Avisé, s'informer pour réussir

site d'informations stratégiques
du réseau des chambres de métiers et de l'artisanat d'Auvergne-Rhône-Alpes

Vous êtes ici

Artisans en Auvergne-Rhône-Alpes : une dynamique de création plus forte qu'ailleurs

Entre 2010  et 2013, 7 établissements artisanaux créés sur 10 sont toujours en activité trois ans après leur création,  relève une étude régionale d’Insee Auvergne-Rhône-Alpes réalisée en lien avec la CRMA. Leur pérennité est plus faible que la moyenne métropolitaine. En revanche, le taux de création régional est beaucoup plus conséquent.

 

Mieux cerner les besoins des porteurs de projet

« L’étude met en évidence les activités et les territoires où l’artisanat est le plus pérenne et ceux où à l’inverse il est le plus en difficulté » expliquent les auteurs, Sandra Bouvet et Charles-Julien Giraud. « Ceci peut contribuer à mieux orienter les aides et les besoins d’accompagnement des porteurs de projet et des établissements artisanaux lors de leurs premières années d’activité ».

Ainsi, entre 2010 et 2013, période choisie pour l’étude de l’Insee Auvergne-Rhône-Alpes et de la CRMA, ce sont 11 600 établissements artisanaux qui ont été créés en moyenne chaque année, hors micro-entreprise (donnée volontairement exclue de l’étude). Trois ans après leur création, 70% des établissements sont toujours en activité, soit une pérennité inférieure à la moyenne métropolitaine (72%).

 

Beaucoup de créations d’établissements

Autre constat des auteurs : la répartition des créations d’établissements artisanaux par secteur d’activité dans la région est proche de celle relevée au niveau national. « Les écarts de pérennité ne sont donc pas liés à un effet de structure mais plutôt à une caractéristique régionale ».

En Auvergne-Rhône-Alpes, de nombreux secteurs se caractérisent par un taux de survie inférieur à la moyenne nationale. Pour autant, cela n’implique pas un faible dynamisme du tissu économique. Mais la survie moindre des entreprises artisanales régionales s’explique par un dynamisme entrepreneurial marqué avec un grand nombre de créations.

La région présente le 4ème taux de création le plus élevé en France, après l’Ile-de-France, Provence-Alpes-Côte d’Azur et les Hauts-de-France.

 

Le poids de l’environnement économique

L’Insee Auvergne-Rhône-Alpes souligne également que la survie moyenne des établissements est très variable selon les zones d’emploi et dépend pour l’essentiel de l’environnement économique du territoire. « La pérennité est plus forte dans les territoires peu denses économiquement en nombre d’artisans au km2."

 

Source: Insee Auvergne-Rhône-Alpes/ CRMA

 

Le taux de survie à trois ans dépasse 80% à Ambert, Thiers et en Maurienne, notamment dans le bâtiment, qui absorbe 35 à 40% des créations. On constate également une forte pérennité des entreprises artisanales à Issoire, Mauriac, Brioude, Saint-Flour, Moulins et Vichy. Quant à la zone d’emploi du Mont-Blanc, elle présente un taux de survie supérieur à 75% malgré une densité économique dans la moyenne.

Seules les zones d’Issoire et du Mont-Blanc se démarquent d’ailleurs par une croissance du nombre d’établissements (+ 1,4% de croissance annuelle).

Les auteurs indiquent, en outre, que la fabrication alimentaire -principalement composée de boulangeries et de pâtisseries- présente une survie plus faible qu’ailleurs (75% contre 79%). « Les établissements artisanaux de la sphère productive (métallurgie, fabrication de machines, travail du bois…) ont dans l’ensemble de meilleurs taux de survie ». Ils investissent davantage, leur assise financière est souvent plus importante et les projets d’entreprises plus aboutis.

 

Lire aussi: ENTREPRISES ARTISANALES : PLUS DE CRÉATIONS MAIS MOINS DE REPRISES

 

L’équipe Avisé

Source : CRMA et Insee Rhône-Alpes

insee.fr/fr/statistiques/4296555

Crédit photo : Pixabay