Avisé, s'informer pour réussir

site d'informations stratégiques
du réseau des chambres de métiers et de l'artisanat d'Auvergne-Rhône-Alpes

Vous êtes ici

Entretien automobile : une reprise en trompe l’œil

Avec un recul de l’activité entretien-réparation de -18,3% au 30 juin 2020 par rapport à la même période de l’année dernière, le CNPA et Soleware se montrent pessimistes sur la capacité du marché à rattraper les pertes dues au confinement. Le CNPA demande la création d’un « chèque entretien » destiné aux automobilistes qui n’ont pas les moyens de changer de voiture.

 

Vers une rentrée compliquée et tendue

Selon le baromètre mensuel CNPA-Soleware, la maintenance réparation automobile a connu un recul de -18,3% au 1er semestre 2020. La variation est de -18,4% pour l’activité mécanique et -17,7% pour l’activité carrosserie. Ces statistiques ont été réalisées à partir d’un panel de 1144 ateliers de mécanique et de 524 ateliers de carrosserie, composés à 80% d’agents de marques et 20% de MRA. Les chiffres d’affaires étudiés prennent en considération les pièces, la main d’œuvre et les autres articles divers.

La bonne tenue de l’activité actuelle dans le secteur de la rechange ne serait qu’un trompe l’œil. « Si l’on ne peut qu’être satisfait de voir les ateliers retrouver une pleine activité dans cette période précédant les vacances estivales, il convient d’en analyser les raisons afin de préparer une rentrée qui risque de s’avérer compliquée et tendue pour le secteur » indique le CNPA.

 

Plusieurs raisons à un surcroît d'activité temporaire

Le surcroît d’activité s’explique d’abord par l’importance des déplacements automobiles des Français qui contrairement aux années précédentes ne voyageront pas à l’étranger en avion ou en train, à cause de la pandémie. L’usage de leurs voitures explique l’augmentation du nombre de révisions.

L’autre raison est l’effet déformant du report des échéances de contrôle technique, qui ne fait que décaler plus tard dans l’année, - jusqu’au mois d’octobre au plus tard-, des opérations de maintenance et de réparation qui auraient déjà dû être réalisées.

« Ce sont autant de demandes de clients que nous ne retrouverons pas à la rentrée » analyse le CNPA. En outre, le succès de la prime à la conversion se traduit par la sortie du parc automobile de plusieurs centaines de milliers de véhicules, qui étaient dans l’ensemble, régulièrement entretenus.

 D’où l’idée de créer « un chèque entretien » dans le cadre du Plan de Relance du Gouvernement. Il serait destiné aux automobilistes qui n’ont pas les moyens de changer de voiture. Il permettrait une remise en état des véhicules en soutenant le secteur de l’entretien-réparation automobile.

 

Reprise encore fragile

« Ces indicateurs témoignent malheureusement de la fragilité de la reprise du secteur de l’après-vente automobile, qui joue pourtant un rôle majeur en matière de réduction des émissions de véhicules : il répond aux enjeux d’une mobilité durable et propre, d’économie circulaire, qui font partie des priorités gouvernementales du Plan de Relance économique de la rentrée » considère Philippe Debouzy, président du Métiers des Agents de marques et réparateurs indépendants du CNPA.

Il insiste sur le nombre considérable d’emplois non-délocalisables que représente la filière partout sur le territoire. Le CNPA pose également l’enjeu de formation et d’emploi des jeunes : « De la relance des activités dans les ateliers dépendra également la conclusion des contrats d’apprentissage au cours du dernier trimestre 2020 » souligne le CNPA.

 

Lire aussi : Services de l’automobile : un plan de formation ambitieux

 

Un secteur majeur pour l’emploi

Pour rappel, le CNPA regroupe 135 000 entreprises, emploie 410 000 salariés et réalise un chiffre d’affaires de 140 milliards d’euros.

Le secteur de la distribution et des services de l’automobile vend 2,1 millions de véhicules neufs et 5,5 millions de véhicules d’occasion. Il contrôle 25,9 millions de véhicules dans les centres de contrôle technique et entretient un parc global de 42,7 millions de véhicules automobiles. Enfin, il élimine un million de véhicules hors d’usage dont il récupère les pièces de réemploi destinées à la vente ainsi que les matières pouvant être valorisées ou recyclées.

 

Lire aussi : Automobile : les services oubliés dans le plan de relance

 

L’équipe Avisé

 

Sources :

cnpa.fr

decisionatelier.com

pro.largus.fr

j2rauto.com

 

Crédit photo : Pixabay