Avisé, s'informer pour réussir

site d'informations stratégiques
du réseau des chambres de métiers et de l'artisanat d'Auvergne-Rhône-Alpes

Vous êtes ici

Le secteur du déménagement recrute

Avec 1300 entreprises, dont 67% qui emploient moins de 9 salariés, le déménagement ne connaît pas la crise. Boostée dès la sortie des confinements, l’activité bat son plein en France avec un chiffre d’affaires de 1,4 milliard d’euros en 2020/2021. Reste que pour se développer, le secteur a besoin de personnel et notamment de jeunes. Il vient donc de lancer une vaste campagne de recrutement via les réseaux sociaux et sur sa chaîne youtube.

 

Source: CSD

 

Étude sectorielle

« Depuis 18 mois, nous avons constaté une grosse problématique de recrutement d’où la réalisation de l’étude sectorielle « CLANIC » sur les métiers du déménagement » explique Sébastien Le Bail, premier vice-président de la Chambre syndicale du déménagement (CSD) et lui-même à la tête d’une TPE.

Durant 8 mois, sept professionnels, tous réunis en visioconférence à cause des confinements, se sont mis à la place de jeunes et se sont demandé pourquoi ces métiers avaient du sens, et pourquoi y venir. Résultat, ils ont identifié 12 raisons de devenir déménageur et 39 avantages concrets, présentés aujourd’hui dans diverses vidéos.

 

Source: CSD

 

Promouvoir une nouvelle image

« Il fallait casser l’image du « gros bras qui ne réfléchit pas ». Aujourd’hui, nous proposons diverses formations, notamment aux jeunes, qui peuvent en très peu de temps - 4 ou 5 ans seulement- devenir chefs d’équipe. Nous avons la faculté de leur faire passer les permis de conduire (voiture, camion) et en cinq ans, s’ils sont motivés, de leur confier un camion d’une valeur hors chargement de 150 000 euros ».

 

Plateforme de recrutement

Parallèlement à cette campagne, la CSD a lancé en 2021 le site jobdemenagement.com, une plateforme qui a pour mission de mettre en relation recruteurs et candidats aux métiers du déménagement, et cela dans toute la France.

C’est aussi une source d’information sur les différents métiers à exercer et les formations en lien avec l’AFT et l’AFTRAL. Chaque année, le secteur propose en effet plus de 2000 offres d’emplois en France.

Déménageur, chef d’équipe, contremaître, commercial, directeur d’exploitation…etc., tous participent à l’insertion et à la promotion sociale. Et ce d’autant plus qu’un déménageur ne connaît pas le chômage. Le métier est moins saisonnier que dans le passé, l’activité est plus étalée dans l’année qu’il y a dix ans.

« C’est un métier assez peu connu, qui a beaucoup évolué, certains voyagent beaucoup ».

 

Formation de compagnon déménageur

L’étude « CLANIC » a permis de mettre en évidence une certaine philosophie du travail. La CSD s’est fait épauler par les Compagnons du Devoir pour créer « Les Devoirs du compagnon déménageur » sur le mode des compagnonnages de charpentiers, tailleurs de pierre et autres métiers d’art.

Durant 8 mois, les huit premiers candidats alternent trois semaines de stage dans une des 8 entreprises participantes, avant une semaine de formation théorique où les connaissances sont élargies à la philosophie, à l’histoire de l’art et aux sciences humaines. Le mois suivant, ils changent d’entreprise réalisant un tour de France comme les autres compagnons.

Cette formation est portée par l’AFT, l’AFTRAL et l’OPCO Mobilités. Elle leur permettra d’obtenir à terme un certificat de qualification professionnelle (CQP) de compagnon déménageur. Les candidats pour 2023 (16 seront choisis) sont en cours de sélection pour 2023.

 

Tendance à l’ubérisation

Pour rappel, si le secteur du déménagement est dynamique car porté par la croissance de l’activité globale, il reste soumis à l’ubérisation de la profession. « Toute entreprise de déménagement doit être inscrite au Registre des Transports » rappelle Sébastien Le Bail, qui souligne que la CSD est « pour les consommateurs, un gage de sérieux et de qualité ».

Quant aux déménageurs à vélo qui se déploient de plus en plus en centre-ville dans les grandes agglomérations sur le dernier kilomètre, ils font aujourd’hui l’objet d’une réglementation plus précise afin d’éviter les abus (risque de charges trop lourdes portées par les opérateurs).

Autre tendance dans la profession, le développement du self-stockage, également dans les zones les plus urbanisées. Il s’agit de la mise à disposition de box au public, les clients réalisant eux-mêmes l’opération de déménagement.

 

Lire aussi : Déménagement : des carnets de commandes bien remplis

 

L’équipe Avisé

 

Source : CSD

 

Crédit photo : Pixabay