Avisé, s'informer pour réussir

site d'informations stratégiques
du réseau des chambres de métiers et de l'artisanat d'Auvergne-Rhône-Alpes

Vous êtes ici

Artisanat du bâtiment : un bon 2e trimestre mais la prudence demeure

20/08/2019
Mots-clés: 

Au second trimestre 2019, la croissance s’est maintenue pour les entreprises artisanales du bâtiment. La progression atteint + 2 % en volume par rapport au même trimestre de l’année précédente, indique la Confédération de l’artisanat et des petites entreprises du bâtiment (CAPEB). Cette hausse s’explique par le dynamisme de la construction neuve (+ 3 %), même si celle-ci est en retrait par rapport au 2e trimestre 2018 (+ 6,5 %).

 

Moins de permis de construire

« Entre juin 2018 et mai 2019, les permis de construire ont reculé de 8,6 % et le nombre de mises en chantier s’est contracté également de 4,5 % sur la même période », explique la CAPEB. Quant aux autorisations de logements individuels, elles ont également baissé sur l’ensemble des segments : de - 6,7 % pour les logements individuels purs, - 1,5 % pour les logements individuels groupés et - 0,8 % pour les résidences. Des chiffres qui paraissent donc confirmer le ralentissement de la construction neuve amorcé depuis le début d’année. Un ralentissement qui devrait encore s’accélérer au cours du second semestre 2019.

Par ailleurs, l’entretien-rénovation a poursuivi sa progression à un rythme mesuré de + 1,5 %. Ceci s’explique notamment par les travaux d’Amélioration de performance énergétique du logement (APPEL), en croissance de 2 %. En mai 2019, on dénombre la vente de 994 000 logements anciens, soit une hausse de 4 % sur un an.

 

Plus difficile au second semestre

« La croissance se poursuit au 2e trimestre toujours portée par les travaux réalisés en construction neuve » a expliqué Patrick Liébus, président de la CAPEB. « Cependant, certains chiffres semblent annoncer un second semestre plus difficile dans l’artisanat du bâtiment. La baisse des permis de construire et des mises en chantier sur un an, laisse présager une fin d’année moins dynamique ».

La CAPEB s’inquiète également des annonces qui vont être faites de la transformation du CITE en prime : elle craint un certain attentisme des ménages.

 

Difficultés de recrutement

Au niveau des effectifs, l’emploi salarié est resté solide avec 11 800 emplois créés sur un an, soit une hausse de 2,1 %. Quelque 13 % des entreprises artisanales souhaitent recruter un ou plusieurs salariés contre 14 % un an plus tôt.

« Les entreprises artisanales peinent de plus en plus à satisfaire leur besoin de main d’œuvre. Il est urgent que nos jeunes se forment aux métiers de l’artisanat du bâtiment et cela passe par l’apprentissage ! Nous serons donc particulièrement attentifs à la mise ne œuvre de la réforme de la formation professionnelle » a souligné Patrick Liébus.

Au cours du premier semestre 2019, 10 % des entreprises ne sont pas parvenues à satisfaire leur besoin de main d’œuvre qualifiée alors qu’elles étaient 19 % à chercher à embaucher.

Au niveau géographique, on constate une hausse d’activité de + 1,5 à 2,5 % dans toutes les régions. C’est en Provence-Alpes-Côte d’Azur/Corse et en Nouvelle Aquitaine  que l’activité a été la plus forte (+ 2,5 %). La progression a été plus modérée en Auvergne-Rhône-Alpes et pour le Centre Val de Loire (+ 1,5 %). Dans les autres régions, l’évolution de 2 % est en ligne avec la moyenne nationale.

 

 

Auvergne Rhône-Alpes : l’activité se stabilise à un bon niveau

L’étude de conjoncture du 2e trimestre 2019 conduite par la CAPEB Auvergne-Rhône-Alpes confirme la tendance observée au trimestre précédent et au niveau national : l’activité se stabilise à un bon niveau et les entreprises ont gagné en visibilité sur leurs carnets de commande. Le ressenti du niveau d’activité est bon voire très bon pour 39 % des chefs d’entreprises interrogés (contre 29 % au 1er trimestre) et stable pour 40 %.

Les métiers qui profitent le plus de la hausse sont la serrurerie-métallerie-fermetures, la maçonnerie-isolation, la plâtrerie-peinture. A l’inverse 21 % des entreprises jugent l’activité problématique : il s’agit des travaux publics, des carreleurs et des agenceurs-cuisinistes.

En termes de carnets de commande, la tendance à la hausse se poursuit : 56 % des chefs d’entreprises indiquent une visibilité supérieure à trois mois (soit une hausse de 9 points) et 28 % entre 1 et 3 mois.

Si le chiffre d’affaires est en légère progression, les marges demeurent une préoccupation. Elles restent stables pour 70 %  des artisans ; seuls 6 % d’entre eux annoncent une hausse.

En termes d’emplois, 42 % des chefs d’entreprise prévoient des recrutements, soit 7 points de plus que le trimestre précédent. Mais les profils qualifiés manquent toujours et les entreprises ont des difficultés à recruter.

 

Lire aussi : Artisanat du bâtiment : 2019 s’annonce en demi-teinte

Lire aussi : 360travaux : une plateforme de travaux pour les artisans du bâtiment

Lire aussi : Jobs d’été dans le bâtiment : des règles à respecter

 

L’équipe Avisé

 

Sources :

batiactu.com

capeb.fr

 

Crédit photo : Pixabay