Avisé, s'informer pour réussir

site d'informations stratégiques
du réseau des chambres de métiers et de l'artisanat d'Auvergne-Rhône-Alpes

Vous êtes ici

Le marché bio se massifie grâce à une croissance constante

Le marché du bio a enregistré une croissance de 13,5% de son chiffre d’affaires en 2019 qui a atteint 11,93 milliards d’euros. Selon les chiffres publiés par l’Agence Bio, cette consommation représentant 178 euros par an et par habitant, a stimulé la production et la structuration des filières françaises.

 

Une consommation bio qui a doublé en cinq ans

Représentant 11,93 milliards d’euros de chiffre d’affaires en 2019, soit une croissance de 1,4 milliard en un an, le marché français du bio s’est envolé, et se hisse désormais à la hauteur du marché allemand, leader européen avec 11,97 milliards d’euros.

 

Source : Agence Bio

 

L’Agence Bio, qui a publié les chiffres 2019, constate ainsi une nouvelle croissance de la consommation de produits biologiques (consommation des ménages et celle hors foyer), qui s’élève à 178 euros par an et par habitant.

En 2019, les produits bio ont représenté plus de 6%, de la consommation alimentaire des ménages soit une valeur estimée à 11, 3 milliards d’euros TTC. Quant au taux de croissance, il est de 13,3% entre 2018 et 2019. En cinq ans, la consommation des ménages a plus que doublé, enregistrant une progression de plus de 1,3 milliard d’euros chaque année depuis 2016.

Les produits frais - fruits et légumes frais, crèmerie, viandes, produits de la mer, traiteur, surgelés et boulangerie fraîche- représentent plus de la moitié (57%) du marché bio de détail.

« Le bio représente aujourd’hui 6,1% des achats alimentaires des Français, un chiffre multiplié par deux en cinq ans. Le budget annuel s’élève à 178 euros par an et par habitant » indique Philippe Henry, président de l’Agence Bio.

 

Moins d’importations

La forte demande a stimulé la structuration des filières et le développement de l’offre. En 2019, on relève la forte progression des produits transformés bio avec une croissance des ventes de 31% pour les surgelés, de 24% pour la bière, de 20% pour les oeufs et de 16% pour l’épicerie.

À noter que les ventes de légumes frais bio au détail ont progressé plus vite (+ 15%) que celles des fruits bio (+12%).

Tandis que l’offre de produits bio s’accroît, la part des importations continue de baisser : elle atteint 33,1% en 2019 contre 33,7% en 2018. Dans le même temps, les exportations ont crû de + 5% en valeur malgré un secteur viticole en perte de volumes, grâce aux produits d’épicerie et dans une moindre mesure grâce aux fruits (y compris en réexpédition).

La surface agricole utile (SAU) bio s’élève à 2,3 millions d’hectares, soit 8,5% du territoire. La moitié de la SAU bio se trouve dans trois régions : Auvergne-Rhône-Alpes, Nouvelle Aquitaine et Occitanie. Quant aux fermes biologiques, elles emploient plus de main d’œuvre que leurs homologues en conventionnel.

 

Progression dans les tous les circuits de distribution

La grande distribution représente 55% de parts de marché (+ 6 points par rapport à 2018) et un chiffre d’affaires de 6,2 milliards d’euros en progression de 18% ; les spécialistes 28% pour un chiffre d’affaires de 3,2 milliards d’euros (+7%) ; la vente directe 11% (1,2 milliard d’euros de chiffre d’affaires en hausse de + 8%) et les artisans-commerçants 6% (672 millions d’euros, + 11%).

 

Source : Agence Bio

Lire aussi : Confinement : les Français ont pris goût au bio

 

L’équipe Avisé

 

Sources :

agencebio.org

lsa-conso.fr

 

Crédit photo : Pixabay