Avisé, s'informer pour réussir

site d'informations stratégiques
du réseau des chambres de métiers et de l'artisanat d'Auvergne-Rhône-Alpes

Vous êtes ici

Moins de sel dans le pain : signature d’un accord collectif

Après deux ans de travail, les professionnels du pain ont profité du Salon International de l’Agriculture pour signer un accord collectif sur la réduction de la teneur en sel du pain. Dès juillet 2022, les pains courants respecteront un seuil inférieur à 1,5 g de sel pour 100 g.

 

L’accord porte sur trois catégories de produits de panification :

  • Le pain de consommation courante et pain de tradition française à base de farine de blé
  • Le pain à base de farine de blé plus ou moins complète, de farine de céréales diverses avec ajout ou non d’ingrédients de type céréalier (graines, son, flocons d’avoine) dit « pain complet ou céréales »
  • Les pains de mie natures, complets, aux céréales et grains et sans gluten

 

Un seuil maximal pour trois catégories de pains

Dès juillet 2022, les pains courants respecteront un seuil inférieur à 1,5 g de sel/100 g. A partir d’octobre 2023, tous les signataires veilleront au respect d’un seuil maximal en sel pour chacune de ces catégories :

  • 1,4 g de sel /100 g pour les pains courants
  • 1,3 g de sel/100g pour les pains complets ou céréales
  • 1,2g de sel /100g pour les pains de mie (avec ou sans gluten)

Le seuil sera porté à 1,1g de sel/100 g pour les pains de mie en octobre 2025.

Le texte a été signé par l’Association Nationale de la Meunerie Française, le Secteur diététique du Syndicat Français de la nutrition spécialisée, la Fédération du commerce et de la distribution, la Fédération des entreprises de Boulangerie, Biscuits, Gâteaux et Panifications de France, E. Leclerc, Intermarché et la Confédération Nationale de la Boulangerie et Boulangerie-Pâtisserie Française.

Pour rappel, la France s’est par ailleurs engagée auprès de l’OMS à réduire la consommation de sel de 30% d’ici 2025. Le pain, aliment in contournable pour 89% des Français (selon le CREDOC), représente aujourd’hui environ 20% de leur apport quotidien en sel.

Le chiffre d’affaires du secteur du pain avant la pandémie de Covid-19 a atteint 11 milliards d’euros. Très résilient durant la pandémie, le marché a augmenté de 1% entre 2019 et 2021.

Pour plus d'informations, contactez les conseils experts en alimentaire de votre Chambre de Métiers et de l'Artisanat (CMA).

 

L’équipe Avisé

 

Sources :

Confédération Nationale de la Boulangerie et Boulangerie Pâtisserie Française

lesechos.fr

 

Crédit photo : Pixabay