Avisé, s'informer pour réussir

site d'informations stratégiques
du réseau des chambres de métiers et de l'artisanat d'Auvergne-Rhône-Alpes

Vous êtes ici

Consommation : entrée en vigueur de l’indice de réparabilité

Smartphones, lave-linge, tondeuses à gazon, ordinateurs, téléviseurs : ce sont les cinq familles de produits qui doivent préciser, depuis le 1er janvier 2021, s’ils sont facilement réparables ou non.

 

Cette obligation est entrée en vigueur le 1er janvier 2021, faisant suite à l’adoption de la loi sur l’économie circulaire en février 2020. La France est le seul pays d’Europe à l’avoir mis en place.

La notion de réparabilité d’un produit est déterminée selon plusieurs critères :

  • Disponibilité de la documentation technique
  • Disponibilité des pièces détachées
  • Prix des pièces détachées
  • Caractère démontable des produits

 

Une note de 1 à 10

Concrètement, l’indice de réparabilité sera une note, de 1 à 10, matérialisée par une couleur (du rouge vif au vert foncé). Le logo doit être appliqué sur le produit vendu en magasin et en ligne. Objectif, dans un premier temps, faire de la pédagogie pour atteindre un taux de réparation des produits électriques et électroniques de 60% d’ici 5 ans.

Selon l’Ademe, sept millions d’appareils sont réparés chaque année. Seulement un tiers des consommateurs (35%) recours à la réparation pour le gros électroménager. Pour le petit électroménager, il ne faut pas que le prix soit dissuasif et supérieur au prix d’achat : 28% des Français seulement le font réparer. A noter encore que 19% des consommateurs pratiquent l’autoréparation.

La liste des produits est amenée à s’allonger, en fonction des échanges mis en place, dès 2021, avec les professionnels. L’initiative devrait surtout avoir un impact sur le gros électroménager dont les produits ont vocation à durer plus longtemps que les téléphones portables.

Les vendeurs auront l’obligation d’afficher l’indice. S’il ne leur était pas communiqué par le fabricant, les vendeurs devraient « ne pas mettre ou retirer le modèle d’équipement concerné de la vente ». En cas de manquement, ils encourent une amende de 3000 euros pour une personne physique et de 15 000 euros pour une personne morale.

 

L’équipe Avisé

 

Sources :

indicereparabilite.fr/

liberation.fr

 

Crédit photo : Pixabay