Avisé, s'informer pour réussir

site d'informations stratégiques
du réseau des chambres de métiers et de l'artisanat d'Auvergne-Rhône-Alpes

Vous êtes ici

Le marché du jouet résiste à la crise

Les ventes de jeux et jouets ont reculé de 1,5% en valeur en 2020, malgré la fermeture des magasins. Le secteur a su tirer son épingle du jeu en dépit d’une baisse de 8% en volume grâce à la hausse du prix moyen.

« Les Français ont acheté plus de gros jouets pour occuper les enfants » explique Frédérique Tutt, experte du secteur chez NPD Group. Le prix moyen a augmenté de 7% passant de 16,74 à 17,83 euros en moyenne. Ils ont surtout anticipé leurs achats avant le reconfinement intervenu en novembre. « Puis ils sont revenus en magasin pour les terminer ».

 

Internet comme amortisseur

Le secteur a enregistré en effet une progression de 31% des ventes la semaine du 30 novembre, semaine du déconfinement et du Black Friday. « 10% des ventes annuelles en magasins, -soit 300 millions d’euros- ont été faites en une semaine » précise-telle. Lors du dernier trimestre, qui représente 55% du chiffre d’affaires, la baisse a été 2,2% en raison de la fermeture des magasins physiques selon l’Institut NPD.

Tout au long de l’année, les ventes via internet ont servi d’amortisseur: 32% des ventes ont été réalisées à distance, encouragées par le drive et le click & collect mis en place par les distributeurs (contre 26% en 2019). Au final, le secteur affiche un chiffre d’affaires de 3 milliards d’euros (contre 3,5 milliards en 2019.

 

Un plaisir redécouvert en famille

Un bilan plutôt satisfaisant pour les professionnels. « Nous sortons la tête haute » indique Florent Leroux, président de la Fédération française des industries jouet puériculture (FJP), la fédération des fabricants. « Les familles ont redécouvert le plaisir de jouer car elles ont eu plus de temps, nous allons capitaliser là-dessus ».

Pour sa part, Philippe Geydon, co-président de la Fédération des commerçants spécialistes du jouet estime que « les enseignes physiques ont tiré leur épingle du jeu, ce qui confirme que notre modèle reste attractif pour les consommateurs. Elles ont su s’adapter après le premier confinement et booster le digital ainsi que le click & collect ».

Les jeux de société et les puzzles sortent grands gagnants de l’année 2020, avec des ventes en progression de 10% en France, premier marché européen Les jouets électroniques (+6%) et les jeux de construction (+5%)ont également enregistré des ventes à la hausse.

« Pour répondre à la demande, certains fabricants ont dû adapter les lignes de production en baissant la conception de produits artistiques pour favoriser les puzzles et les jeux » souligne Florent Leroux, directeur général de Ravensburger et président de la FJP.

 

Rebond attendu

Pour 2021, les professionnels parient sur un rebond au deuxième trimestre après un premier trimestre tendu, mais qui n’est pas stratégique. Avec un nouveau reconfinement en toile de fond, la FJP va œuvrer pour « faire reconnaître le jouet comme un produit de première nécessité, ce qui été le le cas  aux Etats-Unis, en Italie, en Allemagne où le secteur a été moins touché par les confinements et fermetures obligatoires des commerces » conclut Florent Leroux.

 

 

L’équipe Avisé

 

Sources :

lsa-conso.fr

lesechos.fr

bfmtv.com

 

Crédit photo : Pixabay