Avisé, s'informer pour réussir

site d'informations stratégiques
du réseau des chambres de métiers et de l'artisanat d'Auvergne-Rhône-Alpes

Vous êtes ici

Le Conseil National du Cuir soutient les jeunes entreprises

Le Conseil National du cuir a mis en place plusieurs outils pour soutenir les jeunes entreprises de la filière. L’incubateur ADC et le projet Faire de Lance sont la preuve de cet engagement envers les porteurs de projets et les créateurs.

 

« La filière cuir est très attentive aux initiatives des jeunes créateurs et veut les accompagner en leur facilitant la tâche. L’objectif est de constituer un vivier créatif et innovant » a expliqué à la presse Frank Boelhy, président du Conseil National du Cuir. Celui-ci regroupe 21 fédérations et syndicats professionnels depuis l’élevage jusqu’à la distribution des produits finis en passant par le secteur industriel. Il a vocation d’animer l’ensemble de la filière française du cuir.

 

ADC : l’incubateur de la filière cuir

Dès 2012, le CNC, la Fédération française de la Chaussure et le Centre technique du cuir (CTC) ont souhaité développer leur soutien à un plus grand nombre d’entrepreneurs avec la mise en place du dispositif ADC, -dénommé Au-delà du cuir-, unique incubateur d’entreprises de la filière.

ADC a ainsi bénéficié d’un investissement de 5,6 millions d’euros d’investissements dont 1,2 millions reversés sous forme de subvention à ses lauréats et 3 millions investis en accompagnement individuel et collectif.

A ce jour, 79 TPE ont été soutenues dans leurs projets dont 60 sont encore en activité représentant un chiffre d’affaires cumulé de 37 millions d’euros. Ces 60 entreprises ont permis de créer 195 emplois directs et 89 emplois induits en France et 74 en Europe.

Concrètement, une dizaine de lauréats sont sélectionnés chaque année par un jury d’experts afin de suivre un programme leur donnant accès à des ateliers collectifs et individuels sur mesure. Il s’adresse aux entrepreneurs qui ont déjà lancé leur marché. Ceux-ci doivent se porter candidat, à partir de juillet, sur le site internet audeladucuir.com. Le jury d’experts se réunit courant novembre pour sélectionner les lauréats.

Plusieurs critères de sélection sont pris en compte :

  • Jeune entreprise de produits ou services créatifs et innovants de la filière Cuir
  • Entreprise avec un chiffre d’affaires au moins supérieur à 50 000 euros ou entreprise à partir de 250 000 euros de chiffre d’affaires
  • Entreprise française qui fabrique en France ou en Europe
  • Le chef d’entreprise doit avoir des ambitions entrepreneuriales et industrielles
  • Capacité du porteur de projet à devenir chef d’entreprise

 

Une fois sélectionnés, les lauréats profitent durant un an (renouvelable deux fois) d’un accompagnement individuel et collectif et d’un accompagnement financier. Ils ont l’opportunité d’élargir leur réseau et profitent d’une mise à disposition d’un showroom de 150 m2 (au 64 rue de Cléry à Paris) pour mettre en place un pop-up store, des ventes privées ou des présentations de collections et ainsi exposer leurs créations.

À noter enfin que l’incubateur ADC organise plusieurs fois par an des séminaires ouverts à tous les porteurs de projets sur la création d’entreprise dans le secteur de la mode.

 

Faire de Lance, une plateforme d’échanges entre fabricants et créateurs

Autre outil mis en place à l’initiative, en 2019, de Jean-Pierre Tolo, président de la Fédération Française de la Maroquinerie, Faire de Lance est une plateforme de mise en relation entre porteurs de projets et fabricants. Son but est de tenter d’apporter des solutions aux difficultés auxquelles sont confrontés les professionnels de la filière.

L’objectif est d’accompagner les créateurs dans leurs projets en proposant aux jeunes marques de bénéficier d’un réseau de partenaires et de fournisseurs. Les nouveaux entrants dans la filière ont ainsi à leur disposition un réseau de fabrication de prototypes, d’échantillons et de mini-séries.

« Nous voulons aider les jeunes entreprises à formater leur projet en les mettant en relation avec plusieurs industriels et en leur permettant de choisir celui avec lequel elles vont travailler » explique Jean-Pierre Tolo. « Nous souhaitons créer des ponts entre le monde industriel et les créateurs ».

C’est aussi une manière d’irriguer le tissu industriel français en continuant à fabriquer français grâce aux nouveaux marchés apportés par les créateurs. Déjà, 250 demandes, qui arrivent tous les jours, sont enregistrées par la filière chaque année.

L’ambition de Faire de Lance est multiple :

  • Rendre le « made in France » accessible aux professionnels de la chaussure et de la maroquinerie
  • Apporter de nouveaux clients aux industriels de la chaussure pour assurer la pérennité des emplois
  • Contribuer à la création d’emplois dans la filière maroquinerie moyen et haut de gamme
  • Accompagner le développement d’un entreprenariat jeune, créatif et engagé
  • Répondre aux attentes des consommateurs en orientant les nouveaux entrants vers l’utilisation de composants innovants et éco-responsables

Pour rappel, le Conseil National du Cuir a également apporté son soutien à un fonds de garantie créé au sein de l’IFCIC : une douzaine d’entreprises ont déjà eu accès au crédit grâce à ce dispositif et 1,5 millions d’euros de prêts ont été accordés.

Par ailleurs, il a participé à la mise en place du fonds d’investissement Cuir Invest qui a pour but d’accompagner les jeunes entreprises prometteuses en les dotant de fonds propres. Des prises de participation au capital pour un montant de 5 millions d’euros ont déjà été réalisées dans 6 ou 7 entreprises.

 

L’équipe Avisé

 

Source : Conseil National du Cuir

 

Crédit photo : Lucile Casanova