Avisé, s'informer pour réussir

site d'informations stratégiques
du réseau des chambres de métiers et de l'artisanat d'Auvergne-Rhône-Alpes

Vous êtes ici

Filière sports : un contrat de filière pour favoriser le développement en France et à l'étranger

Après l’installation du comité stratégique de la filière sport en avril 2015, le contrat de filière a été signé le 23 mars 2016 par le ministère de l'Economie, de l'Industrie et du Numérique, le ministère de la Ville, de la Jeunesse et des Sports et le secrétariat d’Etat au Commerce Extérieur, à la Promotion du tourisme et aux Français à l’étranger. Plus de 110 acteurs ont participé à son élaboration, dont 76 entreprises, 12 fédérations et ligues sportives et 10 opérateurs publics, 

Objectif : favoriser la croissance de l’activité des entreprises du secteur du sport en France et sur les marchés internationaux.

" La création de la filière sport a pour objectif de structurer le secteur afin de permettre aux entreprises françaises de prendre pleinement part à la croissance générée par l’économie du sport au niveau mondial. Quatre axes couvrant l’ensemble des problématiques de la filière ont été fixés dans le contrat :

  • le renforcement des coopérations entre les acteurs de la filière,
  • le renouvellement de l’écosystème du financement des équipements sportifs,
  • la promotion de l’innovation au sein de la filière sport,
  • la structuration de l’offre française à l’international.

Dans ce cadre, 3 mesures seront prioritaires et devront se concrétiser dès 2016 pour certaines d’entre elles, et au plus tard d’ici la fin de l’année 2017 pour d’autres.

  • définir un référentiel commun pour la conception des équipements. S’agissant de la réalisation et de l’exploitation des équipements et des événements sportifs, il est essentiel de définir des standards partagés par l’ensemble de la filière. Ces référentiels devront par ailleurs permettre de développer des « équipements vitrines », servant de référence tant au niveau national qu’au niveau international ;
  • créer un démonstrateur virtuel sur les solutions du futur. Dès à présent, les savoir-faire de pointe des acteurs de la filière peuvent être valorisés et montrés aux clients potentiels en utilisant le levier du numérique. Il s’agit de réaliser un démonstrateur financé par les entreprises elles-mêmes, favorisant la recherche et la démonstration de solutions prospectives pour répondre aux besoins des clientèles (stades modernes, solutions de mobilité durable, nouvelle billetterie électronique, etc.) ;
  • structurer la filière à l’export. La conquête à l’export se matérialisera rapidement avec la mise en place, dans le cadre de besoins identifiés par les entreprises, de « clubs sport à l’export » implantés sur les marchés ciblés, en particulier la Chine. "

Une étude sur les enjeux et perspectives des industries du sport en France et à l’international, publiée en juin 2016, recommande des actions en faveur des industriels du sport, dont certaines s’inscrivent déjà et d'autres pourraient s’inscrire dans le contrat de filière. Parmi ces actions qui pourraient donc voir le jour, citons notamment : 

  • " le lancement, sur des territoires pilotes, des espaces d’expérimentation sur le modèle des living labs, permettant à des panels types de consommateurs de tester des innovations et de partager avec l’ensemble des parties prenantes leurs retours d’expérience ainsi que leurs attentes (pratique, critères de choix, etc.). Rappelons à cette occasion qu'existent en Auvergne - Rhône-Alpes le Chamonix Mont-Blanc Mountain lab, qui permet de tester des produits en conditions réelles, un panel de consommateurs proposé aux projets intégrant l'incubateur Annecy Base Camp et une plateforme de tests et d'expertises scientifiques proposée aux adhérents de Sporaltec.
  • l'encouragement de la réflexion collective visant à tendre vers des référentiels partagés de RSE (Responsabilité sociétale des entreprises) afin de communiquer, à l’échelle de la filière, sur des critères homogènes et comparables entre les marques, facilement compréhensibles par les consommateurs. L'accompagnement des entreprises dans leurs démarches de transition en matière de RSE en les aidant notamment à faire le bilan des actions déjà entreprises (écoconception, recyclage, impact local, etc.), mais aussi à réfléchir sur la façon de mettre en valeur leurs bonnes pratiques ;
  • la définition d'une charte et un plan de communication spécifiques pour les acteurs français de la filière sport visant à renforcer leur visibilité lors des salons professionnels internationaux. "

Nous aurons l'occasion d'évoquer les constats et recommandations de cette étude dans une autre actu.

 


L'équipe Avisé

 


Sources : ministère de l'Economie, de l'Industrie et du Numérique, 23/03/2016

DGE, 09/06/2016

Crédit photo : Phovoir