Avisé, s'informer pour réussir

site d'informations stratégiques
du réseau des chambres de métiers et de l'artisanat d'Auvergne-Rhône-Alpes

Vous êtes ici

Signaux d’alerte sur les défaillances d’entreprises

D’après le bilan du cabinet Altarès, publié le 14 avril 2021, le premier trimestre 2021 affiche une baisse de 32,1% du nombre de procédures collectives, avec 7406 procédures ouvertes, par rapport au premier trimestre 2020. Mais le mois de mars marque un point d’inflexion avec un fort recul de -48% lors des deux premières semaines mais une très forte augmentation lors des deux suivantes, de + 155%.

 

La tendance à la baisse des défaillances d’entreprises semble terminée à fin mars 2021, avec une explosion de +155% en comparaison avec les deux dernières semaines de 2020, début du premier confinement. La tendance est encore plus forte du côté des liquidations judiciaires directes, qui explosent sur la deuxième quinzaine de mars 2021, de + 211%.

 

Stratégie de soutien

Sur l’ensemble du mois de mars 2021, avec 28 800 défaillances d’entreprises (contre 54 936 en mars 2019 et 48 518 en mars 2020) le chiffre est toutefois encore à la baisse. Pour Altarès, ce faible niveau des défaillances d’entreprises s’explique par la stratégie de soutien déployée par le gouvernement, avec une économie réelle sous perfusion.

Il alerte toutefois sur la période à venir, avec la fin ou l’allègement des aides. Pour rappel, les entreprises qui ont souscrit un prêt garanti par l’Etat (PGE) ont décidé pour les trois quarts d’entre elles, selon la Fédération bancaire française, de rembourser le plus tard possible. Ces prêts ont été accordés à 664 0000 entreprises pour un montant de 135 milliards d’euros.

 

Des petits patrons épuisés

Pour ce début d’année, le taux de liquidation directe s’est accéléré et a dépassé plus de 70% des jugements par rapport au premier trimestre. Cette tendance traduit notamment la fragilité des TPE de moins de trois salariés qui sont concernées par ces procédures dans huit cas sur dix, soit les trois quarts des procédures.

« Le fait que huit entreprises sur dix soient directement liquidées marque l’épuisement des petits patrons. Il prouve que ceux qui font aujourd’hui leur déclaration de cessation de paiements n’en peuvent plus et ne cherchent même plus à obtenir un plan de continuation d’activité », explique Thierry Million, responsable des études chez Altarès.

Pour leur part, les TPE de 3 à 5 salariés sont 930 à avoir été concernées par une défaillance et 77% d’entre elles ont été liquidées de manière immédiate.

Pour la suite, Thierry Million considère que « les entreprises vont devoir autofinancer la reprise, car les banques les ayant déjà soutenues pendant la crise seront prudentes et discriminantes dans l’attribution des prochains crédits ».

Altarès prévoit une hausse des défaillances au second semestre 2021 : il anticipe entre 40 000 et 45 000 défaillances cette année. Pour rappel, il y avait eu 52 000 défaillances d’entreprises recensées en 2019.

 

L’équipe Avisé

 

Sources :

lesechos.fr

lemondedesartisans.fr

banquedesterritoires.fr

 

Crédit photo : Pixabay