Avisé, s'informer pour réussir

site d'informations stratégiques
du réseau des chambres de métiers et de l'artisanat d'Auvergne-Rhône-Alpes

Vous êtes ici

Fruits et légumes : lancement des signatures Fruits et légumes de France et Pommes de terre de France

21/10/2015
Mots-clés: 

Dans la lignée de Viandes de France et Fleurs de France, " cette démarche collective des interprofessions offrira au consommateur une garantie sur la traçabilité et l’origine française des fruits et des légumes. Elle se fait dans le respect de la réglementation européenne, qui rend obligatoire l'étiquetage sur l'origine nationale des produits. "

En France métropolitaine, la consommation de fruits et légumes frais (pomme de terre fraîche incluse) est estimée à 350 g par habitant et par jour, inférieure aux 400 g préconisés. La consommation de ces produits frais baisse au profit des fruits et légumes transformés (surgelés, compotes, conserves...), comme l'indique Interfel, l'interprofession des fruits et légumes frais. Le programme Manger Bouger recommande la consommation de 5 fruits et légumes par jour.

 

L'INSEE observe en parallèle que les dépenses de fruits et légumes diminuent depuis 1960. Les Français leur consacrent, en 2014, 15,5 % de leur budget alimentaire, contre 16,3 % en 1990 et 18,0 % en 1960.
La consommation des fruits et légumes frais ou de la pomme de terre brute non transformée s'avère assez indifférente aux hausses de pouvoir d'achat. La pomme de terre constitue l'un des principaux produits de base de l'alimentation en France et est difficilement substituable par d'autres produits, même si sa consommation diminue.

Les Français consomment, en moyenne, 50 à 55 kg de pomme de terre par an, contre 62 kg en 1980 et 95 kg en 1960, comme l'indique le Comité national interprofessionnel de la pomme de terre (CNIPT). 1 % de la production française de pomme de terre vient de Rhône-Alpes.

 

Au même titre que les signes de qualité reconnus (AOC , AOP, STG, IGP), ces labels donnent de la valeur à vos produits. En outre, " la fabrication et la transformation des produits labellisés sont valorisées, leur production génère des emplois et sert même de rempart contre la délocalisation ", comme l'indique une étude de Institut régional de la Qualité Alimentaire de Midi-Pyrénées (IRQUALIM). Des arguments chers au consommateur français.

 

 

L'équipe Avisé

Sources : ministère de l'Agriculture, de l'Agroalimentaire et de la Forêt, 21/10/2015

Interfel, 21/10/2015

Arboriculture fruitière, 18/11/2014

INSEE, 10/2015

CNIPT, 21/10/2015

Ministère de l'Agriculture, de l'Agroalimentaire et de la Forêt, 28/10/2010

 

Crédit visuels : Interfel, CNIPT