Avisé, s'informer pour réussir

site d'informations stratégiques
du réseau des chambres de métiers et de l'artisanat d'Auvergne-Rhône-Alpes

Vous êtes ici

Une charte et un label pour la boulangerie artisanale

Profitant du salon Europain qui s’est tenu à Paris du 11 au 14 janvier 2020, la Confédération nationale de la boulangerie-pâtisserie a dévoilé une charte qualité valorisant le travail artisanal. Elle propose aux professionnels d’adhérer au label « Boulanger de France ».

 

Quatre piliers pour une même charte de qualité

La CNBF lance une charte qualité qui rappelle la dimension qualitative qu’implique le travail artisanal. Quatre piliers essentiels la composent :

 

  • La fabrication « maison » qui s’applique à quatre familles de produits représentatifs : le pain, la viennoiserie, la pâtisserie boulangère et la restauration boulangère appelée aussi snacking.

 

 

  • L’accueil et l’accessibilité : en adhérant à la charte, les artisans adaptent leurs horaires d’ouverture aux attentes des clients ; Ils proposent des conseils personnalisés sur la fabrication des produits et informent sur les allergènes ; Ils veillent aussi à une bonne accessibilité aux personnes handicapées.

 

  • La dimension sociétale. Elle s’appuie sur trois thématiques : le sourcing (origine des matières premières, circuits courts, traçabilité), la formation  (transmission des savoir-faire en accompagnant les apprentis) et la solidarité (faire don des invendus aux associations).

 

Délivrance d’une certification

La charte fera l’objet d’une certification délivrée par Bureau Veritas. Cet organisme certificateur indépendant validera le respect des engagements et délivrera le label « Boulanger de France ». Dès l’obtention de l’agrément, l’artisan disposera d’un matériel de communication qui comprend trois affiches, deux vitrophanies, des autocollants et un certificat à afficher.

Pour deux ans, l’adhésion à « Boulanger de France » coûte 310 euros HT aux adhérents d’un groupement départemental de la CNBPF et 620 euros HT pour les non adhérents.

Avec ces outils, « la CNBPF vise à aider les artisans à se détacher de la concurrence industrielle », explique Dominique Anract, son président. Une campagne de communication nationale sera lancée en mars/avril avec l’objectif de revaloriser le métier et de susciter des vocations. Pour rappel, le secteur de la boulangerie-pâtisserie compte 130 000 emplois dans près de 33 000 commerces.

 

Lire aussi : Boulangerie : un marché en plein changement

 

L’équipe Avisé

 

Sources :

Les Nouvelles de la Boulangerie-Pâtisserie N°993 Janvier 2020

lefigaro.fr

artisans-gourmands.fr

 

Crédit photo : Pixabay