Avisé, s'informer pour réussir

site d'informations stratégiques
du réseau des chambres de métiers et de l'artisanat d'Auvergne-Rhône-Alpes

Vous êtes ici

Artisanat du bâtiment : la croissance s’essouffle

11/01/2019
Mots-clés: 

Les entreprises artisanales du bâtiment ont enregistré au 3e trimestre 2018 une hausse d’activité (+2,5%) plus mesurée qu’au trimestre précédent (+3,5 %) relève la CAPEB (Syndicat patronal de l'artisanat du bâtiment) dans sa note de conjoncture. La construction neuve marque le pas avec une progression de + 4% contre + 6,5 % au second trimestre. Ceci s’explique par la baisse du nombre de permis de construire (-5%) qui va conduire à un recul des mises en chantier dans les mois à venir. Malgré des conditions de crédit encore attractives, la construction neuve commence à subir les contrecoups des mesures gouvernementales prises en début d’année (PTZ, réforme du modèle HLM…)

 

La rénovation se maintient

Pour la période, en revanche, la rénovation se maintient (+1,5%) alors que les travaux d’amélioration de la performance énergétique des logements affichent un essoufflement inquiétant (+1% contre 2,5 % au même trimestre de l’année précédente), suite au rabotage du CITE. Pour la CAPEB et les professionnels du secteur la vigilance et l’inquiétude sont donc de mise. Pour la première fois depuis huit ans, les travaux de performance énergétique enregistrent une croissance inférieure à l’activité d’entretien-rénovation.

En termes de carnets de commande, le nombre de jours continue de diminuer : au 3e trimestre, ils représentent 80 jours de travail (10 jours de moins qu’un an auparavant). L’exclusion des fenêtres du champ du CITE a provoqué une dégradation nette des carnets de commandes pour les menuiseries.

Quant à l’emploi salarié, il a continué de croître dans les entreprises de moins de 20 salariés du BTP, avec une hausse de 1,2% sur un an au 2e trimestre 2018 ( 0,9% au 2e trimestre 2017).

Enfin l’activité a progressé sur l’ensemble du territoire. Certaines régions portent davantage la croissance : Pays de Loire (+ 3,5 %), Auvergne-Rhône-Alpes (+3%) et PACA (+3 %). Mais le dynamisme est moins net qu’au 2e trimestre : Auvergne-Rhône-Alpes affichait alors une croissance de +5%.

 

Focus sur la région Auvergne-Rhône-Alpes

L’étude de conjoncture conduite par la CAPEB Auvergne-Rhône-Alpes pour mesurer le ressenti et le moral des chefs d’entreprise confirme les résultats présentés au niveau national. La reprise d’activité dans la région Auvergne-Rhône-Alpes reste fragile avec des indicateurs qui stagnent par rapport au trimestre précédent. La CAPEB attend des mesures stables et fortes notamment pour favoriser les travaux de performance énergétique.

Quelque 36 % des chefs d’entreprises artisanales interrogés annoncent un bon voire un très bon niveau d’activité (+3%) pour le trimestre écoulé. Mais la reprise est inégale, 27% d’entre eux indiquant rencontrer des difficultés, notamment pour près d’un tiers de maçons, couvreurs-zingueurs et des entreprises tous corps d’état.

Quant à la visibilité en termes de carnets de commandes, elle reste bonne, même si elle est en légère baisse par rapport au second trimestre. La visibilité demeure supérieure à trois mois pour 46 % des chefs d’entreprise, et entre un à trois mois pour 37% de l’échantillon. La meilleure visibilité est constatée par les couvreurs-zingueurs, les maçons, les charpentiers et les carreleurs, avec plus de 70 % d’entre eux qui affichent une visibilité supérieure à trois mois.

En termes de chiffre d’affaires, c’est la stabilité qui prévaut pour plus d’un artisan sur deux. Mais 15 % (au lieu de 18%) annoncent un chiffre d’affaires en recul.

En termes de trésorerie, la situation reste partagée : un tiers relèvent une bonne trésorerie voire très bonne, un tiers une trésorerie stable, un tiers une trésorerie insuffisante. Quant aux marges, elles restent peu élevées dans l’ensemble : elles stagnent pour 71 % des entreprises et diminuent même pour 20% d’entre elles. 8% seulement des entreprises relèvent une amélioration (contre 10% au trimestre précédent).

 

Difficultés de recrutement

39 % des entreprises interrogées annoncent des projets de recrutement. Mais par rapport au second trimestre, les prévisions d’embauche en CDI baissent au profit de celles en CDD, respectivement 48% (moins 10 points) et 41% (plus 5 points). La plupart des entreprises se heurtent toujours à des difficultés de recrutement et à un manque de personnel qualifié. Ainsi, près de 200 postes sont à pourvoir en Auvergne-Rhône-Alpes.

 

Lire aussi :

Note de conjoncture 3ème trimestre 2018

 

 

L’équipe Avisé

 

Sources :

capeb.fr

ecomnews.fr

Crédit photo : Pixabay