabilité et bien manger toujours, et davantage, au coeur des attentes des Français en matière d'alimentation

29/06/2015

« Qualité du produit, composition du produit et valeur nutritionnelle prennent de l’ampleur et font de plus en plus l’objet de l'attention des consommateurs. » C'est ce que révèle l'édition 2015 du baromètre sur les Français et l'alimentation, réalisé par Opinion Way pour l'ANIA (Association nationale des industries alimentaires).

 

Autre enseignement : 79 % des consommateurs se déclarent prêts à payer plus pour un produit contenant des ingrédients de très grande qualité.

81 % des personnes interrogées se déclarent prêtes à payer plus cher pour un produit régional et 78 % pour un produit 100 % français.

 

Les consommateurs accordent ainsi davantage de poids à ces critères pour acheter des produits d'alimentation, qu'au prix par exemple. Le prix est un critère d'achat pour 66 % des consommateurs, contre 73 % en 2013.

 

42 % des consommations interrogés pour le baromètre plébiscitent une information plus compréhensible sur la valeur nutritionnelle des produits et 39 % souhaiteraient une meilleure information sur l’origine géographique des produits.

 

Ces éléments vont dans le sens de la réglementation INCO (Information des consommateurs sur les denrées alimentaires), concernant les allergènes et l’indication de l’origine des produits, applicable depuis le 1er avril 2015.

« La Commission a adopté des règles précises relatives à l'indication obligatoire de l'origine sur l'étiquette pour les viandes fraîches, réfrigérées et congelées des animaux des espèces porcine, ovine, caprine et des volailles. Ces règles imposent l'indication obligatoire du pays dans lequel l'animal a été élevé pendant une période représentant une part substantielle de sa vie ainsi que l'indication du pays d'abattage. Les nouvelles exigences s'appliquent depuis le 1er avril 2015 à la viande préemballée. Les États membres pourront décider de les étendre à la viande non préemballée également. »

 

En mai dernier, la Commission a toutefois pointé le paradoxe des consommateurs européens à l’égard de l’étiquetage obligatoire de l’origine : « si l’intérêt est fortement exprimé en sa faveur, le comportement d’achat réel ne suit pas. Peu de consommateurs sont disposés à payer plus cher un produit pour avoir des informations sur l’origine d’un produit ». Les Français sortiraient-ils du lot ?

« Les consommateurs européens semblent par ailleurs davantage intéressés par le lieu de production que par le lieu d’obtention de la matière première principale. »

 

Méthodologie du baromètre sur les Français et l’alimentation : étude réalisée auprès d’un échantillon de 1 006 individus âgés de 18 ans et plus, échantillon représentatif de la population nationale. L'échantillon a été interrogé en ligne via système CAWI (Computer assisted web interviewing), entre le 26 février et le 3 mars 2015.

 

Sources : ANIA, 24/06/2015.

Commission européenne, 20/05/2015.

Gouvernement du Grand-Duché de Luxembourg, 20/05/2015

Crédit photo : Condesign