Avisé, s'informer pour réussir

site d'informations stratégiques
du réseau des chambres de métiers et de l'artisanat d'Auvergne-Rhône-Alpes

Vous êtes ici

Une chute inédite pour l’artisanat du bâtiment au deuxième trimestre 2020

L’activité au 2e trimestre 2020 a connu une chute brutale de -24% en comparaison avec la même période de l’année dernière. Tous les corps de métiers sont affectés mais le plus impacté (-28%) est le secteur de l’aménagement-décoration-plâtrerie. Le recul est significatif dans le neuf (-22%) comme dans l’ancien (-25%).

 

Pire qu’en 2009

À peine arrivé à la présidence de la Confédération de l’Artisanat et des Petites Entreprises du Bâtiment (CAPEB), Jean-Christophe Repon a expliqué devant la presse que « la crise du COVID-19 a provoqué un choc inédit bien supérieur à celui de la crise de 2009. La violence de cette pandémie se chiffre à 24% de perte d’activité ».

Néanmoins, « cette période brutale et étrange » a été ressentie différemment selon les territoires : l’activité a moins baissé dans les zones rurales que dans les grandes villes.

 

Une baisse de 15 à 17% prévue sur l’année

Pour le deuxième semestre, les artisans se veulent optimistes : ils espèrent garder leurs salariés et maintenir toutes les compétences dans leurs entreprises. La CAPEB table sur une baisse d’activité comprise entre 15 et 17% et la perte de 20 000 à 30 000 emplois sur l’année 2020. « Deux inconnues majeures subsistent dans le cadre de la reprise de l’activité : le retour éventuel du virus et l’effet domino lié à la crise économique » a encore ajouté Jean-François Repon.

L’activité a connu au 2ème trimestre 2020 une chute brutale de – 24% en comparaison à la même période l’année dernières. Et si l’ensemble des corps de métiers a été affecté par le recul de l’activité, le secteur de l’aménagement-décoration-plâtrerie a été le plus impacté (-28%). A l’inverse, la maçonnerie affiche le recul le moins conséquent (-19%).

 

Contraction dans le neuf comme dans l’ancien

Source: CAPEB

La construction neuve a été durement touchée avec une baisse de 22% faisant suite à un recul de 14% au 1er trimestre 2020. A fin mai 2020, sur les 12 derniers mois, 409 600 logements ont été autorisés à la construction, soit 39 600 de moins que dans les 12 mois précédents (-8,8%). Dans le même temps, 368 800 logements ont été mis en chantier, soit 41 700 de moins (- 10,2%).

La chute est encore plus significative dans l’ancien : l’entretien-rénovation recule de -25% après une baisse de 10,5% au 1 er trimestre 2020. Quant aux travaux d’amélioration de performance énergétique du logement, ils ont régressé de 27% sur la même période (un chiffre identique à celui du même trimestre de l’année précédente).

Dans la période, la trésorerie s’est encore détérioriée. Le montant moyen des besoins en trésorerie a augmenté en juillet 2020 : il a atteint 23 000 € contre 22 000 € un an auparavant. La CAPEB relève que de nombreuses entreprises ont fait des demandes de Prêt garanti par l’Etat (PGE) durant cette période.

Au niveau régional, la chute de l’activité est comprise entre – 30 et – 21% au cours du 2ème trimestre 2020. Elle est particulièrement marquée en Ile-de-France (-30%) et dans les Hauts-de-Seine. Dans les régions Auvergne-Rhône-Alpes, Normandie et PACA, l’évolution est conforme à la moyenne nationale (-24%). Le recul de l’activité est un peu plus imité sur la façade atlantique : -21% en Bretagne, -22% pour les Pays de la Loire et en Nouvelle Aquitaine. Il atteint -21% dans le Grand Est, - 22% en Bourgogne France Comté et en Occitanie.

 

Source: CAPEB

 

Des freins à la reprise

La CAPEB relève aussi des freins à la reprise : l’approvisionnement en matériaux et matériels affecte encore 31% des entreprises. Et 20% évoquent le refus des particuliers de recevoir des artisans à leur domicile. En outre, 15% des entreprises artisanales indiquent les difficultés à appliquer le guide de l’OPPBTP.

 

Lire aussi : Coronavirus : mise à jour du guide l’OPPBTP

 

L’équipe Avisé

 

Sources :

batirama.com

capeb.fr

 

Crédit photo : Pixabay