Avisé, s'informer pour réussir

site d'informations stratégiques
du réseau des chambres de métiers et de l'artisanat d'Auvergne-Rhône-Alpes

Vous êtes ici

Coronavirus : Les chocolatiers s’organisent pour vendre à Pâques

Livraison à domicile, click and collect, ou drive, les artisans chocolatiers mettent en place tous les moyens possibles pour vendre les chocolats pour la fête de Pâques. Objectif : sauver le chiffre d’affaires qui peut encore être réalisé.

 

Tous les services plébiscités

« Les chocolatiers restent ouverts et mettent en place tous les services possibles : livraison à domicile, click and collect, drive. Les commandes sont prépayées, ou faites en ligne. Les clients peuvent venir chercheur leurs chocolats, ou les récupérer sur un point de collecte ou encore être livrés chez eux » explique Sylvie Collin, secrétaire générale de la Confédération des Chocolatiers et Confiseurs de France (CCCF).

L’organisation professionnelle réunit 320 adhérents sur quelque 1600 artisans chocolatiers sur tout le territoire employant 9000 salariés.

« La perte de chiffre d’affaires a été de 80% en mars sur les ventes normalement réalisées et quand ils arrivent à 15% ou 20% de chiffre d’affaires, les artisans sont ravis ! » poursuit Sylvie Collin. « Car la communication du gouvernement n’a pas été claire. Les forces de l’Ordre sont souvent intervenues pour verbaliser des clients sortis acheter du chocolat alors que ces commerces sont restés ouverts ».

En attendant, les chocolatiers «ne baissent pas les bras. Il y aura peut-être des pertes d’emplois mais rien n’est encore sûr ». Ils sont bien décidés à être présents face à la grande distribution et aux supermarchés en proposant des produits faits maison.

En ces temps de crise, la Confédération des chocolatiers et confiseurs de France est là pour les aider : activité partielle, arrêt maladie…,etc. Tous les sujets sont évoqués dans un forum créé sur le site chocolatiers.fr.

« Nous essayons de leur procurer des masques et du gel hydro-alcoolique. Nous mettons à jour au quotidien notre site internet et une newsletter est envoyée à nos adhérents » complète Sylvie Collin, elle-même sur le pont.

 

L’opération Généreuses Pâques pour les soignants aussi

En complément de l’opération Généreuses Pâques, qui consiste comme d’ordinaire en des distributions de chocolats aux enfants hospitalisés et aux occupants des EHPAD, les artisans chocolatiers et confiseurs étendent leur action au personnel hospitalier en première ligne de la crise sanitaire. Des chocolats leurs sont offerts pour les aider et les soutenir. De son côté, la CCCF s’est rapprochée de la Fédération hospitalière de France pour faciliter la coordination entre les chocolateries et les établissements hospitaliers.

 

Une demande de services jusque-là modérée

Source: CSA/CGAD

Dans une étude réalisée pour la CGAD sur les commerces de proximité (parue en juillet 2019), les demandes pour de nouveaux services, apparaissent pourtant modérées pour les clients des chocolatiers.  41% des clients des chocolatiers demandent la mise en place d’un service de commande à distance avec retrait sur place. Cette demande est plus importante chez les jeunes de moins de 35 ans (51%). Un service de livraison à domicile est demandé par 33% des clients (52% pour les < 35 ans).

La livraison à domicile correspond à une demande croissante dans le domaine alimentaire. 35% des clients aimeraient se faire livrer des chocolats. Il n’apparaît pas de différence notable sur ce point entre le milieu rural et urbain.

 

Une clientèle à bien appréhender

Dans l’étude, un client est défini comme un individu se rendant au minimum 2 à 3 fois par an chez un chocolatier. Ils sont 47% dans ce cas. A noter que plus de 21,1% des Français viennent 1 fois par an. Cette non-clientèle « apparente » ne doit donc pas être négligée car des achats plus importants peuvent être significatifs dans cette catégorie. Par ailleurs, il s’agit de clients potentiels en devenir.

La jeune clientèle du chocolatier est plutôt féminine puisque 33 % des femmes ont moins de 35 ans. A l’inverse les clients hommes ont plus de 50 ans pour 63% d’entre eux.

Près des ¾ de la clientèle des chocolatiers résident dans les villes centres ou en banlieue. Ainsi 37,2% des clients du chocolatier résident en ville-centre et 35,7% en banlieue. 8,3% vivent dans des villes isolées (l'unité urbaine se situe sur une seule commune).

Par ailleurs, 1/3 des clients des chocolatiers réside dans une agglomération de plus de 100 000 habitants. 18.7% des clients d’un chocolatier vivent dans une agglomération de moins de 2 000 habitants.  Les individus recensés dans une ville de moins de 20 000 habitants sont définis comme résidant en zone rurale et sont au nombre de 35.2%.

 

Un panier moyen de 32,10 €

52.4% des clients des chocolatiers ont des revenus compris entre 3000 et 6000 euros. Les non-clients du chocolatier ont plus tendance à avoir des revenus moins élevés: 31,8% d’entre eux gagnent moins de 2000 € par mois. Parmi les clients, ils ne sont que 23,3% dans cette même tranche de revenu.

Le montant moyen dépensé chez un chocolatier est de 32,10 €. Il est plus important pour les hommes (35.7€).

 

Source: CSA/CGAD

 

A noter encore que 50% des individus allant plusieurs fois par mois chez un chocolatier dépensent entre 15 et 42 €. Le montant médian dépensé est de 25€ pour ce type d’individu. Plus la fréquence d’achat est occasionnelle, plus le montant dépenser a tendance à être plus important. En effet, ils sont 75% à dépenser plus de 20€ parmi les clients venant quelques fois par an alors qu’ils sont 50% à dépenser moins de 25€ pour ceux allant chez un chocolatier plusieurs fois par mois.

Enfin, 93% des clients estiment que les produits vendus par le chocolatier sont meilleurs que dans les grandes surfaces.

 

Source: CSA/CGAD

 

Le Comptoir de Mathilde offre ses chocolats aux soignants

Depuis la première semaine de confinement, le Comptoir de Mathilde, entreprise artisanale de Tulette dans la Drôme s’est mobilisée. Au programme, offrir aux soignants, pompiers et pharmaciens 20 000 sachets d’œufs en chocolat praliné. Quatre jours ont été nécessaires en interne pour mettre en place l’opération, avec une forte mobilisation des équipes basées à Tulette.

Face à la situation sanitaire très préoccupante, Le Comptoir de Mathilde a fermé ses boutiques et fait ainsi face à ses responsabilités en préservant la santé de ses employés. Quant au stock d’œufs de Pâques, représentant 2,2 tonnes de chocolat, il a été distribué aux pompiers, au personnel soignant, aux pharmaciens qui chaque jour luttent contre l’épidémie.

Ce geste de soutien, mais aussi de remerciement est déployé dans toute la France, au travers du réseau des 85 boutiques de l'enseigne, tout en respectant les consignes d'hygiène officielles. Implanté en Drôme provençale, Le Comptoir de Mathilde fabrique depuis 2007 l’essentiel de ses recettes d’épicerie fine et de chocolat sur un mode artisanal. La société a été créée par Richard Fournier, lui-même artisan pâtissier chocolatier. Le concept s’est peu à peu développé et des magasins en franchise se sont ouverts un peu partout depuis 2014.

 

L’équipe Avisé

 

Source : Confédération des Chocolatiers et Confiseurs de France

 

Crédit photo : Pixabay