Avisé, s'informer pour réussir

site d'informations stratégiques
du réseau des chambres de métiers et de l'artisanat d'Auvergne-Rhône-Alpes

Vous êtes ici

La coiffure en salon très impactée par la crise sanitaire

Selon une étude du Cabinet Xerfi consacré à la coiffure, le secteur a été très impacté par la crise sanitaire. Les périodes de confinement mais également de nouvelles tendances telles que le développement de la coiffure à domicile, en particulier grâce aux plateformes, influent sur l’activité.

 

Poids des plateformes

Le chiffre d’affaires de la profession a chuté de 19,5% en valeur en 2020. L’activité a été pénalisée par le premier confinement qui a entraîné la fermeture des salons. Mais des tendances nouvelles, qui s’affirment au fil des années, jouent aussi un rôle dans cet effritement de l’activité.

Ainsi, le segment de la coiffure à domicile continue de se développer. Il représentait 26% du tissu économique en 2018 contre seulement 12,6% en 2005. Si son poids en termes de chiffre d’affaires reste marginal, il est amené à s’accroître notamment sous l’impulsion des plateformes de mise en relations entre professionnels et particuliers telles que Kiute, Planity, The Haircut, Wecasa… et d’autres.

 

Nouvelles prestations en plein essor

De nouvelles prestations se développent toutefois comme la vente de produits capillaires, ou de nouveaux services - maquillage, manucure, soins de beauté, massages…etc.- générateurs de plus fortes marges.

Après avoir fortement progressé jusqu’en 2016, en lien avec la mise en place du statut de micro-entrepreneur en 2009, le nombre d’établissements de coiffure a reculé en 2017 et 2018. L’Union Nationale des Entreprises de Coiffure (UNEC), syndicat représentatif de la profession, recense en 2018 quelque 85 192 salons, un chiffre en recul de 0,6% en deux ans.

Cette contraction de l’activité s’explique notamment par l’affaiblissement de l’entrepreneuriat en salon face au segment de la coiffure à domicile. Ce dernier répond à la fois au besoin des jeunes actifs qui veulent gagner du temps, et à celui des personnes âgées qui limitent leurs déplacements.

D’où un repli des effectifs salariés, qui ont reculé de – 2,6% en cinq ans, pour chuter à 92652 personnes en 2019. En outre, la profession a du mal à séduire les jeunes, du fait de la faiblesse des salaires.

 

Des frais supplémentaires

Enfin, l’obligation de respecter des contraintes sanitaires drastiques lors de la réouverture des salons a également participé à la baisse de l’activité sur l’année, en provoquant un recul de la fréquentation.

 En parallèle, les professionnels ont dû faire face à des frais supplémentaires (achat de masques et gel hydroalcoolique, nettoyage des blouses et des serviettes, …etc.). Enfin, l’annulation de fêtes et de mariages a également pesé sur l’activité.

Reste que selon les prévisions du Cabinet Xerfi, l’activité du secteur devrait rebondir en 2021, sans cependant retrouver son niveau d’avant crise. La légère augmentation des tarifs appliquée par certains professionnels n’a toutefois pas compensé les pertes du début d’année engendré par le maintien des restrictions sanitaires.

 

Un prix européen pour Coiffeurs Justes

L’association Coiffeurs Justes, qui recycle les cheveux, a participé au projet européen Maritimo ImpattiNo et a été récompensée aux côtés de 9 autres lauréats. Le concours Circular Port, organisé par la CCI du Var, valorise les actions comme celles menées par Coiffeurs Justes, visant à améliorer la gestion des déchets portuaires en appliquant le principe de l’économie circulaire. 

« Nous avons participé avec le boudin en cheveux de fond de cale, destiné à absorber l’huile des bateaux et faire qu’elle ne s’écoule pas dans les ports » explique Thierry Gras, coiffeur fondateur de l’association.

 

Lire aussi :  “Coiffeurs justes” recycle les cheveux

 

Aujourd’hui, Coiffeurs Justes regroupe 4900 professionnels en France et dans plusieurs pays européens (Espagne, Portugal, Belgique, Suisse romande et alémanique, Allemagne et Suède…etc.)

« Toutes les grandes marques de cosmétiques pour la coiffure sont partenaires, elles donnent les sacs à cheveux dans les commandes des coiffeurs ».

Déjà une tonne de cheveux a été traitée sur les 140 tonnes en stock. La production de boudins à cheveux a commencé début juillet 2021. Les produits sont vendus auprès des ports, et prochainement chez les accastilleurs.

 

L’équipe Avisé

 

Sources :

Conseil supérieur de l’Ordre des Experts-Comptables

Coiffeurs Justes

 

Crédit photo : Pixabay