Avisé, s'informer pour réussir

site d'informations stratégiques
du réseau des chambres de métiers et de l'artisanat d'Auvergne-Rhône-Alpes

Vous êtes ici

Automobile : les services oubliés dans le plan de relance

Pour préserver et transformer ses 135 000 TPE des services automobiles, la Fédération nationale de l’artisanat automobile (FNA) réclame la mise en place de mesures spécifiques. Toutefois, elle salue le plan à 8 milliards d’euros présenté par Emmanuel Macron et y voit une vraie reconnaissance de l’industrie automobile.

 

La FNA demandait un soutien à l’achat de véhicules neufs et d’occasion plus propres en adaptant ces dispositifs au pouvoir d’achat des Français. Elle a été sur ce point entendue. Le président Emmanuel Macron a en effet annoncé un renforcement du bonus écologique pour les véhicules 100 % électriques, passé, depuis le 1er juin de 6000 à 7000 euros pour les particuliers, de 3000 à 5000 euros pour les professionnels. Un nouveau bonus de 2000 euros pour l’achat de véhicules hybrides rechargeables a, aussi, été mis en place.

Par ailleurs, la FNA a été entendue quant au renforcement de la prime à la conversion, notamment pour l’achat de véhicules thermiques de dernière génération y compris des véhicules d’occasion (sous condition fixée à 3000 euros). En outre, le revenu fiscal de référence, qui a été porté à 18 0000 euros, permettra à 75% des Français d’être éligibles. Enfin, 5000 euros sont accordés pour le « rétrofit électrique », qui correspond à la conversion d’une voiture thermique en électrique.

Reste que la FNA attend encore des efforts pour le secteur des services automobiles. Les entreprises de ces activités ont en effet besoin de se former au numérique pour répondre au besoin de l’après-vente des véhicules électriques.

La FNA demande le renforcement et la maîtrise des émissions polluantes en soutenant un entretien écologique du parc automobile.

 

Des efforts pour l’environnement

Elle préconise aussi :

  • L’application d’un taux de TVA réduit sur les pièces relevant de l’environnement ou de la sécurité ainsi que sur la main d’œuvre
  • Le référencement d’une liste de pièces et d’organes pouvant bénéficier de ce taux de TVA réduit en lien avec les organisations professionnelles du secteur
  • La création d’un observatoire de marché permettant de s’assurer de la répercussion effective et intégrale de cette baisse de fiscalité au profit des consommateur
  • Le soutien aux démarches innovantes d’entretien écologique. Celui-ci pourrait se traduire par un chèque « transition écologique » de 100 euros au profit des automobilistes et par une aide à l’acquisition d’un équipement éco-entretien pour l’ensemble des professionnels labellisés à cet effet.

 

Pas de soutien au secteur de l’entretien et de la réparation automobile

De son côté, le Conseil national des professionnels de l’automobile (CNPA) s’est aussi félicité que les montants de la prime à la conversion aient été augmentés et qu’un plus grand nombre de Français puisse accéder à un dispositif performant pour s’équiper en véhicules vertueux au plan écologique et sanitaire. Le but de ce dispositif est en effet de favoriser l’écoulement des stocks des concessionnaires (plus de 500 000 véhicules).

Le CNPA salue aussi la création d’un fonds d’investissement de 600 millions d’euros à destination de l’ensemble des entreprises de la filière. Mais il attend des clarifications sur les modalités et le fléchage de ce fonds qui doit bénéficier aussi bien aux sous-traitants des entreprises industrielles qu’aux PME, TPE et ETI de la filière des services, très fragilisées par la crise.

En revanche, il regrette que les mesures d’urgence présentées ne visent uniquement que le renouvèlement du parc automobile et ne constituent pas un véritable plan de filière, prenant en compte les évolutions de la mobilité des Français et l’ensemble des composantes du secteur. Aucune mesure de soutien n’est prévue pour favoriser l’entretien et la réparation automobile. Le CNPA avait pourtant proposé l’adoption d’un « chèque réparation » ou une baisse de la fiscalité pour les pièces réemploi.

Pour l’heure, il espère que les mesures qui seront présentées dans le cadre du prochain Projet de loi de finances rectificatif (PLFR) 2020 seront élargies à l’après-vente automobile et aux autres composantes de la filière.

 

Lire aussi : Garages et centres de contrôle technique peuvent bénéficier de l’aide Airbonus

 

L’équipe Avisé

 

Sources :

fna.fr

decisionatelier.com

apres-vente-auto.com

 

Crédit photo : Pixabay