Avisé, s'informer pour réussir

site d'informations stratégiques
du réseau des chambres de métiers et de l'artisanat d'Auvergne-Rhône-Alpes

Vous êtes ici

Ameublement : la fin d’un cycle

07/03/2019
Mots-clés: 

La Fédération française du négoce de l’ameublement et de l’équipement de la maison (FNAEM) et l’Institut de prospective et d’études de l’ameublement (IPEA) viennent de publier les résultats détaillés de l’ameublement pour 2018.

 

En dents de scie

Il ressort que le secteur, qui a toujours fonctionné sur un rythme de cycles de croissance courts, connaît en 2018 la fin de celui entamé en 2015. Ainsi, après trois années successives de progression, le marché voit son activité reculer de 2,7 % en valeur en 2018 pour se stabiliser à 9,5 milliards d’euros TTC. Il a ainsi perdu l’an dernier plus de 250 millions, ce qui le ramène à une valeur inférieure à celle enregistrée en 2016 et efface le bon exercice 2017.

Après un premier semestre semblable à l’année 2017 c’est-à-dire très erratique (avec une alternance de bonnes performances et de reculs d’activité d’un mois sur l’autre), l’ameublement a connu un second semestre 2018 beaucoup plus difficile, relève la FNAEM. Pour rappel, en 2017, le marché avait vu son activité progresser de 8,5 % lors d’un troisième trimestre qualifié de hors norme. « Il était donc attendu que le troisième trimestre de l’exercice 2018 soit en retrait » explique le syndicat professionnel. Le dernier trimestre n’aura fait, quant à lui, que confirmer la  tendance des neufs premiers mois.

 

Seule la cuisine est toujours en croissance

Dans ce contexte, seul le segment de la cuisine enregistre une croissance des ventes (+1,1 %), notamment due aux performances des spécialistes cuisine (+3,2 %). Toutefois, cette progression se ralentit, en comparaison avec les deux précédents exercices (+ 3,7 % en 2016 et + 4 % en 2017).

« Le marché parvient néanmoins progressivement à se soustraire de sa dépendance des mises en chantier de logements neufs » souligne la FNAEM.

Le segment de la literie a réussi à maintenir ses ventes après avoir progressé de 5,5 % en 2016 et de 3 %  en 2017. Pour rappel, ce marché a connu une croissance presque ininterrompue pendant plus de 15 ans.

Toujours dépendants des mises en chantier de logements neufs, les meubles de salles de bains sont eux en recul de - 3,9 %, directement impactés par le ralentissement observé dans l’immobilier. Affectés par une météo capricieuse et un printemps plutôt frais, les meubles de jardin ont, pour leur part, enregistré une baisse de - 4 %. Le bel été qui s’est prolongé jusqu’en septembre n’a cependant pas permis de se remettre d’un début de saison difficile.

Le meuble rembourré (canapés, fauteuils, banquettes) voit ses ventes chuter de - 4,7 % après deux années de progression respectivement + 1,5 % en 2016 et + 2,3 % en 2017. Quant au meuble meublant, il a connu un recul de - 5,2 %, soit la plus forte chute d’activité du secteur dans son ensemble pour l’année 2018. Il passe pour la première fois en 2018 sous la barre des 3 milliards d’euros, à 2,9 milliards.

 

Un marché sous influence

Globalement, le marché du meuble reste toujours dépendant de l’activité sur les marchés de l’immobilier, neuf comme ancien. En 2018, le recul de l’immobilier neuf a donc impacté le marché du meuble : les mises en chantier n’ont pas atteint les 400 000  unités, en recul de 7 % par rapport à 2017.

Et pour 2019, la Fédération française du bâtiment (FFB) n’est guère plus optimiste : elle estime que les mises en chantier de logements neufs devraient reculer d’environ 7 %, représentant 25 000 unités de moins sur l’année. L’espoir vient plutôt de l’immobilier ancien, avec un niveau toujours bas des taux d’intérêt. Une tendance favorable au marché de l’ameublement, le déménagement demeurant la première raison d’achats de meubles.

 

Soutenir l’export et le pouvoir d’achat

Par ailleurs, la filière meuble est poussée par une hausse des exportations à l’international, qui a atteint + 1,3 % en 2018. Le secteur a été capable d’innover et de répondre aux besoins des ménages à l’international, profitant aussi de l’attractivité de la marque France hors des frontières.

« L’équilibre entre l’art de vivre à la française, le french design et l’excellence industrielle sont autant d’atouts du meuble français pour conquérir d’autres cultures » souligne encore la FNAEM, qui insiste sur la nécessité de maintenir une croissance forte en France pour favoriser le déploiement du secteur à l’international.

Dans ce but, la filière meuble appelle les pouvoirs publics à prendre « une mesure simple et efficace pour favoriser le pouvoir d’achat et relancer le marché de l’ameublement ». Elle demande au gouvernement d’autoriser un déblocage temporaire (pour une durée de 24 mois)  et partiel ( dans la limite de 10 000 euros) du Plan Epargne Logement pour l’achat de meubles neufs.

Les envies de rénovation de leur logement et les achats de meubles font en effet partie des priorités des Français pour l’année 2019.

Lire aussi : Les projets des français en 2019

 

Quelle normalisation pour le secteur « Ameublement » ?

Le rapport présentant la situation en matière de normalisation, pour le secteur "Ameublement",  vient de paraître. Il fait un point complet au 1er janvier 2019. Dans cet ouvrage sont recensés les textes en vigueur et ceux en préparation. On peut aussi y trouver les principaux acteurs engagés dans cette action collective et l’organisation destinée à préparer les textes et les activités de normalisation du domaine de l’Ameublement qui sont gérées par le Bureau de Normalisation du Bois et de l'Ameublement (BNBA).

 

Pour rappel, les principaux enjeux du programme de normalisation géré par le BNBA sont de:

  • Assurer une cohérence entre les textes français, européens et internationaux

  • S’impliquer dans la réglementation

  • Simplifier l'application des textes

  • Poser des exigences sur les performances d’aptitude à l’usage en complément aux exigences de sécurité

  • Ne pas se voir imposer des contraintes issues d’autres pays, des contraintes d’autres professions ou encore d’éventuels excès

 

L’équipe Avisé

 

Sources :

ameublement.com

fcba.fr

 

Crédit photo :  Cuisines Schmidt