Avisé, s'informer pour réussir

site d'informations stratégiques
du réseau des chambres de métiers et de l'artisanat d'Auvergne-Rhône-Alpes

Vous êtes ici

Le paiement sans contact séduit les Français

16/09/2019
Mots-clés: 

Six ans après le lancement massif de la fonction NFC permettant de payer sans contact par les banques, les réserves des Français se sont largement dissipées. Selon un sondage publié par Mastercard, ils ne sont plus que 28 % à manquer de confiance dans le paiement par carte sans contact, qui fait désormais partie des habitudes de 70 % des personnes interrogées, notamment des plus jeunes (12 %) et des cadres (20 %).

Le niveau d’adoption du sans contact n’est pourtant pas homogène : 12 % l’utilise tous les jours ou presque, 41 % une à trois fois par semaine et 17 % une à trois fois par mois.

« Après un temps d’adaptation, les Français ont maintenant intégré le paiement sans contact comme moyen de paiement simple et sécurisé dans leur quotidien et l’utilisent de plus en plus » explique Olivier Gabrielli, responsable innovation et paiements digitaux chez Mastercard France.

 

Sécurité et facilité

La sécurisation est de loin le premier bénéfice attendu des paiements quotidiens, cité par 74 % des interviewés. Elle est plébiscitée par les plus âgés (81 % des 65 ans et plus) pour lesquels la sécurité est une priorité. Les Français attendent aussi que leurs paiements soient faciles (14 %) et rapides (9 %).

En parallèle, le premier obstacle au « sans contact » est le manque de confiance qu’il peut susciter (28 %). Il s’agit là d’une forte proportion de personnes qui n’ont pas recours aux nouveaux modes de paiement dématérialisés : 52 % chez ceux qui n’achètent jamais par carte en « sans contact » et 37 % parmi ceux qui n’achètent jamais en ligne.

D’autres raisons expliquent une moindre utilisation : peu de commerçants le proposent (13 %) ;  la carte de paiement ne le permet pas (9 %) ; une mauvaise connaissance du fonctionnement (4 %) ou encore le fait que la personne ne dispose d’aucune carte de paiement (1 %).

 

Autres moyens de paiement

Parmi les autres moyens de paiement innovants figure notamment le smartphone, connu de près de la totalité des Français (89 %). En 2018, les deux tiers des Français font leurs achats via mobile, appréciant à la fois la rapidité et la facilité de paiement.

D’autres moyens connectés sont testés : une personne sur deux connaît l’existence du paiement connecté grâce à une montre,  près du quart grâce au bracelet ou la bague (31 %), 24 % via le réfrigérateur et 22 % via la voiture. Mais leur utilisation est récente et ne concerne que 5 % des usagers.

 

Méfiance à l’étranger

À l’étranger, y compris dans l’Union européenne, les Français privilégient encore très majoritairement (55 %) le paiement avec insertion de la carte dans le terminal, principalement pour des questions de sécurité. Cité par 67 %, il devance largement les autres bénéfices « par habitude » (19 %) et « raisons économiques : pour limiter les commissions et ne pas engendrer de frais (6 %), « pour maîtriser son budget (7 %) et « pour une autre raison » (1 %).

Le paiement sans contact, préféré par 16 % des sondés, n’arrive lui qu’en 3ème position, derrière les espèces (24 %).

 

Comment fonctionne le paiement sans contact ?

Le paiement sans contact est une technologie dénommée Near Field Communication (NFC) ou communication à ondes courtes. Elle fonctionne grâce à une puce dans une carte bancaire et un terminal de paiement. Il suffit d’approcher la carte bancaire à quelques centimètres  (3 ou 4 seulement) du terminal pour déclencher le paiement. La plupart des banques françaises sont aujourd’hui équipées de la technologie sans contact, matérialisée par un pictogramme représentant des ondes.

Pour des raisons de sécurité, on peut payer via le sans contact à hauteur de 30 euros maximum depuis le 1er octobre 2017 (le plafond était auparavant de 20 euros). Les Français ont réalisé plus d’un milliard de transactions en 2017 contre 604 millions en 2016 au moyen de cette technologie.

 

 

L’équipe Avisé

 

Sources :

usine-digitale.fr

linternaute.fr

 

Crédit photo : Pixabay