Avisé, s'informer pour réussir

site d'informations stratégiques
du réseau des chambres de métiers et de l'artisanat d'Auvergne-Rhône-Alpes

Vous êtes ici

PME : recruter un Volontaire Territorial en Entreprise

Lors du Conseil National de l’Industrie, le gouvernement a lancé un nouveau dispositif destiné à favoriser le recrutement de talents dans les PME industrielles. Baptisé Volontariat Territorial en Entreprise (VTE), il s’inspire du succès rencontré par le Volontariat International en Entreprise (VIE) auprès des jeunes diplômés : créé en 2000, il permet, chaque année à 10 000 étudiants de travailler à l’étranger pour le compte d’entreprises.

Le VTE s’appuie lui sur le site internet www.vte-france.fr, qui proposera aux étudiants ou jeunes diplômés de candidater aux offres d’emplois déposées par des PME et ETI  industrielles, implantées notamment dans les Territoires d’Industrie  - dont 17 en Région Auvergne-Rhône-Alpes(*) - définis préalablement.

 

Au moins un an

Pour le chef d’entreprise, c’est l’occasion d’attirer de jeunes talents capables de porter un regard neuf sur une PME, tout en profitant des compétences spécifiques.

En pratique, le VTE  s’adresse aux étudiants et jeunes diplômés de niveau bac + 2 à bac + 5. Il consistera en une expérience d’au moins un an qui pourra prendre la forme d’un contrat d’apprentissage pour les étudiants, d’un CDD ou d’un CDI pour les jeunes diplômés et qui seront rémunérés par l’entreprise.

Des fiches types ont été définies : « devenez bras droit du dirigeant », « projet de transformation digitale », « Finance M&A »…,etc. Il ne s’agit pas de proposer des stages mais de susciter des projets impactant pour les PME ; Les étudiants seront rémunérés à un salarie correspondant a minima au smic.

Pour l’instant, seule une aide des collectivités est envisagée pour faciliter la recherche de logement, d’école ou d’emploi pour les conjoints dans les territoires.

 

100 VTE au moins d’ici septembre

L’État et Bpifrance ont fixé un objectif de 100 VTE signés pour la phase expérimentale qui débutera à la rentrée de septembre.Après cette première expérimentation, l’objectif cible est de 2 000 VTE par an

Le but est en effet de convaincre les jeunes talents sorits des écoles de miser aussi sur des petites entreprises pour démarrer une carrière. Selon une étude réalisée en 2017 par le Le Lab Bpifrance, 90 % de ces entreprises ont des difficultés pour recruter, notamment si l’on s’éloigne des grandes métropoles.

 Le VTE a donc vocation à participer pleinement du renouveau des entreprises de la French Fab en incitant les étudiants ou jeunes diplômés des écoles de commerce, des écoles d’ingénieurs ou encore d’universités, à y acquérir une connaissance fine de l’entreprise et de ses métiers. Il permet en effet une immersion dans la vie de l’entreprise, avec immédiatement la prise de responsabilités.

Les premières écoles mobilisées autour de ce dispositif sont : EMLyon Business School, Y School Troyes, European Business School Paris, ESCP Europe, Ecole Nationale Supérieure des Arts et Métiers (ENSAM), les écoles de l’institut Mines Telecom, Hautes Etudes Sorbonne Art et métiers et l’Université de technologie de Belfort Montbéliard.

 

(*)Bourg-en-Bresse, Oyonnax Pays de Gex, Grand Annecy, Vallée de l’Arve, Rumilly Usses et Rhône, Vallée de la Maurienne, La Tour du Pin Grésivaudan, Vienne Condrieu, Bièvre Isère, Ardèche Drôme, Puy-en-Velay Jeune Loire, Loire Sud Vallée du Gier, Bassin d’Ambert Tiers et Lezoux, Aurillac Figeac Rodez, Riom Vichy, Montluçon Roanne Tarare

 

L’équipe Avisé

 

Sources :

entreprises.gouv.fr

business.lesechos.fr

presse.bpifrance.fr

 

Crédit photo: PIxabay