Avisé, s'informer pour réussir

site d'informations stratégiques
du réseau des chambres de métiers et de l'artisanat d'Auvergne-Rhône-Alpes

Vous êtes ici

RSE, emploi, formation, compétitivité : la filière cuir s’engage sur plusieurs fronts

Fort de 12 800 entreprises et de 133 000 salariés, le secteur a profité en 2021 du rebond annoncé au dernier trimestre 2020. La maroquinerie est plus que jamais la locomotive de la filière. De quoi s’engager sur plusieurs enjeux sociétaux.

 

Un rebond confirmé

La filière cuir a constaté en 2021 une reprise économique positive : les exportations ont progressé de 24% par rapport à 2020 et de 9% par rapport à 2019 : + 44% pour les cuirs et peaux bruts, + 17% pour la tannerie mégisserie, + 14% pour la chaussure et + 30% pour la maroquinerie.

« Dans ce contexte très positif, la maroquinerie est plus que jamais la locomotive de la filière » a expliqué devant la presse Frank Boehly, président du Conseil national du cuir. Les succès à l’exportation de la filière cuir lui ont permis d’afficher un taux de couverture devenu positif pour la première fois en 2019 avec 116%. Il est passé à 112% en 2020 et à 132% en 2021.

Fort de ces bons résultats, le CNC poursuit son engagement pour une filière plus responsable, qui s’adapte aux attentes et besoins sociétaux.

 

Défendre les métiers et les savoir-faire

Cela passe d’abord par la défense de la matière cuir et de l’appellation cuir, dont les qualités ne sauraient être comparées à celles des matières dites « alternatives », notamment végétales. Le Conseil national du cuir et la Fédération de la Tannerie Mégisserie ont prôné une fois de plus auprès des pouvoirs publics et de la Commission européenne la nécessité d’une législation européenne harmonisée sur la terminologie du mot « cuir ». L’objectif est l’adoption d’un décret européen pour protéger l’appellation « cuir ».

Selon une étude de l'observatoire économique du CNC, le cuir a une image positive auprès des Français : 74 % des Français considèrent qu'il s'agit d'une matière « durable » et « naturelle » et 64 % la qualifient de « solide ». Mais source d’inquiétude pour l’avenir, 53 % des jeunes consommateurs (18 à 24 ans) pensent que le cuir n'est pas d'origine animale.

 

Favoriser l’emploi et la formation

Avec 12 800 entreprises et 133 000 salariés, l’industrie du cuir est indissociable de la transmission et des savoir-faire. Elle pèse 25 milliards d’euros de chiffre d’affaires dont 13 à l’exportation. L’emploi et la formation sont les clés de voûte de l’industrie du cuir.

On compte déjà 540 ateliers en France et plusieurs projets sont en cours. L'Ile-de-France et Auvergne-Rhône-Alpes concentrent 45 % des salariés, gainiers, selliers-maroquiniers ou malletiers. Certains métiers sont en tension.

« Il y a 3.000 postes à pourvoir par an », indique Edgard Schaffhauser, président de la Fédération de la maroquinerie. « Nous avons beaucoup de difficultés de recrutement, notamment de piqueurs et de coupeurs. »

Avec plus de 100 métiers dans le cuir, il s’agit aussi de mieux aider les jeunes à s’orienter vers elle, dès le collège. Le secteur est donc favorable au développement d’une formation générale « cuir » dans la formation initiale puis à une spécialisation sur le terrain.

 

Améliorer la compétitivité des entreprises

Forte de ses traditions, l’industrie du cuir a placé aussi l’innovation au cœur de ses savoir-faire (conception 3D, robotisation, intelligence artificielle…etc.). Mais pour accompagner ces évolutions, les entreprises doivent réaliser leur transition numérique et la digitalisation, devenus des enjeux majeurs. La filière se mobilise pour aider les entreprises à trouver les financements nécessaires.

 

Intégrer la RSE

Depuis plus de dix ans, la filière cuir s’emploie à répondre aux enjeux sociaux et environnementaux pour un développement plus durable. D’où l’intensification de la démarche RSE au sein des entreprises et le partage des bonnes pratiques à l’image de l’outil d’évaluation DiagRSECuir.

Pour rappel, les entreprises de cuirs et peaux, premier maillon de la filière, valorisent et recyclent 160 000 tonnes de peaux par an. Pour la première fois en 2021, les sociétés de collecte et négoce ont obtenu le label Origine France Garantie pour leurs peaux.

 

L’équipe Avisé

 

Crédit photo : FFTM - Metropolitan Influence - V.Colin