Avisé, s'informer pour réussir

site d'informations stratégiques
du réseau des chambres de métiers et de l'artisanat d'Auvergne-Rhône-Alpes

Vous êtes ici

Cuir : hausse des ventes vers l’Asie, recul vers l’Italie

07/05/2021

La filière française du cuir a enregistré des exportations en baisse de 9% en 2020 à 11,9 milliards d’euros et des importations en recul de 15% à 9,7 milliards d’euros. Mais la France qui exporte plus qu’elle n’importe affiche toutefois des échanges toujours plus excédentaires : le taux de couverture a gagné 7 points à 124%.

 

Ce résultat est obtenu grâce à trois secteurs qui placent la France parmi les principaux exportateurs mondiaux : la maroquinerie, les cuirs et peaux bruts, dont la France est le 3ème exportateur mondial, et les vêtements en cuir pour lesquels la France est le 5ème exportateur mondial.

 

Regain d’intérêt de la Chine

En 2020, la France a profité du regain d’intérêt de la Chine pour ses produits : les achats chinois en France ont progressé de 80% (contre 35% en 2019). La Chine est le 4ème client de la maroquinerie après Hong-Kong, les Etats-Unis et Singapour. La demande d’articles a doublé en un an et a été multipliée par dix lors de la dernière décennie.

En amont de la filière, la Chine a été fortement présente : les exportations de cuirs et peaux bruts vers ce pays ont progressé de 74%. Si les ventes vers la Chine se développent à un rythme soutenu, les importations reculent (-27% comparé à 2015 et – 19% comparé à 2019).

 

L’Italie en net recul

Premier client de la France avec 12% des exportations, l’Italie a baissé sa demande de 19%. Les ventes de cuirs et peaux bruts vers ce pays représentent plus des deux-tiers des exportations de la filière cuir. Avec le recul de la demande des tanneurs italiens, ces ventes ont chuté de 35% l’an dernier.

Quant aux cuirs finis, ils ont vu leurs ventes s’effondrer de 45% en 2020 après avoir perdu déjà – 21% en 2019. Les produits finis ont enregistré une baisse légèrement moins importante de 15% contre – 39% pour les matières premières. La chaussure a connu un recul de 11% et les articles de maroquinerie une baisse de 19%.

« La crise sanitaire n’épargne aucun secteur. Avec les cuirs et peaux bruts, l’amont sort timidement la tête de l’eau avec la réouverture des frontières entre la France et la Chine » constate Frank Boehly, président du Conseil National du Cuir. Quant aux ventes de cuir fini, tributaire de l’Italie, dont l’activité reprend difficilement, elles continuent à perdre de la vitesse».

Selon lui, en dépit de cette situation inédite, le luxe français continue de rayonner et de gagner du terrain sur le continent asiatique confirmant « le caractère exceptionnel des savoir-faire de la filière française du cuir, enjeu stratégique qu’elle s’emploie à préserver ».

 

L’équipe Avisé

 

Source : Conseil National du Cuir

 

Crédit photo : Fortier-Beaulieu. CNC. P&M