Avisé, s'informer pour réussir

site d'informations stratégiques
du réseau des chambres de métiers et de l'artisanat d'Auvergne-Rhône-Alpes

Vous êtes ici

Conjoncture : le bâtiment revoit ses prévisions à la hausse

20/11/2019
Mots-clés: 

« 2019 se rangera parmi les bonnes années pour le secteur » a indiqué en cette rentrée la Fédération française du bâtiment (FFB). Le niveau élevé des carnets de commandes à la mi-année, soit près de 6,5 mois toutes tailles d’entreprises, tous territoires et tous métiers confondus confirme cette bonne tendance.

 

L’activité devrait ressortir en hausse de 1,3 % en volume a minima (alors qu’une baisse de 0,5 % avait été anticipée en décembre 2018). La FFB table également sur la création de 25 000  emplois (y compris intérim en équivalent-emplois à temps plein).Elle relève, par ailleurs, que les créations d’entreprises restent très dynamiques et les défaillances d’entreprises continuent de reculer. Quant à la situation côté trésorerie et marges, elle semble avoir connu, depuis le second trimestre, une inflexion légèrement positive.

 

Mieux dans le neuf

Dans le logement neuf, les ventes sont en nouveau en croissance dans l’individuel diffus (+ 4,7 %) à fin juillet 2019 et les permis bénéficient d’un mieux (+ 1,3 % sur le cumul mai -juillet 2019 comparé à mai-juillet 2018. La baisse des taux d’intérêt immobiliers et celle des taux d’apports personnels expliquent largement cette amélioration portée par le retour de ménages modestes sur le marché. A contrario, dans le collectif, les mises en chantier se replient encore de plus de 8 % en glissement annuel sur trois  mois à fin juillet 2019.

Quelque 400 000 logements devraient être mis en chantier en 2019 (contre 430 000 en 2018), soit une production quasiment stable à + 0,2 %.

 

Redressement du marché des locaux industriels et des bureaux

Dans le non résidentiel neuf, les perspectives sont encourageantes. Hors locaux agricoles, les surfaces autorisées et commencées progressent respectivement de + 15,6 % et 4,7 % en glissement annuel sur sept mois à fin juillet, essentiellement grâce aux locaux industriels et assimilés et au redressement du marché des bureaux. Les permis ressortent aussi en hausse sur les marchés des commerces et des bâtiments administratifs. Dans  le secteur du non résidentiel neuf, la FFB revoit à la hausse sa prévision à + 6,4 % pour 2019.

En revanche, comme prévu, le marché de l'amélioration-entretien reste hésitant. Il devrait connaître sur l’année une petite hausse en volume de 0,3 % (contre 0,5 % initialement prévu). Mais la réforme du CITE (avec la suppression de l’aide pour les ménages les plus aisés) devrait doper le marché en fin d’année puisque le bénéfice du CITE requiert une facture acquittée.

 

Double menace

Globalement, l’amélioration prévue en 2019 repose sur un élargissement très net du marché du crédit, notamment auprès des artisans et PME comme des ménages accédant modestes. Or, souligne la FFB une double menace pèse sur cet environnement :

  • Un durcissement des règles prudentielles s’appliquant aux établissements de crédit
  • Au 1er janvier 2020, une suppression du PTZ dans le neuf en zones détendues (Zones B2 et C), soit sur les seuls territoires où la primo-accession des ménages modestes s’avère possible

« L’effet de ciseau serait redoutable et ces menaces doivent être levées au plus vite » indique l’organisation patronale.

 

L’équipe Avisé

 

Source : lesechos.fr

 

Crédit photo : Pixabay