Avisé, s'informer pour réussir

site d'informations stratégiques
du réseau des chambres de métiers et de l'artisanat d'Auvergne-Rhône-Alpes

Vous êtes ici

Genève, place forte de l’horlogerie, et opportunité de marché pour les entreprises françaises

Genève est la place forte de l’horlogerie mais la présence savoyarde y est aussi affirmée. Pour la sixième année consécutive, la Chambre de Métiers et de l’Artisanat de la Haute-Savoie, avec le soutien du Pôle de compétitivité Mont-Blanc Industries, a présenté du 20 au 23 juin son collectif sur le salon de l’Horlogerie EPHJ à Palexpo.

 

Ce collectif est constitué de 10 entreprises complémentaires avec chacune un savoir-faire reconnu dans l’Horlogerie, ce qui  leur permet de présenter leurs compétences et entretenir leurs relations clients pendant 4 jours.

 

ephj-collectif

 

Se positionner sur un salon : une démarche de long terme 

Après une année plutôt morose dans l’Horlogerie, l’édition 2017 a été placée sous le signe de l’espérance avec des rencontres et contacts très prometteurs, signe d’une reprise évidente.

Pour une entreprise, la présence sur un salon sur le long terme est un élément déterminant à prendre en compte pour la réussite de l’aventure. Des prospects rencontrés 4 ans plus tôt, reviennent ainsi pour tester le sérieux et la résilience des entreprises présentes.

voir aussi : "Horlogerie : un marché mondial à la peine, marqué par une année 2016 difficile pour la Suisse"

 

Marché suisse : l'implantation d'une filiale facilite les démarches transfrontalières

Mais la présence sur un salon ne suffit pas toujours pour développer son marché sur Suisse, et l’implantation d‘une filiale facilite parfois les démarches transfrontalières. Ainsi, les entreprises savoyardes du collectif ont déjà créé 25 emplois en Suisse.

Parmi eux, Elefil, une entreprise de 7 personnes spécialisée en électro-érosion qui a ouvert une filiale en Suisse en automne 2015 à Fribourg. A l’heure du premier bilan, le taux de charge de ses machines est resté stable malgré une conjoncture difficile. « Il y a indéniablement un beau potentiel qui n’attend qu’une embellie pour se révéler. Cette situation nous conforte dans notre choix de venir s’installer ici », a confirmé Julien Bosson, le directeur de la filiale. Retrouvez le témoignage de cette TPE dans un reportage de France 3 :

 

 

L’intérêt d’ouvrir une filiale quand on développe ses activités sur suisse est dans un premier temps de réduire les formalités douanières afin d’être plus réactif au contact de ses clients. En second lieu, l’image et le respect du label « Swiss made » est très important dans l’esprit de clients potentiels. Enfin, une implantation sur Suisse permet aux entreprises françaises de se rapprochez d’autres sous-traitants horlogers spécialistes du secteur.

 

Implantation en Suisse : de nombreuses réglementations

Pour autant, l’implantation en Suisse n’est pas toujours aisé et soumise à de nombreuses réglementations. Pour en savoir plus, rendez-vous sur le site de l'ULAM (Union Lémanique de l'Artisanat et des Métiers) 

Mais nul doute que l’exemple de la réussite du collectif haut-savoyard sur ce salon de l’horlogerie va ouvrir la voie à d’autres entreprises françaises désireuses de s’implanter durablement en Suisse. 

 

Vincent HERVIER, conseiller export - CMA 74

Crédit photo : StockSnap.io