Avisé, s'informer pour réussir

site d'informations stratégiques
du réseau des chambres de métiers et de l'artisanat d'Auvergne-Rhône-Alpes

Vous êtes ici

Focus sur le meuble français

07/11/2019
Mots-clés: 

« L’industrie française du meuble face à la concurrence européenne et chinoise », tel est l’intitulé choisi par l’Insee pour un focus consacré à ce secteur d’activité. Il en ressort qu’en 2018, la France a produit pour 5 milliards d’euros de meubles. Une activité constituée pour une large part de petites entrepriseson en dénombre 2 171 au total – qui réalisent, pour la majorité d’entre elles, un chiffre d’affaires annuel inférieur à 300 000 euros, avec un effectif moyen par employeur inférieur à 20 salariés. S’y ajoutent quelques grandes sociétés comme Alsapan, Aube Bedding, Copirel, Fournier, Gautier France, HMY France, Meubles Demeyere, Parisot, Schmidt Groupe ou Steelcase SA.

 

Bien présente partout en France

L’Insee relève, par ailleurs, que l’industrie du meuble est bien implantée dans toutes les régions françaises, avec quatre d’entre elles qui concentrent la moitié des effectifs (54 %) : Auvergne-Rhône-Alpes tient la tête, suivie des Pays de la Loire, Grand Est et Nouvelle-Aquitaine. À noter que quelques grands établissements employant plus de 500 salariés sont présents en Auvergne-Rhône-Alpes, Grand Est, Bourgogne-Franche-Comté et Hauts de France.

Mais l’emploi depuis dix ans s’inscrit en recul, davantage encore après 2008. Ainsi, la branche compte environ 41 000 salariés en 2016 contre 84 000 dix ans plus tôt, soit plus du double. L’emploi a baissé de moitié dans le Grand Est et en Nouvelle-Aquitaine mais a mieux résisté en Auvergne-Rhône-Alpes et dans les Pays de la Loire. Reste qu’en dix ans, ces deux régions ont tout de même perdu un tiers de leur effectif. Pire encore en Normandie qui en a perdu les trois quarts sur la même période.

 

 

Cinquième producteur européen

La production française de meubles occupe en 2018 le cinquième rang européen, avec 6 % de la production de l’Union européenne à 28 pays. Elle se classe après l’Allemagne (21 %), l’Italie (20 %), la Pologne (15 %) et le Royaume-Uni (9 %). Le segment de marché du meuble « meublant » (meubles en bois pour chambres à coucher, salle à manger, salle de séjour, salle de bain ou d’extérieur) prédomine en France comme dans l’UE. La part de la France est de 6 % loin derrière la Pologne (17 %) et l’Allemagne (15 %).

Quant à la production de sièges, en seconde place au niveau européen, elle a connu un fort recul en France largement devancée par la Pologne, l’Italie et l’Allemagne qui fabriquent plus de 50 % des sièges en Europe. La France en produit seulement 4 % et se situe à la septième place.

Dans les meubles de cuisine en bois et les meubles de bureau et de magasins en bois, la France avec 8 % se classe loin derrière ses principaux concurrents que sont l’Allemagne (41 %), l’Italie (21 %) et le Royaume-Uni (18 %). À noter que l’Allemagne (26 %) est le premier fabricant de meubles de bureau et de magasins en bois suivie de la Pologne (15 %).

 

Une balance commerciale très déficitaire

L’industrie du meuble française doit faire face à une très vive concurrence internationale émanant tant de l’Union européenne que de la Chine, premier pays fournisseur de meubles en France.

Au total, en 2018, les importations ont atteint 7,2 milliards d’euros. Elles ont bondi de plus de 20 % en dix ans et représentent 1,5 fois la valeur de la production française. Les principaux fournisseurs sont la Chine, l’Italie, l’Allemagne et la Pologne, qui livrent plus de la moitié des importations françaises. Les produits venant de Chine et de Pologne ont plus que doublé en dix ans.

Plus de 80 % des importations sur le territoire français sont constituées de sièges et leurs parties ainsi que de meubles « meublant », en provenance pour l’essentiel de Chine et d’Italie. Ce pays est aussi le premier fournisseur en meubles de bureau et de magasin. L’Allemagne est le premier fournisseur de meubles de cuisine et la Belgique pour la literie.

De son côté, la France exporte pour 2,1 milliards d’euros, soit 40 % de sa production. Le déficit commercial s’élève à plus de 5 milliards (il était de 3,5 milliards d’euros en 2008). Entre 2008 et 2018, les exportations ont reculé de 12 % et les importations ont bondi de 20 %.

 

Lire aussi : Ameublement : la fin d’un cycle

 

L’équipe Avisé

 

Source : insee.fr

 

Crédit photo : Pixabay