Avisé, s'informer pour réussir

site d'informations stratégiques
du réseau des chambres de métiers et de l'artisanat d'Auvergne-Rhône-Alpes

Vous êtes ici

Services de l’automobile : les chefs d’entreprises n’ont pas le moral

Réalisée en janvier 2021 par le Conseil national des professions de l’automobile (CNPA), une enquête révèle que près des 75% des chefs d’entreprises interrogés – sur 1200 répondants- ont un moral dégradé ou fragile.

 

Situation dégradée dans les prochains mois

Plus de 63% d’entre eux jugent que la situation sera encore dégradée dans les prochains mois tandis que 34% pensent qu’elle n’évoluera pas. Quelque 73% des patrons ressentent le moral de leurs équipes fragile et 71% restent sceptiques sur leur capacité à passer la crise.

La situation économique des derniers mois a affecté considérablement le moral des entreprises : 54% d’entre elles ont vu leur trésorerie se dégrader par rapport à janvier 2020.

Les secteurs les plus touchés en termes de chiffre d’affaires sont :

  • Les loueurs de véhicules (-60% de réservations, - 75% dans les aéroports) ;
  • Les concessionnaires de véhicules industriels, les centres de lavage et les stations-services (entre -10 et – 25%) ;
  • Les concessionnaires de véhicules particuliers et de deux-roues ( entre -9 et -4%) ;
  • Les écoles de conduite et les centres de contrôle technique ;
  • Les ateliers de réparation.

Mais pour ces derniers la baisse a été plus modérée, avec des impacts contrastés. En 2020, une perte de 9% de chiffre d’affaires a été enregistrée par les ateliers de mécanique et une baisse de 20% de l’activité par les ateliers de carrosserie.

En outre, le CNPA constate dans son enquête que les mesures de couvre-feu en vigueur depuis décembre 2020 n’aident pas à l’amélioration de la situation globale des entreprises : 63% considèrent même que le couvre-feu est un frein à leur activité :

  • Pour le secteur de l’entretien et de la réparation automobile (62% des répondants) ;
  • Les écoles de conduite (61%) ;
  • Le contrôle technique (67%) ;
  • Le dépannage-remorquage (95%) ;
  • Les loueurs de véhicules.

L’une des principales causes évoquées pour ce manque d’activité est le manque de temps des clients pour se rendre dans les ateliers et les showrooms après leur journée de travail. Par ailleurs, la diminution du temps de travail et du temps d’accueil de la clientèle explique largement la baisse du chiffre d’affaires des entreprises durant cette période.

 

Impacts sur l’emploi

19,5% des entreprises ont dû se séparer de collaborateurs : 27% des concessionnaires de véhicules particuliers, 27% des carrossiers, 19% des centres de contrôle technique et 18% des écoles de conduite ont dû baisser leurs effectifs. Seuls 7% des répondants ont continué d’embaucher en 2020.

Et les effets de la crise semblent durer : 18% des entreprises interrogées ont le projet de baisser leurs effectifs salariés dans les prochains mois. A peine 10% annoncent à l’inverse vouloir embaucher.

 

Recours aux aides de l’Etat

Les services de l’automobile sont l’un des secteurs ayant eu le plus recours aux dispositifs de soutien de l’Etat : près de 30% des entreprises répondantes ont profité d’un Prêt Garanti par l’Etat (PGE) mais à peine 30% annoncent être en mesure de le rembourser cette année. 30% d’entre elles indiquent n’avoir aucune visibilité sur leur capacité à rembourser le PGE.

Par ailleurs, 25% des entreprises répondantes ont eu recours au report de charges fiscales sociales.

A noter que les aides de l’Etat sont jugées comme un soutien efficace et utile pour assurer la continuité de l’activité : 95% des entreprises répondantes estiment nécessaire la prorogation des aides de l’Etat pour soutenir leur activité au cours des prochains mois.

 

L’équipe Avisé

 

Source :

auto-infos.fr

cnpa.fr

 

Crédit photo : Pixabay