Avisé, s'informer pour réussir

site d'informations stratégiques
du réseau des chambres de métiers et de l'artisanat d'Auvergne-Rhône-Alpes

Vous êtes ici

Coiffeurs et instituts de beauté : les nouvelles mesures sanitaires à mettre en place avant la réouverture

Les organisations professionnelles des deux secteurs ont élaboré des fiches provisoires recensant les procédures à suivre pour bien encadrer la reprise. Le ministère du Travail s'est basé sur ce travail pour publier une fiche sanitaire.

 

Bien identifier les mesures sanitaires à prendre

La branche de la coiffure, représentée par les organisations patronales et salariales, a réalisé le 6 mai une fiche sanitaire provisoire, dans l’attente de sa validation par le ministère du Travail. Les partenaires sociaux ont souhaité alerter sur un point : il n’y a pas lieu de faire la différence entre l’activité de salon de coiffure et de la coiffure à domicile, tout en tenant compte des différences d’application des mesures sanitaires d’exercice de ces deux activités.

La fiche provisoire est téléchargeable sur le site de l’UNEC.

 Elle préconise en plus des gestes barrières aujourd’hui bien identifiés, un recours à diverses procédures tant de la part du personnel que des clients. Dans le salon, tout débute par la mise à jour du Document Unique d’Évaluation des Risques (DUER) : il s’agit d’y annexer toutes les mesures sanitaires prises. Il est fortement recommandé de privilégier les prestations coiffure sur rendez-vous afin de minimiser les attentes pendant la phase de déconfinement

La reprise de l’activité est très attendue des professionnels et de leurs clients : 60% des Français souhaitent aller chez le coiffeur dès la première semaine de déconfinement.

Pour rappel à fin 2018, la branche de la coiffure compte 85 192 établissements dont 26% de coiffeurs à domicile. Près d’1 salon sur 5 (18%) se situe dans une commune rurale et près de 4 sur 10 dans une unité urbaine d’au moins 200 000 habitants. D’après l’Insee, la profession a généré un peu plus de 6 milliards d’euros HT de chiffre d’affaires, dont 78,5 % proviennent d’établissements employeurs. La profession compte 179 556 actifs : 112 066 salariés et 67490 non salariés (dont 21 000 à domicile).

 

Fiche sanitaire du ministère du Travail

Après consultation des organisations professionnelles, le ministère du Travail a publié une fiche sanitaire concernant les activités de coiffure. Dedans, il y a une volonté de ne pas faire de différence entre les coiffeurs en salon et à domicile. L'accent est cependant mis sur les différentes mesures sanitaires indispensables à mettre en place selon chaque activité. Les trois mots d'ordre de cette fiche sont: préparer, réaliser et vérifier.

 

Des difficultés d’approvisionnement

Dans les instituts de beauté, la reprise se profile aussi avec une fiche  provisoire, proposée il y a trois semaines au ministère du Travail et qui sera consultable d’ici le 11 mai « Elle préconise des gestes barrières démultipliés, de décaler les rendez-vous pour éviter l’attente entre deux clients, et de nettoyer tous les appareils » résume Martine Berenguel, co-présidente de la CNAIB, la Confédération nationale artisanale des instituts de beauté. « Les instituts de beauté pourront reprendre leur activité, avec l’utilisation de masques et visières selon les soins (onglerie, épilation du visage » poursuit-elle, relevant aussi les difficultés que connaissent certains instituts pour trouver les équipements de protection.

En cette fin de période de confinement, la CNAIB table sur les difficultés rencontrées par ses adhérents. « On s’attend à des défaillances d’entreprises car nombre d’entre elles ont eu du mal pour obtenir un prêt garanti par l’Etat. Nous sommes allés jusqu’à l’accompagnement de nos adhérents pour les aider à trouver un banquier ! »

Pour la suite, le problème est encore le manque de visibilité : « Les instituts de beauté devraient bien travailler dans les premières semaines du déconfinement mais c’est très difficile de prévoir la suite, à moyen ou long terme ».

La profession compte 70 000 entreprises en France, qui emploient 38 000 salariés, mis en activité partielle pendant tout le confinement. En 2017, le chiffre d’affaires de la branche était de 3,2 milliards d’euros. Un rapport de branche, interrompu à cause de l’épidémie sanitaire, sera présenté fin novembre et permettra de tirer un premier bilan de cette période de crise.

 

Lire aussi: Coiffure : la livraison ou la vente à distance autorisées sous conditions

 

L’équipe Avisé

 

Sources :

unec.fr

cnaib.fr

 

Crédit photo : Pixabay