Avisé, s'informer pour réussir

site d'informations stratégiques
du réseau des chambres de métiers et de l'artisanat d'Auvergne-Rhône-Alpes

Coiffure : les chiffres clés 2018

Quelque 900 000 clients se rendent chaque jour dans un salon de coiffure sur l’ensemble du territoire. Le secteur réalise un chiffre d’affaires de 5,8  milliards d’euros, soit un chiffre d’affaires moyen de 75 700€ par salon. 75% des établissements (une entreprise peut en compter plusieurs) exercent leur activité en salon dont 10% sous franchise ou licence.

 

Surtout des indépendants

La profession compte 184 065 actifs : on dénombre 114 456 salariés, 17 610 apprentis dont 3 047 contrats de professionnalisation. 53,2% des établissements n’emploient aucun salarié. Les autres comptent 2,38 salariés (hors alternants) et 2,86 salariés (y compris les apprentis et contrats de professionnalisation).

Les indépendants représentent près de 90% du nombre d’établissements mais les établissements sous franchise - soit 6 500 points de vente - pèsent lourd avec une moyenne d’effectif salarié plus importante et 25 à 30% du chiffre d’affaires global du secteur.

 

Boom de la coiffure à domicile

Par ailleurs, l’Union nationale des entreprises de coiffure (UNEC) constate le fort développement de la coiffure à domicile depuis le début des années 2000, avec une activité qui a doublé entre 2000 et 2007 puis à nouveau été multipliée par deux entre 2007 et 2017. Aujourd’hui, les activités de coiffure à domicile représentent 25% du total.

Cette croissance s’explique par l’arrivée du régime de l’auto-entrepreneuriat depuis 2009. Le secteur a néanmoins maintenu un niveau d’immatriculations élevé supérieur à 9 000 jusqu’en 2013, qui baisse progressivement ensuite pour atteindre seulement 7 261 nouvelles immatriculations en 2017.

 

Auvergne-Rhône-Alpes bien placée

En termes géographiques, 35% des établissements du secteur se trouvent concentrés dans trois grandes régions : Ile-de-France (12 778), Auvergne-Rhône-Alpes (10 388) et PACA (8 207). En 2017, Auvergne-Rhône-Alpes est la seconde région en nombre de salariés (10 647) après l’Ile-de-France (19 966).

 

Moins d’inscrits à l’école

L’apprentissage reste la voie royale pour la profession même si le secteur a perdu 28% de ses effectifs en formation en dix ans. Amorcée à la rentrée 2007/2008, la baisse a fortement accéléré en 2012 puis 2014. En revanche, une tendance à la stabilisation est constatée depuis 2015. La formation par voie scolaire a continué de chuter (38% d’effectifs en moins en dix ans) et le recul atteint 8,10% pour la seule rentrée 2017, avec seulement 6 795 élèves formés par voie scolaire.

 

Une profession qui fait face

Pour autant, selon le cabinet Fiducial, la profession fait face à ses défis. Il relève ainsi que les performances économiques des salons de coiffure et d’esthétique sont en sensible amélioration alors même qu’ils se heurtent de plus en plus à une clientèle volatile.

 En 2018, le salon-type est géré par une femme de 45 ans et situé en milieu urbain. Il emploie en moyenne 2,4 collaborateurs. Le ticket moyen reste stable mais le nombre annuel de visites par clients continue de diminuer (6,6 visites en moyenne versus 7,8 en 2017).

Ce sont le loyer et les charges de personnel qui constituent l’essentiel des charges d’un salon. Les investissements dans le salon (rénovation, modernisation de l’outil de production) ont ré-augmenté en 2018 pour retrouver les niveaux de 2016 (aux alentours de 8 000€).

 

Les tendances du métier

La coiffure à domicile s’est bien déployée en dix ans un peu partout en France.  De même que les salons de femmes barbiers qui ont choisi de travailler pour des hommes. Avec 25% des entreprises (plus de 21 000), la coiffure à domicile a encore de beaux jours devant elle. Le boom remonte à la création en 2009 du statut d’auto-entrepreneur, qui a aussi permis de mettre en lumière nombre de professionnels travaillant auparavant « au noir ». L’évolution au fil des ans vers le micro-entrepreneuriat en a cependant incité beaucoup d’entre eux à réfléchir à l’avenir. Reste que la facilité de s’installer à domicile est aujourd’hui contrebalancée par la difficulté à se constituer une nouvelle clientèle.

Néanmoins, les groupements de coiffure à domicile reprennent leur recrutement. Au niveau professionnel, le point d’achoppement demeure lié au problème de la formation : un CAP étant suffisant pour s’installer à domicile alors qu’un BP est exigé pour ouvrir un salon. Autre fait : la crise des petits centres-villes a favorisé le maintien de la coiffure à domicile et vu l’essor d’activités itinérantes en camion en zone rurale.

 

Succès des barbières

Autre tendance relevée, l’arrivée des barbières sur le marché, qui ont souvent du s’imposer auprès de leurs clients habitués, jusque-là, à être coiffés par des hommes. Et pour ce faire, elles ont joué la carte du professionnalisme. Si les débuts ne sont pas forcément faciles, s’intéresser à ce marché est dans l’air du temps : certaines tendances émergent comme la coloration de la barbe, les extensions de barbe ou le rasage à la vapeur. Le soin de la barbe prend de plus en plus d’importance, d’autant qu’il se décline le plus souvent avec le soin du visage.

 

Une aide pour les indépendants

La  Sécurité sociale des indépendants va, jusqu’au 31 juillet 2019 aider les coiffeurs indépendants sans salarié à s’équiper de matériel ergonomique. Objectif : limiter les troubles musculo-squelettiques. Coiff’Pro, une aide représentant 50% de l’investissement hors taxe, plafonnée à 5 000€ leur est ainsi proposée.

L’investissement minimum de 500€ concerne les :

  • bacs de lavage ergonomiques à hauteur réglable électrique
  • ciseaux ergonomiques
  • sèche-cheveux légers
  • sièges de coupe à hauteur réglable électrique


Coiff’pro fait partie du programme «  Prévention Pro Indépendants », programme de prévention des risques professionnels destiné aux travailleurs indépendants. Il leur permet de profiter d'une consultation médicale personnalisée entièrement prise en charge, de conseils de prévention simples, pratiques, adaptés à chaque métier et d’un accompagnement spécifique.

Pour en savoir plus :  présentation de l'aide Coiff'Pro Indépendants - Coiff’Pro Indépendants

 

Lire aussi : "La signature émotionnelle pour fidéliser ses clients"

Lire aussi : Coiffure : des pièges à éviter dans la location de fauteuil

 

L’équipe Avisé

 

Sources :

L’Eclaireur n°690

unec.fr

fiducial.fr

 

Crédit photo : Pixabay